Jordan Dumais est prêt à faire taire les critiques

Dans ma dernière chronique, j’ai mentionné que selon moi, le Canadien devrait toujours repêcher selon sa liste. Celui qui, selon eux, est le meilleur joueur disponible. Peu importe sa nationalité. Et bien, maintenant, j’aimerais rajouter : peu importe sa taille.

Je n’étais pas de ceux qui espéraient voir Tristan Luneau ou Noah Warren aboutir à Montréal à tout prix, simplement parce qu’ils sont natifs de la province. Honnêtement, je ne les ai pas vu jouer suffisant pour évaluer si le Canadien aurait dû les sélectionner. Il faut que je me fie à l’état-major du Tricolore et aux différents groupes de dépisteurs pour cela. Cependant, il y a deux petits Québécois que j’ai vu jouer beaucoup cette saison. Et c’est David Goyette et Jordan Dumais.

Pour Goyette, il m’avait ouvert les yeux alors que son équipe affrontait celle de Shane Wright sur les ondes de RDS. Il avait complètement éclipsé Wright dans ce duel. À partir de ce moment, je me faisais un devoir de regarder au moins un ou deux matchs de Goyette par semaine, question de me faire une véritable tête sur lui.

Pour Dumais, je dois dire que ses statistiques m’ont surpris en début de saison et je désirais voir s’il était simplement une machine à points ou si son jeu pouvait peut-être lui permettre de passer au prochain niveau.

Et je dois dire que j’ai été brillamment surpris.

On s’entend, le talent n’a jamais été remis en question pour Dumais. Un joueur, peu importe sa taille, qui réussit à marquer 109 points en 68 rencontres à son année de repêchage dans le junior, est rempli de talent.

Mais bon, à 5 pieds 8 pouces, il est certain que ça fait peur à quelques équipes. C’est pourquoi je comprends pourquoi le Canadien ne l’a pas pris en première ou en deuxième ronde (même s’ils ont sélectionné Lane Hutson 62e au total). Et quand on y pense, Hutson est un peu la version défenseur de Dumais. Un petit joueur, plein de talents, qui est une machine à marquer des points. La différence, c’est que le Canadien a déjà plusieurs petits attaquants. À l’inverse, la défensive est assez musclée.

Je peux donc comprendre de choisir Hutson avant Dumais.

Mais en troisième ronde?

Le Canadien a eu deux chances de choisir Dumais en troisième ronde. Au 75e et au 92e échelon. Dumais est finalement sortie 96e.

J’ai un peu de difficultés avec celle-là.

Surtout que Dumais ne manque pas de confiance en lui et qu’il semble vivre pour la simple raison de prouver à ceux qui le critiquent qu’ils ont tort. Encore après le repêchage, il mentionnait qu’il a toujours eu quelque chose à prouver et que c’était une motivation pour lui. Que ce le serait toujours.

Comment ne pas aimer un jeune comme ça?

Un jeune homme plein de talent, avec une attitude de feu. Plus tôt cette saison, il s’en était pris à la centrale de recrutement pour le rang auquel il était classé. Et honnêtement, je n’avais aucun problème avec ça. Encore une fois, on parle d’un gars qui a récolté 109 points cette saison. Ce n’est pas comme s’il n’avait pas prouvé qu’il avait le talent pour être classé beaucoup plus haut.

En rafale

– Évidemment.

– Intéressant.

– Wow.

– Griner retient encore l’attention.

PLUS DE NOUVELLES