Kassian/Montembeault : des entraîneurs mécontents (mais calmes et zen)

Le 24 février, Alexander Burrows célébrera son premier anniversaire à titre d’entraîneur-adjoint des Canadiens de Montréal. Rappel : il a occupé le titre d’adjoint chez le Rocket durant deux ans et demi avant d’être promu dans la LNH et il a été amené à Montréal après le congédiement de Claude Julien. Il a vécu toutes sortes de tempêtes avec la COVID-19, les blessures, les problèmes de santé mentale dans le vestiaire et d’incroyables séries éliminatoires. #GrosseAnnée

Dans sa mission de rapprocher les acteurs du CH des médias et des partisans, Chantal Machabée a convaincu Kent Hughes de faire le tour des médias récemment. De plus, elle a beaucoup plus souvent répondu oui aux demandes d’entrevue des journalistes..

Autre preuve? Alex Burrows était l’invité de Jean-Charles Lajoie hier soir sur les ondes de TVA Sports et ce matin, il a offert un excellent segment à LP Guy et Gilbert Delorme au 91,9 Sports.

Parler aux entraîneurs-adjoints, et non seulement au coach en chef, permet à l’organisation de mieux vendre le Canadien aux partisans. Tout le monde y gagne.

Voici ce que j’ai retenu du passage de Burrows sur les ondes du 91,9 Sports ce matin.

1. Burrows, qui a joué près de 1 000 matchs dans la LNH, a une très bonne relation avec les joueurs de l’équipe. Son expérience récente à titre de joueur dans la ligue lui permet d’avoir une certaine proximité avec eux et de bien jouer le rôle du bon cop.

Le fait qu’il ait entraîné certains joueurs à Laval l’aide aussi à bien connecter avec ceux-ci.

(Crédit: YouTube.com/capture d’écran)

2. Burrows a avoué que certains joueurs de l’équipe contre qui il avait joué dans le passé et avec qui il entretenait une certaine rivalité, n’ont pas hésité à oublier leur passé l’an dernier. On peut penser que Corey Perry et Alex Burrows s’aimaient beaucoup plus la saison dernière qu’à l’époque où ils s’affrontaient dans l’Ouest. Rappel : Burrows s’occupe surtout des attaquants à Montréal.


3. Il a confié que la fin de saison doit servir d’occasion aux joueurs pour prouver aux nouveaux patrons qu’ils font partie de la solution… pour bien se vendre (à Gorton et Hughes, ou encore aux recruteurs des autres équipes, je présume).

L’objectif actuel est de construire dès maintenant de solides bases en vue de l’an prochain (et de la suivante, j’ose le penser).

4. Burrows a rappelé que le (trop) court été, les départs et les nombreuses blessures/absences ont fait mal à l’équipe dès le jour 1 du camp d’entrainement. L’absence de Shea Weber a fait mal, mais l’incertitude liée au genou de Carey Price et au dos de Joel Edmundson et les joueurs qui n’étaient pas de retour ont aussi affecté la confiance et le mood du groupe. Cependant, le coup fatal semble avoir été le départ vers le programme d’aide de la LNH de Carey Price. Ça semble avoir achevé tout le monde.

Burrows est convaincu qu’avec Price, Weber et Edmundson, le Canadien serait en bien meilleure posture… et qu’il aurait répliqué à Zack Kassian samedi soir.

5. Puisqu’il est question de l’incident Kassian – Montembeault, Burrows a avoué qu’il s’est empressé d’aller regarder plusieurs angles possibles dès qu’il est entré au vestiaire durant le deuxième entracte samedi dernier. Tout le groupe d’entraîneurs n’était pas content et Dominique Ducharme ne s’est pas gêné pour le dire à ses joueurs. Cependant, il ne s’est pas fâché et rien n’a revolé dans le vestiaire. Burrows est conscient que d’autre entraîneurs auraient été beaucoup expressifs…

Burrows est loin d’être convaincu de la réponse/excuse/explication des joueurs qui étaient sur la glace et qui n’ont pas daigné défendre Montembeault.

Il a aussi confirmé que Montembeault n’était pas à 100 % et qu’il jouait blessé actuellement… qu’il méritait mieux, lui qui se bat pour l’équipe présentement. Burrows espère que la prochaine fois – si prochaine fois, il y a -, ce sera différent.

À noter que Burrows est allé jusqu’à questionner l’éthique des joueurs montréalais suite à une excellente question de LP Guy.

Hier soir sur les ondes de TVA Sports, Burrows est allé encore un peu plus loin lorsqu’il a été questionné sur l’incident Kassian – Montembeault.

« Ça en dit beaucoup sur notre groupe et où certains ont la tête en ce moment. Depuis que Sam est arrivé, il n’a pas été dans une situation facile. Il travaille très fort chaque jour. Que les joueurs ne réagissent pas, c’est décevant. » – Alexandre Burrows

Ça en dit beaucoup sur notre groupe de joueurs…

Ça en dit beaucoup sur où certains ont la tête en ce moment…

Pas mal certain que Burrows ne trip pas trop sur l’attitude de Jeff Petry actuellement…

À noter que Burrows, qui semble conscient de la précarité plus grande que jamais de son emploi, préfère se dire très reconnaissant et privilégié de travailler dans la LNH que de se plaindre.

Puisque sa femme et ses enfants ont récemment été testés positifs à la COVID-19, il pourrait donc théoriquement rater les premiers entraînements au retour. À suivre.

PLUS DE NOUVELLES