McAvoy, Werenski et Provorov sont toujours en attente d’un nouveau contrat

On doit le dire : c’est un été très particulier pour les jeunes joueurs autonomes avec compensation. Plusieurs d’entre eux tentent encore d’en venir à une entente avec leur équipe et ce n’est pas simple.

Vont-ils devoir attendre en septembre, à la dernière minute, pour obtenir leur contrat, comme le croit Bob McKenzie?

Si jamais ça va là, les équipes auront-elles réellement l’audace de se passer de leurs jeunes premiers de classe?

Ces joueurs veulent faire sauter la banque dès maintenant, un peu comme Auston Matthews, Jack Eichel et Connor McDavid l’ont fait. Leurs patrons, eux, veulent ramener le tout à un niveau plus bas, semblable aux contrats que Monahan, Gaudreau et MacKinnon ont eu.

Bref, c’est une partie d’échecs qui se joue afin de bien déterminer la valeur de chacun.

Dans cette optique, il y a trois jeunes défenseurs gauchers dont le prochain contrat va placer la barre pour les prochaines saison : Zach Werenski, Charlie McAvoy et Ivan Provorov.

Pour les deux premiers, leurs statistiques en carrière démontrent, au premier coup d’oeil, qu’ils jouent déjà à un niveau près de l’élite. En fait, au niveau des matchs joués, de la moyenne de points par match et du Corsi, seuls Erik Karlsson et Drew Doughty ont eu des statistiques similaires.

Les deux jeunes hommes n’ont pas encore la même étoffe que leurs aînés. Karlsson a tout de même remporté le Norris à sa 3e saison et Doughty avait été aussi finaliste pour ce trophée à sa 2e année dans la LNH.

Qu’à cela ne tienne, autant McAvoy que Werenski ont démontré leur capacité de jouer sur le premier duo défensif de leur équipe respective et ils peuvent donc aspirer à une augmentation de salaire notable, sur une longue période.

Ce n’est pas le cas d’Ivan Provorov, si on se fie à l’analyse d’Adam Gretz.

Oui, le défenseur a su rester en santé durant ses trois premières saisons dans l’uniforme des Flyers. Il a été utilisé comme un premier défenseur par ses entraineurs et il a démontré des flashs de son potentiel.

Dans les faits, le chroniqueur rappelle que si plusieurs statistiques l’avantagent, sur la patinoire, le jeu du Russe a été erratique lors de la dernière campagne, au point où Gostisbehere et Sanheim ont mieux fait quand ils ont été séparés de Provorov.

On lui a donc assigné un rôle très important au sein d’une défensive qui n’a pas bien fait et il n’a pas encore répondu aux attentes placées en lui.

C’est pourquoi, dans un monde idéal, Chuck Fletcher doit essayer de faire signer un contrat de transition à Provorov, mais ce dernier ne doit pas être enchanté par cette perspective.

Comment le tout va se terminer pour ces trois jeunes joueurs? Difficile de prédire le tout.

La seule certitude que j’ai, c’est que dès que le premier d’entre eux va trouver un terrain d’entente, les deux autres dossiers vont se régler assez rapidement, parce qu’un comparable sera établi.

C’est la même chose d’ailleurs avec les attaquants : les Rantanen, Tkachuk et autres vont attendre l’offre qui sera acceptée par Mitch Marner. Parce que ce sera plus avantageux pour eux de se comparer à celle-ci plutôt qu’au contrat paraphé par Sebastian Aho.

En Rafale

– Jason Demers est une machine à l’entrainement!

– C’est très amusant ces photos!

– William Nylander agit avec classe auprès de ses fans!

PLUS DE NOUVELLES