Encore un lock-out dans la LNH? | Michel Therrien vit bien avec la pression quotidienne | En rafale

Comme l’a si bien dit mon collègue DLC ce matin, lorsque Bob McKenzie dit ce qu’il pense, il s’agit plutôt de (souvent) ce qu’il sait.

McKenzie a été interrogé au sujet des contrats à long terme après avoir rapporté la signature de Rickard Rakell, avec les Ducks d’Anaheim, aujourd’hui. À savoir ce qu’il pense de la tendance actuelle des longs contrats dans la LNH et ce que ça veut dire pour la ligue.

Une multitude de joueurs ont paraphé des ententes de plus de 5 ans, à l’instar de Rakell, depuis le 1er juillet dernier. Alors, où la LNH s’en va-t-elle avec ça, sachant que tout peut changer très vite dans le monde du hockey et que l’addition de gros contrats leur donne une moins grande marge de manœuvre? Vers un lock-out? Du moins, c’est ce que pense McKenzie. Plus les contrats s’ajoutent, parce que d’autres s’ajouteront, plus l’espace sous le cap salarial réduit, plus la probabilité d’un nouveau lock-out en 2020 semble plausible.

Les équipes octroient de plus en plus de longs contrats, car elles pensent économiser de cette façon. C’est-à-dire réduire leurs coûts au long terme et rendre le joueur «abordable». Mais est-ce vraiment le cas?

L’augmentation du cap salarial est beaucoup plus lente que prévu, en grande partie causée par la chute du dollar canadien cette année (tiens, tiens, le Canada a une incidence sur l’argent que fait la LNH, mon Gary). On est loin du 100 millions $ de cap salarial maximum et l’augmentation de 5 millions $ par année que la Ligue prévoyait. Qu’arrivera-t-il si le cap salarial continue à progresser aussi lentement? Et c’est cette situation qui force les dirigeants à être un peu plus «prudents».

La longueur des contrats pourrait même être la raison qui pourrait pousser la LNH à donner un an (ou deux) de préavis, à partir de l’automne 2019, pour que la convention se termine à la saison 2020-2021 au lieu de celle de 2022. Le cas échéant, il deviendrait impossible pour les joueurs de signer des contrats de 6, 7 ou 8 ans, seulement des ententes de 5 ans. Ce qui pourrait largement leur déplaire. Les formations et les joueurs veulent du long terme, mais la ligue le veut-elle? Bonne question.

Ce que je comprends, c’est que l’augmentation graduelle et plutôt lente du cap fait en sorte qu’il y a beaucoup d’incertitude face à l’avenir. Le pourcentage versé par les joueurs aux propriétaires pour s’assurer que le partage des revenus soit de 50-50 est incertain et pourrait considérablement augmenter. C’est ce qui pourrait être le nerf de la guerre entre les joueurs et la Ligue.

McKenzie y est allé d’une phrase très claire et pertinente, disant que s’il était un joueur, il pousserait pour un pourcentage fixe ou maximal, ce qui permettrait aux joueurs d’avoir peut-être un peu plus de pouvoir…et d’argent. McKenzie n’a toutefois pas spécifié la durée.

Les joueurs en seraient-ils gagnants? Et la ligue, elle? En tout cas, entre les discussions houleuses que la ligue et le CIO ont concernant la présence des joueurs aux Olympiques (sans oublier que les joueurs désirent représenter leur pays) et la fin de la convention de la LNH, ça n’augure pas bien pour 2020. À suivre.

En rafale
– Jack Eichel se déplace à l’aide d’une trottinette et les nouvelles ne sont pas nécessairement positives concernant sa blessure à la cheville.

– Michel Therrien aime ce qu’il fait, il se sent privilégié et il ne rentre pas au bureau sur le boute des orteils. Il se met de la pression, il sent la pression montréalaise et il souhaite faire plaisir aux partisans en ramenant cette maudite 25e Coupe Stanley à Montréal. Il vit bien avec cette pression, il est habitué de vivre avec ça au quotidien… et il fait de l’insomnie lorsque les saisons s’amorcent. [Audio]

– Je vous suggère également d’écouter les propos colorés de Jean Perron concernant le début de saison du Canadien, juste parce que c’est drôle et divertissant.  [Audio]

– P.K. se sent vraiment libre à Nashville…

– On est positif en maudit du côté du Beast de Brampton. Best roster ever, vraiment?

– Les employés du Centre Vidéotron ont quitté le navire aujourd’hui, faute d’heures de travail suffisantes. Le non-retour des Nordiques dans le court terme y est-il pour quelque chose?

– Kevin Poulin n’est pas parvenu à se décrocher un contrat à un volet dans la Ligue nationale, donc il pourrait se diriger vers la KHL.

– Auston Matthews était excessivement ravi lorsqu’il a lu un texte de Daniel Brière après sa soirée magistrale de 4 buts. Brière est son idole de jeunesse. [Audio]

– Lucas Lessio et Drew MacIntyre (deux anciens du Canadien) ont rejoint la KHL puisqu’ils ont décroché un pacte avec le Medvescak Zagreb. [SwissHabs]

– Wayne Gretzky a bien changé depuis le temps.

PLUS DE NOUVELLES