Joël Bouchard n’a aucune amertume et que des « amis » chez le Canadien

Le Rocket disputera son sixième match de la saison ce soir à la Place Bell. Les (jeunes) hommes de Jean-François Houle occupent ce matin le quatrième sur sept dans la division Nord grâce à leur fiche de 3-2-0.

(Crédit: TheAHL.com)

Un début de saison dans la moyenne pour J-F Houle, qui est débarqué à Laval durant l’entre-saison.

Houle a déjà dû dealer avec quelques situations difficiles.

Il a retranché Cam Hillis et Arsen Khisamutdinov, deux gars sous contrat avec le Canadien qui évoluent à Trois-Rivières depuis le début de la campagne.

Il est privé de Ryan Poehing, probablement le meilleur espoir de l’organisation actuellement avec le Rocket. Poehling pourrait d’ailleurs revenir au jeu plus tard cette semaine.

Il a vu Michael McNiven faire une énorme sortie contre le club via les médias… et il a dû se défendre (déjà) ce matin à Laval.

Espérons que le Rocket saura l’emporter ce soir (et que ça attirera encore plus de spectateurs dans l’aréna pour la suite des choses).

Et Bouchard, lui?
Comment se passe le début de saison de Joël Bouchard à San Diego? Pas très bien!

Les Gulls de San Diego sont l’une des deux seules équipes de toute la Ligue américaine à ne pas encore récolté un seul point (0-3-0).

Il faut dire que les Ducks ont fermé leur camp tardivement et que les Gulls n’ont pas eu droit à beaucoup d’entraînements avant le début de leur saison (en raison notamment d’un problème avec leur aréna).

Stéphane Cadorette du Journal de Québec s’est entretenu avec Joël Bouchard (et Maxime Talbot, son adjoint) hier.

Bouchard a confié ne pas ressentir d’amertume suite à son départ (inattendu) de Montréal. Il se dit serein par rapport à sa décision, embrassant le défi de tout construire à San Diego.

« J’aurais fait quoi de plus à Laval? » – Joël Bouchard à Stéphane Cadorette

Autant je partage sa satisfaction de faire face à un énorme nouveau défi (carte blanche), autant je ne crois pas qu’il avait tout fait à Laval. Il aurait pu tenter de remporter la Coupe Calder, par exemple…

Bouchard a aussi également confié au JDQ qu’il n’avait pas métamorphosé ses méthodes de coaching et qu’il a tout de suite senti l’énorme support de Bob Murray et Martin Madden Jr.

Il a toutefois refusé de donner des détails sur ce à quoi ressemblaient les options qu’il avait chez le Canadien à la fin de son contrat. Rappelons que selon les informations disponibles, il est permis de croire que le CH lui avait offert de rester à Laval ou de graduer avec le grand club.

À San Diego, Bouchard touche à des aspects de la game auxquels il n’avait pas accès à Laval. Il aime vraiment les défis et les opportunités que son nouveau poste lui offre.

Les Gulls n’ont inscrit que cinq buts en trois rencontres depuis le début de la saison. Ils occupent le dernier rang de toute la Ligue américaine. Bouchard voulait de nouveaux défis… il est servi en Californie.

Au final, Bouchard a répété qu’il n’avait aucun ennemi dans l’organisation du Canadien.

« Je n’ai pas d’ennemi à Montréal. France Margaret et Geoff ont été tellement gentils avec moi, autant avant que pendant et après. Marc m’a donné une vraie chance. Dominique, c’est mon chum et on se parle encore toutes les semaines. Je ne suis pas parti parce que j’étais amer. » – Joël Bouchard

On sent que Joël Bouchard a encore comme objectif d’un jour coacher dans la LNH, mais il n’en parle que très peu. Rappelons que des rumeurs envoyaient Marc Bergevin à Anaheim il y a quelques semaines. On peut comprendre Bouchard de vouloir garder de bonnes relations avec ses ex patrons. Le hockey est un petit monde…

Je vous invite à lire le texte de Stéphane Cadorette. Joël Bouchard y raconte notamment à quel point la pression et la couverture médiatique sont différentes chez les Gulls et le Rocket. Bouchard a toutefois refusé de parler de Kotkaniemi et il n’a eu qu’une brève réaction suite à la sortie de Dale Weise à son endroit.

PLUS DE NOUVELLES