Juraj Slafkovsky : Darren Dreger ouvre la porte à un séjour avec le Rocket

14 décembre 2022.

C’est la date où on a vu Juraj Slafkovsky récolter son dernier point dans la LNH. Neuf matchs ont été joués depuis le 14 décembre 2022.

Il va sans dire qu’en ce moment, le premier choix du dernier repêchage connaît des moments difficiles. Cela paraît non seulement dans ses statistiques, mais cela se voit également sur la patinoire alors qu’il semble constamment être en retard sur les autres.

Slaf a 18 ans. Il en est à ses premiers pas en Amérique du Nord, mais également sur les petites patinoires d’ici. Il a progressé depuis le début de la saison, mais il semble avoir atteint le plafond de ce qu’il peut offrir présentement.

Et, c’est ben correct. Je le répète : il a 18 ans. 

C’est un brin dans cette optique-là que Darren Dreger a tweeté aujourd’hui en se demandant si Juraj (ou un autre jeune joueur) n’était pas mieux d’aller faire un petit tour en bas, à Laval. Et quand Dreger y va de ce genre de commentaire-là…

Ce n’est pas pour rien.

Quel est le meilleur scénario pour Slafkovsky en ce moment?

Rester dans la LNH pour jouer 12-13-14 minutes par match, avec une équipe qui risque d’en perdre plusieurs d’ici la fin du calendrier régulier? Ou, aller jouer de grosses minutes avec le Rocket, qui est en pleine course aux séries éliminatoires dans la Ligue américaine?

À vous d’y répondre.

Slaf joue en moyenne douze minutes 30 secondes par match (environ) depuis huit matchs et n’a récolté que quatre tirs au but. Le jeu a l’air trop rapide pour lui (le rythme s’est accentué depuis le tout début de la saison, ce qui est normal) et cela fait en sorte qu’il en arrache sur la glace. Il n’est pas allé au CMJ et s’il veut prendre le rythme de la LNH, c’est seulement à Montréal que ça se fait. 

Je crois que de l’envoyer avec le Rocket, dans un environnement plus gagnant qu’à Montréal, n’est pas une mauvaise idée. Mais, si c’est ce qu’on décide de faire, il va falloir lui donner de la glace. Il faut qu’il joue le plus possible si jamais il est cédé dans la Ligue américaine, et je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un qui oserait venir m’obstiner sur ce point-là. 

Pour la confiance du jeune… Mais aussi pour son développement.

Grant McCagg a d’ailleurs une théorie en tête concernant Slaf et un possible renvoie dans la LAH. On jase pour jaser, mais…

Est-il possible que Kent Hughes et son équipe hésitent à envoyer le jeune dans la Ligue américaine parce qu’on aime pas la façon avec laquelle le Rocket est coaché? Rappelons que Jean-François Houle a été engagé par Marc Bergevin, et non Kent Hughes…

Est-ce qu’on aime mieux du côté de la direction de voir Slaf progresser sous les ordres de Martin St-Louis et d’Adam Nicholas? 

Slaf fait partie d’un groupe de plusieurs jeunes joueurs qui ont commencé l’année avec le grand club. Arber Xhekaj, Jordan Harris, Kaiden Guhle et Johnathan Kovacevic (tous des recrues) ont percé la formation du CH après le camp d’entraînement, et voilà que Justin Barron se retrouve présentement avec les grands lui aussi.

On pourrait d’ailleurs s’attendre à ce que l’un de ces joueurs-là passe un peu de temps à Laval d’ici la fin de l’année. Du moins, ça pourrait être le cas au retour de Mike Matheson en raison de la congestion à la ligne bleue de l’équipe…

Xhekaj et Guhle devraient passer la saison au grand complet à Montréal. Ils ont démontré qu’ils le méritent.

Mais pour ce qui est de Harris, Kovacevic et maintenant Barron, on est en droit de s’attendre à ce qu’ils soient renvoyés en bas en cours de saison. 

En rafale

– Pas de surprise.

– Un gros match attend le Canada ce soir face aux États-Unis.

– Un nouveau masque pour Cam Talbot.

– Belle nouvelle pour Gabriel Dumont.

– Bravo!

– Dommage.

PLUS DE NOUVELLES