Jonathan Drouin méritait d’être sélectionné avant Nathan MacKinnon

Lors de l’encan de 2013, l’un de mes amis au sein d’une ligue simulée m’a demandé un conseil : « Qui prendrais-tu comme premier choix au total entre Jonathan Drouin et Nathan MacKinnon? »

Sans AUCUNE hésitation, j’ai répondu du tac au tac : « Jonathan Drouin! »

Drouin regarde le « un » de MacKinnon… Photo : Rich Graessle

 

Mon chum en question a finalement opté pour Drouin. Pendant un certain moment, il était inquiet, mais je lui disais de ne pas s’en faire, que Drouin allait finir par ch*er des points. Depuis l’an passé, il est emballé et il me donne raison. Grant McCagg, un recruteur qui pond des articles sur recrutes.ca, aurait également sélectionné le jeune Drouin au tout premier rang.

Mac est une machine, il a un coup de patin explosif, mais le flair offensif et l’intelligence « hockey » de Drouin sortent carrément de l’imaginaire. Ce qu’il peut faire avec une rondelle, je n’ai pas vu personne au niveau junior, ni même Sidney Crosby, réaliser de telles manœuvres.

McCagg n’a pas peur de s’avancer. Selon lui, Jo Drouin deviendra l’arme de prédilection de Claude Julien et du Canadien. Drouin s’énergise avec la pression. Je le dis et beaucoup de gens qui l’ont côtoyé le soulignent également. À Montréal, il sera servi et pourrait donc atteindre de nouveaux sommets dès sa première campagne avec la Flanelle.

La pression est déjà commencée avec ce genre d’article, je sais…

PLUS DE NOUVELLES