betgrw

Joel Armia : à Laval, on adore l’influence qu’il a sur les jeunes

Avant le début de la saison, le Canadien a soumis Joel Armia au ballottage. C’était une petite surprise dans le sens où son contrat (deux autres saisons à 3,4 M$ par année) et son statut de vétéran lui offraient une certaine protection, mais au final, il n’a pas été le plus méritant.

Et avec le CH qui veut mettre en place une méritocratie, envoyer Armia dans la LAH était un message fort pour la culture.

Ceci dit, on pouvait se demander quel genre d’attitude l’attaquant aurait au sein du club-école du Tricolore. On sait que certains vétérans boudent quand ils sont envoyés en bas, et il était légitime de redouter une telle réaction du Finlandais.

Surtout avec ce que Karl Alzner lui a «conseillé» en affirmant que parfois, bouder est la meilleure façon de forcer le club à se débarrasser de toi.

Or, jusqu’à maintenant, ça semble être tout le contraire qui se produit. Selon ce que rapporte Nicolas Cloutier (TVA Sports), les membres du Rocket sont assez unanimes quant au fait que le vétéran est arrivé au sein du club-école avec une attitude irréprochable.

Jean-François Houle fait partie de ceux qui adorent ce que le Finlandais offre à son club, tant sur la glace qu’en dehors de celle-ci. Il n’hésite pas à s’impliquer sur la patinoire et à jaser avec les jeunes pour essayer de les aider.

Clairement, il semble avoir compris le message, et c’est beau de voir ça.

Sean Farrell, qui a joué sur le même trio qu’Armia hier, avait lui aussi de bons mots pour le #40. Il aime beaucoup le côtoyer et il sent qu’il est dans de bonnes dispositions à ses côtés pour se développer.

Même Logan Mailloux a pris le temps de souligner ce que peut amener Armia dans une formation, affirmant qu’il allait aider le club à gagner pas mal de matchs cette année.

Donnons du crédit au Finlandais : il a su se relever d’une difficile situation pour assumer un rôle de mentor au sein du club-école du CH. On ne sait pas si ça perdurera dans le temps advenant le cas où il passe des mois et des mois à Laval, mais il était un gars apprécié dans le vestiaire à Montréal (Cole Caufield a vraiment l’air de l’aimer) et il semble l’être également à Laval.

On verra donc si Armia pourra poursuivre ainsi tout au long de l’année, mais s’il assume un rôle de mentor tout au long de l’année, il aura un impact positif au sein de l’organisation. Et peut-être qu’au final, ça lui permettra de gagner des points en vue d’un éventuel rappel…

PLUS DE NOUVELLES