Jonathan Huberdeau : le souper avec Brad Treliving l’a incité à signer

Quand les Flames ont acquis Jonathan Huberdeau (entre autres) en retour de Matthew Tkachuk, ils savaient fort bien qu’ils allaient devoir essayer de s’entendre à long terme avec le Québécois, qui allait devenir joueur autonome sans compensation à l’été 2023.

Et hier soir, ils ont enfin pu dire mission accomplie : Huberdeau a signé une prolongation de contrat de huit ans qui fera de lui un membre des Flames pour les neuf prochaines saisons.

Quand je regarde les paramètres de l’offre, je continue à croire qu’Huberdeau a accepté l’offre que Johnny Gaudreau et Matthew Tkachuk ont tous les deux refusée dans les dernières semaines. Mais bon.

Pour Huberdeau, c’est une belle offre qui lui assure un très bon salaire jusqu’à ses 38 ans. Mon collègue Charles-Alexis Brisebois soutenait ce matin qu’il aurait difficilement pu obtenir mieux sur le marché des joueurs autonomes dans un an, et j’ai tendance à être en accord.

Mais si Huberdeau a décidé de s’engager à long terme avec les Flames, c’est également parce qu’il se sentait apprécié par l’organisation. Plus tôt cette semaine, Brad Treliving s’est rendu à Montréal pour souper avec lui, et en fin de compte, ça a joué un rôle important, comme l’affirme le principal intéressé.

En gros, selon Huberdeau, le fait de voir Treliving prendre le temps de se déplacer pour aller souper avec lui dans son coin a fait en sorte qu’il a senti que l’organisation tenait réellement à lui. Et même s’il n’était pas totalement convaincu qu’il allait signer à long terme avec les Flames ce soir-là, il avait un bon pressentiment que ça allait finir par se faire.

Et quelques jours plus tard, l’histoire lui aura donné raison.

Treliving n’a pas eu la tâche facile cet été. Il a dû composer avec le départ de Gaudreau et de Tkachuk, possiblement les deux joueurs les plus importants de son équipe, mais malgré tout, la signature d’Huberdeau à long terme représente un beau prix de consolation.

S’il peut également convaincre Mackenzie Weegar de signer à long terme, Treliving aura fait un boulot exceptionnel. La situation n’était vraiment pas évidente, mais il a probablement géré celle-ci de la meilleure des façons.

À long terme, donc, les Flames construiront autour d’Huberdeau et d’Elias Lindholm, fort possiblement leurs deux meilleurs éléments offensifs. Ceci dit, la défensive est très solide, il y a de bons attaquants de soutien (Andrew Mangiapane, Tyler Toffoli et Mikael Backlund, entre autres) et Jacob Markstrom n’est pas un vilain gardien.

Chapeau à Treliving, donc, qui aura bien joué ses cartes pour inciter Huberdeau à demeurer en ville.

En rafale

– Parlant d’Huberdeau.

– Des nouvelles du Lightning.

– À quoi ressemble la pépinière d’espoirs des Kings?

– À long terme, oui. À court terme, par exemple, non.

– Intéressant.

PLUS DE NOUVELLES