Jonathan Drouin est prêt à jouer au centre

On sait tous ce qui se passe en ce moment à Montréal présentement et on s’entend pour dire que tout ce qui arrive est assez fou. Et c’est loin d’être terminé.

Les chances de voir Jesperi Kotkaniemi quitter vers la Caroline semblent grossir de jour en jour. En tout cas, c’est l’impression qu’ont énormément de partisans et d’experts.

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a donc une grosse décision à prendre puisqu’il devra se chercher un joueur de centre si jamais il n’égalise pas l’offre déposée par Don Waddell et les Hurricanes. Rien de nouveau dans tout ça.

Mais là, les choses viennent de devenir très, très intéressantes…

L’excellent Pierre Houde était de passage sur les ondes du 91.9 Sports plus tôt ce matin et a rapporté une nouvelle dont peu de personnes s’attendaient à entendre. Jonathan Drouin, qui a dû manquer la fin de la dernière saison en raison de problèmes personnels, a confié au journaliste qu’il était prêt à revenir à la position de centre.

Vous pouvez écouter le tout en cliquant sur le lien qui suit :

Prenons un instant pour penser à tout ça.

Drouin a déjà joué au centre dans le passé, soit à son arrivée à Montréal. Vous savez comme moi que l’expérience n’a pas vraiment été un franc succès. En 2017-2018 (sa première année avec la CH), il a gagné 42.53% de ses mises au jeu. La saison d’après? 42.05%.

Ces chiffres sont loin d’être reluisants et c’est ce qui inquiète un peu. Si Jo est bel et bien placé au centre du deuxième trio (c’est pas mal la seule place où je le verrais), il devra trouver un moyen de gagner ses faceoffs. 

Un autre élément à quoi il faut penser, c’est la pression qui se rajoute sur les épaules du principal intéressé. Il en a déjà assez puisqu’évidemment, c’est un Québécois qui joue à Montréal.

Est-ce vraiment la bonne chaise pour lui? Pensez-y trente secondes. Je ne dis pas que c’est une mauvaise idée, vraiment pas même. Il y a toutefois des risques et périls qui se rattachent à tout cela.

Donnons la chance au coureur. Il le mérite.

Ceci dit… Oh que j’ai hâte au début du camp d’entraînement.

En rafale

– Pour ceux qui se posent la question :

– Un grand!

– C’est vrai qu’il est pas mal beau.

PLUS DE NOUVELLES