Une semaine cruciale pour (l’avenir de) Claude Julien

Ne me dites pas que c’est juste temporaire et que ça va bien aller chez le Canadien. Vous auriez possiblement raison, mais je suis saturé face à cette expression bonbon qui célébrera malheureusement son premier anniversaire dans quelques semaines.

Le Canadien, qui n’a récolté que 5 points sur une possibilité de 12 au cours de ses sept derniers matchs – reprendra l’action ce soir à Ottawa… face à sa nouvelle bête noire. L’an dernier, c’était Detroit et cette année, ce sont les Sens.

Le CH tiendra un court morning skate vers 11h30 ce matin. On devrait nous confirmer le départ de Price, le renvoi dans les gradins de Mete, le retour de Brett Kulak aux côtés d’Alexander Romanov et probablement le statu quo pour les autres. À moins que l’on ait l’intention de ramener Artturi Lehkonen dans la formation à la place d’un autre joueur qui sera mécontent.

Parce que oui, certaines récentes décisions risquées et controversées du coach font des mécontents et deviennent des distractions dans le vestiaire.

Le healthy scratching de Paul Byron…

Celui de Tomas Tatar…

Celui d’Alexander Romanov

Celui de Brett Kulak…

La demande de transaction et la rotation de Victor Mete…

La mise au ballottage de Paul Byron…

Le leaking d’info concernant le contrat refusé par Phillip Danault et son rôle diminué cette saison…

La gestion de Jesperi Kotkaniemi…

Celle des gardiens de but…

Le benchage de Tomas Tatar…

Claude Julien a pris des décisions et il doit vivre avec les conséquences de celles-ci. Puisqu’il a visé certains gars très appréciés dans le vestiaire et qu’elles n’ont pas nécessairement rapporté des résultats, ces décisions sont encore plus discutables/contestables. Comment est-il perçu présentement dans la chambre? Est-ce que ses soldats le voient encore comme un bon général en qui ils ont confiance et avec/pour qui ils veulent aller à la guerre?

Julien nous dirait peut-être que c’est comme ça partout à travers la ligue et que des joueurs comme Jeff Skinner (9 millions $ par saison pour encore six années complètes, une clause de non-mouvement et 1 mention d’aide en 14 matchs cette saison) a été laissé de côté cette semaine…

Et je lui répondrais qu’il ne faut VRAIMENT pas s’inspirer de ce que font les Sabres. On a droit à une catastrophe qui ne finit jamais à Buffalo…

Est-ce que Claude Julien est en danger présentement? Pas encore… mais il pourrait le devenir très rapidement s’il ne parvient pas à identifier/diagnostiquer les bons problèmes, à y apporter les correctifs adéquats et à enchaîner les victoires. Jouer pour ne pas perdre et ne pas aimer prendre des risques ne doit pas être la stratégie d’une équipe qui aspire aux grands honneurs.

Et simplement demander aux joueurs de chasser leurs pensées négatives et de les remplacer par du positive thinking, ce n’est pas suffisant. Peu importe ce qu’en pense Jacynthe René…

Le coach doit laisser les jeunes se développer, apprendre, produire et faire des erreurs.

Réjean Tremblay blâme indirectement Carey Price pour les récents déboires de l’équipe et rapporte ce matin dans le Journal de Montréal que la fiche de Claude Julien avec le Canadien est médiocre. Rien de moins.

Si ce n’avait pas été de l’excellent travail de Michel Therrien en 2016 et de la COVID-19 l’an dernier, Claude Julien – qui touche un salaire annuel de 5 millions $, rappelons-le – n’aurait jamais fait les séries éliminatoires lors de son deuxième passage à Montréal.

Le Parrain rappelle que Michel Therrien avait été congédié alors que son équipe était toujours bien positionnée au classement, mais qu’elle jouait avec mollesse. Tiens, tiens…

Réjean va même jusqu’à sous-entendre que trois défaites cette semaine pourrait signifier de grands changements dans l’organisation.

Est-ce que Julien survivrait à trois défaites d’ici dimanche, dont une ce soir face aux pauvres Sénateurs, encore? Tout dépendrait de la manière de perdre ces matchs, je crois…

Claude Julien est sous contrat pour encore une saison complète. Au cours des prochains mois, Marc Bergevin et Geoff Molson devront décider s’il prolonge l’entente de leur coach ou s’ils le remplacent. Seulement sept entraîneurs-chefs sur 31 jouent sans avoir de contrat en poche cette saison dans la LNH. Et ce sont rarement des coachs d’expérience comme Julien…

Selon Vince Cauchon, Marc Bergevin convaincra Geoff Molson de prolonger son entente et ensuite, il pourra penser à sérieusement congédier et remplacer Claude Julien.

N’y avait-il pas une rumeur de prolongation de contrat pour Marc Bergevin justement la semaine dernière?

Puisque le prochain entraîneur-chef du Tricolore, peu importe quand il sera nommé, devra parler français, le blogue partisan HabsEtLNH s’est amusé à dresser la liste de quelques candidats francophones potentiels si jamais Claude Julien est remercié cette saison : Dominique Ducharme, Bob Hartley, Guy Boucher, Patrick Roy, Pascal Vincent, Benoit Groulx et Joël Bouchard. Hartley doit par contre terminer la saison dans la KHL avant de pouvoir penser à son avenir.

Bouchard, Hartley ou Groulx serait mon choix, si jamais on se rend là. Et vous?

En rafale

– Paul Byron, Cale Fleury, Charlie Lindgren, Michael Frolik, Jake Evans et Alex Belzile sont tous sur le taxi squad montréalais ce matin. Le CH économise ainsi plus de sous. [CapFriendly]

– Au tour de Jeremy Filosa de questionner la pertinence des iPads sur le banc des joueurs.

– Cole Caufield a été comparé à Cam Atkinson. [HEL]

– Jean-Charles Lajoie est en colère contre le CH. [HEL]

– Alexander Romanov a plus de chances de remporter le trophée Calder qu’Alexis Lafrenière ce matin. Et Romanov n’a que 4 points en 16 rencontres, étant utilisé sur la troisième paire. Ça nous en dit gros sur le jeu de Lafrenière présentement. [HFans]

PLUS DE NOUVELLES