La Presse et le rôle du journalisme ont créé plusieurs conflits sur les réseaux sociaux

Ça a brassé durant le weekend sur les réseaux sportifs québécois.

Patrick Lagacé a ramassé Renaud Lavoie hier matin dans La Presse parce qu’il trouve que ce dernier se comporte davantage comme un relationniste pour les entreprises qu’il couvre qu’un véritable journaliste. Lagacé a aussi indiqué qu’un vrai/bon journaliste ne ferait jamais de publicité pour une entreprise comme Bet99.net.

Aussi bon Renaud Lavoie puisse-t-il être par moments, il faut avouer que Lagacé n’a pas tort…

Ceci dit, je crois aussi qu’un bon journaliste aurait pu se passer d’écrire une telle chronique pour rabaisser en public un collègue. Un bon journaliste devrait être se positionner au-dessus du plancher des vaches, et non en plein milieu, dans l’enclos. D’autant plus que durant les 24 derniers mois, on ne peut pas dire que le journaliste qu’est Pat Lagacé a toujours davantage journaliste que relationniste avec le gouvernement et sa gestion de la COVID-19. Ce n’est pas comme s’il ne mélangeait pas les genres par moments lui aussi. Y’a pas un proverbe qui finit par « lance la première pierre »?

Pourquoi profiter de ta grosse chronique du dimanche matin pour rabaisser Renaud Lavoie? Impossible de ne pas y voir des vestiges de l’histoire Québecor vs Power Corporation, ou encore des balbutiements d’un duel entre une alliance La Presse, 98,5 FM et Radio-Canada vs Québecor et ses nombreuses tentacules.  

Il est clair que le fait d’avoir entendu Renaud Lavoie critiquer Denis Lessard et La Presse à la télé la semaine dernière (rumeur des cinq matchs des Sénateurs à Québec annoncée quelques heures après le décès d’Eugene Melnyk) a crinqué certaines personnes chez La Presse. Alexandre Pratt (La Presse) s’est aussi mêlé de cette histoire hier sur Twitter, ajoutant qu’un journaliste n’a pas le droit de faire de la pub. Je me demande si La Presse va partir après Maxime Van Houtte et Stéphane Gonzalez, tous deux des journalistes de formation qui font de la promotion pour Mise-o-jeu sur les ondes du 91,9 Sports et chez TVA Sports. Parce qu’il y a clairement un élément de pureté disparue dans leur métier qui dérange la gang de chez La Presse…

Ils aimeraient que les gens fassent comme eux… à leur façon à eux. Reste que je ne sais même pas si Renaud Lavoie est un journaliste de formation. Je sais qu’il a un background en sciences politiques, mais je ne connais pas le reste de son parcours.

À noter que Mathias Brunet, journaliste sportif chez La Presse et chroniqueur sportif sur les ondes du 91,9 Sports, a aussi été mêlé à une histoire de réseaux sociaux ce weekend.

Quelques minutes après que Trevor Zegras ait inscrit un autre but à la Michigan samedi soir, Jay Beagle est allé frapper durement le jeune Troy Terry (cross check). Le descripteur des parties des Coyotes (qui l’écoute?) a alors applaudi Beagle pour avoir frappé un autre jeune joueur arrogant qui fait mal paraître certains de ses adversaires. Ce sont ses mots, pas les miens.

C’est alors que Brunet a pris la défense de Zegras et Terry en traitant Beagle de joueur de soutien qui pète les plombs par jalousie.

Jusque là, ça va. Je suis même du côté de Brunet sur celle-là. Si les jeunes joueurs sont capables de faire de la magie sur la patinoire et que certains joueurs moins talentueux ont l’air… moins bons qu’eux, ce n’est pas nécessaire de se donner des doubles échecs ou des coups au visage. C’est le sport. C’est le hockey et il a évolué. That’s it.

Mais bon… Louis Domingue, un coéquipier de Beagle en 2019-20 (Vancouver), a qualifié le commentaire de Brunet comme étant celui d’un fan, et non d’un journaliste sportif.



Coudonc, ça a dont bien l’air plate, être journaliste. Surtout dans le monde du sport…

Tu ne peux pratiquement rien faire d’autres que rapporter les quotes des joueurs et des organisations, ou encore lire les lignes de stats officielles. Je ne serais clairement pas assez pur pour occuper un tel emploi officiel.

Gros weekend sur les réseaux sociaux pour certains…

PLUS DE NOUVELLES