J.T. Miller : « Si les partisans veulent payer et lancer leurs chandails sur la glace, libre à eux de le faire »

Depuis le début de l’année, il n’y a qu’une seule équipe qui n’a toujours pas goûté à la victoire. Ce n’est pas le Canadien, ce ne sont pas les Coyotes et ce ne sont pas les Blackhawks : en fait, il s’agit des Canucks de Vancouver.

Dans les faits, ça a de quoi surprendre. Après tout, les Canucks ont des ressources fort intéressantes au sein de leur groupe, et on parle d’une équipe qui aspire aux séries cette année. Or, malgré des avances de plus d’un but dans bon nombre de leurs matchs, ils ont présentement une fiche de 0-4-2.

Et pour ajouter l’insulte à l’injure, disons que l’infirmerie se remplit à un bon rythme : Quinn Hughes, Travis Dermott, Riley Stillman et Brock Boeser sont tous sur la touche présentement.

Mais clairement, on sent que la frustration commence à se faire sentir chez les partisans. Après le match de samedi (qui était le premier à domicile pour les Canucks cette saison), des chandails ont été lancés sur la glace. Ça, c’est un gros « statement ».

Hier, Bo Horvat est revenu sur la situation et il a avoué que de voir un chandail des Canucks être lancé sur la glace l’a affecté. Or, il a ajouté des propos sur lesquels je crois bon revenir :

Ça fait plusieurs années que nous sommes en reconstruction et… sincèrement, à ce stade de la saison, ça donne l’impression que ça ne débloquera jamais, qu’on ne recommencera jamais à gagner. – Bo Horvat

Les propos du capitaine des Canucks sont un avertissement que le Canadien se doit de capter : même si une reconstruction peut être nécessaire pour rebâtir un bon noyau de joueurs, elle peut rapidement déraper et les gars peuvent finir par avoir l’impression que les victoires ne reviendront jamais. Parlez-en aux Coyotes et aux Sabres.

La reconstruction du CH n’est pas une mauvaise chose et j’ai envie de dire que ça devait se faire. Ceci dit, même si on doit prioriser le développement des jeunes, il faudra continuer de gagner des matchs pour donner de l’espoir aux gars. On est dans la phase de « lune de miel » avec la reconstruction en ce moment chez le CH, mais il faudra que les résultats viennent d’ici quelques années.

Or, pour en revenir aux Canucks, il y a eu une autre réaction qui a fait réagir aujourd’hui en lien avec l’événement du chandail lancé sur la glace, soit celle de J.T. Miller :

S’ils veulent venir au match, dépenser tout cet argent et lancer leurs chandails sur la glace, qu’ils le fassent. – J.T. Miller

Rappelons que l’été dernier, Miller a signé un nouveau pacte de sept ans et 56 M$ pour demeurer à Vancouver à long terme. Pas certain qu’il va se faire apprécier avec des propos du genre…

Même Jim Rutherford commence à perdre patience un brin, lui qui ne veut pas prendre de décisions de panique, mais qui commence à avouer qu’il faudra peut-être procéder à des changements récemment.

Évidemment, les Canucks ont les ressources pour se sortir de ce mauvais début de saison, mais ils devront redresser la barre rapidement s’ils veulent accéder aux séries. Sinon, le siège de Bruce Boudreau, qui est déjà un peu chaud, pourrait rapidement devenir brûlant…

PLUS DE NOUVELLES