La fin de l’ère Bergevin

Les indices s’accumulent de plus en plus et nul besoin d’être Sherlock Holmes ou Patrick Bissonnette afin d’y aller d’une conclusion élaborée : tout indique que Marc Bergevin ne sera pas de retour comme DG du Canadien en 2022-23.

Il avait été flou quant à son avenir durant l’été…

Le Canadien nous avait dit que Marc Bergevin et Geoff Molson n’allaient pas rencontrer les médias tant et aussi longtemps que la situation contractuelle du DG n’allait pas être éclaircie (et Bergevin l’a fait hier)…

Jean-Charles Lajoie et Renaud Lavoie ont confié en début de semaine que si Marc Bergevin ne signe pas de prolongation de contrat d’ici mercredi prochain, une transition et une passation des pouvoirs s’amorcera chez le Canadien… que Bergevin écoulera tout simplement la dernière année de son contrats en 2021-22.

Puis, Paul Wilson nous a confirmé hier, au début du point de presse de Marc Bergevin, que le Canadien et son DG ne négocieront pas avant le 30 juin prochain, soit la date à laquelle sont entente de cinq prendra fin.

Même Yves Jacob peut déjà en venir à la conclusion que c’est fini à Montréal pour Marc Bergevin

Mais lorsqu’on ajoute à toutes ces déclarations et informations la simple logique, tout est encore plus clair.

Au mieux, Marc Bergevin et le Canadien négocieront une nouvelle entente le 1er juillet 2022… soit six jours avant le repêchage amateur et 12 jours avant l’ouverture du marché des joueurs autonomes. Ça n’a aucun sens et ça ne tient pas la route!

Une organisation ne peut pas se placer dans une telle incertitude. Disons que Bergevin en vient à une entente le 4 ou le 5 juillet – ça ne se fait pas en quelques minutes une telle entente -, ça ne lui donnera pas beaucoup de temps pour mettre en place des stratégies en vue du repêchage amateur, des transactions, des prolongations de contrat et de l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

Et si jamais les deux partis n’en viennent pas à une entente, Groff Molson devra se r’virer d’bord pour trouver un DG en quelques jours pour cette période ultra importante. Rappel : une équipe se construit durant l’entre-saison.

Si tout le monde tient sa parole et que personne ne négocie d’ici le 30 juin 2022, ça signifiera tout simplement la fin de Marc Bergevin à titre de DG du Canadien.

Darren Dreger – tout comme Danièle Sauvageau la semaine dernière – voit les choses comme je les vois…

Renaud Lavoie aussi…

Martin McGuire également…

Là où ma position diffère de celle de certains insiders, c’est au niveau du pourquoi?

Non, je ne crois pas que ce soit Geoff Molson qui ne veut plus de Marc Bergevin comme DG. Si c’était le cas, il le congédierait tout simplement. Laisser un DG que tu ne veux plus écouler sa dernière année de contrat en post, c’est rare et ce serait potentiellement très dangereux a niveau hockey. Le laisser offrir des prolongations de contrat à tes entraîneurs, décider de l’avenir de Jesperi Kotkaniemi, échanger pour obtenir les services de Christian Dvorak, signer David Savard et réclamer Samuel Montembeault n’a pas de sens si tu ne le veux plus comme DG. Si Geoff Molson ne voulait plus de Marc Bergevin, il l’aurait empêché de mettre ses hommes en place et de changer le visage de l’équipe.

De ce qu’on me dit, Marc Bergevin a beau répéter qu’il n’a aucun problème avec la pression d’un marché comme celui de Montréal, c’est faux. Le DG du Canadien est un homme sensible qui même s’il fait beaucoup d’effort, est atteint par la critique (et les insultes). Vous n’avez qu’à réécouter son point de presse d’hier : plusieurs de ses commentaires émotifs, il les a émis à la première personne, pas à la troisième (Carey Price). De plus, le fait de voir SON équipe se métamorphoser le touche énormément.

La défaite en grande finale lui a fait mal puisqu’il a vu que son équipe n’était pas de calibre pour rivaliser avec le Lightning… et il est fort probablement conscient que l’équipe qu’il a sous la main actuellement n’est pas aussi bonne que celle qui jouait encore en juillet dernier.

Transportez-vous l’hiver dernier, quand tout allait mal chez le Canadien. Avant l’exceptionnel parcours éliminatoire de l’équipe…

Claude Julien, Kirk Muller, Stéphane Waite…

Ils ont tous été congédiés, puis remplacés par des gens de l’interne.

À quelque part l’an dernier, je CROIS que oui, Geoff Molson a réfléchi à remplacer Marc Bergevin. Mais aujourd’hui, je suis convaincu que le plus gros frein dans les négos, il s’appelle Marc, pas Geoff.

Des questions subsistent par contre quant à l’avenir de l’organisation et de Marc Bergevin.

1. Marc Bergevin terminera-t-il vraiment la saison à titre de DG du Canadien? Je ne crois pas. Si ça va bien, une transition vers Scott Mellanby (même s’il est anglophone, il prend énormément de place présentement) ou Martin Lapointe. Si le Canadien connaît une saison difficile, Marc Bergevin sera possiblement congédié après les fêtes.

Au fait, serait-on prêt à accepter un DG anglophone qui n’est pasun ancien Canadien comme Bob Gainey à Montréal? Je vous pose la question.

2. Qui sont les autres candidats pour remplacer Bergevin? Martin Madden Jr, Patrick Roy, Vincent Damphousse et Mathieu Darche sont les noms que l’on entend le plus souvent. Cependant, je continue de croire qu’à moins d’une saison désastreuse, on assistera à une passation des pouvoirs, et non à une toute nouvelle équipe de direction hockey.

3. Que réserve l’avenir à Marc Bergevin? Je crois que Bergevin restera dans le monde du hockey. Il aime trop ça. Par contre, il y a de fortes chances qu’il opte pour un poste plus exécutif (président hockey) ou encore moins important (directeur du recruteur ou du personnel, ou encore adjoint au DG), à Montréal ou ailleurs. Des rumeurs l’envoyaient à Los Angeles ou Chicago il n’y a pas si longtemps… et il pourrait aussi décider de chapeauter le travail de Scott Mellanby, un peu comme la paire Bob Gainey – Pierre Gauthier l’a fait à l’époque.

Chose certaine, il aura des offres sur la table s’il devient joueur directeur autonome…

Geoff Molson devra prendre des décisions importantes au cours des prochains mois. Il devra éviter de faire gonfler l’incertitude (et la distraction) à l’intérieur de l’organisation. Ce n’est jamais bon ça, l’incertitude…

Sera-t-il obligé de congédier et payer Marc Bergevin? Ça se peut, surtout s’il se tourne vers un homme de l’extérieur pour succéder à Bergevin. Je ne serais pas surpris qu’un tel scénario soit bien reçu du côté de Bergevin. Il pourrait ainsi se reposer, être payé… et entamer un nouveau défi la saison prochaine. Il a l’air épuisé – ça se voit lors de chacun de ses points de presse – et je ne suis pas convaincu que les propriétaires de l’équipe trippent tant que ça à voir leur directeur aussi vulnérable.

La vie pandémique semble avoir eu des effets sur un gars qui, avant la pandémie, montrait déjà des signes d’épuisement. Il ne serait pas le seul, ceci dit…

Va-t-on s’ennuyer de Marc Bergevin s’il quitte l’organisation l’été prochain? Même si plusieurs personnes n’en manquent pas une pour lui remettre ses erreurs au visage, il faut avouer que le DG du Canadien a fait du bon boulot au cours des neuf dernières années. Pas sûr qu’un gars comme Patrick Roy, aussi populaire soit-il, puisse être en mesure de faire mieux…

Rappelons que Patrick Roy a engagé un agent la saison dernière afin d’évaluer ses options dans la LNH. Mais je me répète : si Geoff Molson avait déjà son homme, il l’aurait déjà nommé et il n’aurait pas accepté de signer des entraîneurs pour plusieurs saisons. Il aurait laisser au nouveau DG le soin de le faire…

En rafale

– Le personnage Price est devenu plus grand que nature.

– Cristobal Huet peut comprendre Carey Price.

– Plusieurs espoirs du Canadien seront à surveiller cette saison dans la NCAA.

Ouch!

– Au tour des Slovaques, des Suisses et des Allemands de confirmer trois joueurs en vue des Jeux de Pékin.

PLUS DE NOUVELLES