Geoff Molson revient sur ses 10 dernières années à la barre du Canadien

Être président du Canadien de Montréal, c’est quelque chose d’assez unique. On est constamment sous le feu des projecteurs.

Geoff Molson sait ce que c’est. En 10 ans en tant que président du Tricolore, l’homme de 48 ans en a vu de toutes les couleurs.

En entrevue avec le Journal de Montréal, Molson est revenu sur ses 10 dernières années avec le mythique club.

Geoff Molson a avant tout réitérer ses propos, déclarant que son équipe allait connaître de grands moments au cours des 3 à 8 prochaines années.

On a commencé à le voir l’an passé avec l’arrivée de Jesperi Kotkaniemi et de Max Domi (…) Voici pourquoi j’identifie les trois à huit prochaines années : dans les trois prochaines, on va peut-être bien performer, mais on est très jeune. On est encore en mode croissance. Si j’ajoute les vétérans aux jeunes qui s’en viennent, je pense qu’on va avoir une très bonne équipe.

– Geoff Molson

Le président du Canadien a d’ailleurs été questionné à propos de la pression que mettrait l’organisation auprès des joueurs, et sa réponse a été très intéressante.

On met l’emphase sur l’importance de bien communiquer. Au cours de mes 10 années avec le Canadien, que ce soit avec Donald Beauchamp ou Paul [Wilson], nous n’avons jamais dit à un joueur ce qu’il devait dire. Jamais. Parfois, on leur donne une suggestion. Cependant, les joueurs sont libres de dire ce qu’ils veulent. On les encourage à bien communiquer.

– Geoff Molson

Pour terminer sur une note plus positive, Geoff Molson a dit que ses meilleurs moments avec le Canadien ont eu lieu lorsque l’équipe a atteint la Finale de conférence en 2010 et 2014. D’ailleurs, il croit que si Carey Price n’avait pas été blessé, son club aurait accédé à la grande finale.

Molson a une fois de plus déclaré qu’il avait toujours autant confiance en Marc Bergevin et Trevor Timmins. Bergevin sait s’entourer et n’a pas peur de prendre des décisions fortes, ce que Molson semble apprécier.

Bref, si vous voulez consulter l’intégralité de l’entrevue, cliquez sur le lien ci-haut.

PLUS DE NOUVELLES