Caufield et Staal : deux joueurs pas dans leur « prime »

En l’espace de quelques heures, Marc Bergevin a ajouté deux joueurs à ses équipes ce weekend.

Un pour qui les meilleurs jours sont derrière lui et un autre pour qui l’avenir est radieux. Personne dans son prime…

Yvon Pedneault a d’ailleurs écrit ce matin dans le Journal de Montréal qu’il n’aurait jamais recommandé Eric Staal à Marc Bergevin après l’avoir vu jouer quatre matchs avec les Sabres depuis le début de la saison.

« Le grand joueur de centre n’offrait rien pour attirer l’attention. Au contraire. Il semblait perdu dans un environnement où la médiocrité est bien ancrée. » – Yvon Pednault au sujet d’Eric Staal

Pedneault a quand même pris le temps de noter qu’en retour de deux choix au repêchage (exclus des deux premières rondes), Staal n’a pas coûté cher. Si on l’utilise comme on utilise Corey Perry depuis le début de la saison, Staal devrait davantage aider que nuire.

Il ne faut juste pas penser Staal est devenu le meilleur joueur de centre de l’équipe. Sinon, ce ne sera pas une bonne nouvelle pour la qualité de la ligne de centre montréalaise…

Le problème, c’est que si Staal et Perry sont devenus des joueurs d’utilité et qu’ils doivent tous les deux être utilisés sur le quatrième trio, il manquera de vitesse sur cette ligne-là. Il y a une limite à ce que l’expérience peut apporter.

Devrait-on songer à utiliser Staal ou Perry sur le top six troisième trio? Peut-être… mais en même temps, on ne doit ni envoyer Kotkaniemi, Danault ou Suzuki sur la quatre ni muter l’un d’eux à l’aile…

Où le placera-t-on?
(Crédit: Twitter/capture d’écran)

Et si Jake Evans demeure le quatrième centre de l’équipe, on aura encore un problème.

Hâte de voir comment Dominique Ducharme utilisera Staal la semaine prochaine…

Quant à Caufield, il sera important d’y aller mollo avec lui. La coche entre la NCAA et la Ligue américaine est grande… et celle entre la Ligue américaine et la LNH l’est tout autant, si ce n’est pas plus.

Avec très peu d’entraînements prévus à l’horaire chez le Canadien d’ici la fin de la saison régulière, Marc Bergevin a bien fait d’envoyer Caufield avec le Rocket pour entamer son parcours professionnel. Le jeune aura le temps de bien apprendre le système et de se familiariser avec son nouvel emploi. Le jeu de Caufield avec le Rocket dictera ensuite la suite des choses pour lui.

N’oublions pas que Jack Hughes, Kaapo Kakko et Dylan Cozens, trois attaquants repêchés avant Caufield en 2019, ne connaissent pas le début de carrière escompté dans la meilleure ligue au monde.

Lorsque Caufield débarquera à Montréal, on devra lui donner du temps de jeu de qualité afin qu’il puisse contribuer. Pas 7 minutes et des poussières sur la quatrième ligne! Avec les blessures à Vejdemo, Belzile, Mysak et Ylonen – et les nombreux joueurs sur la taxi squad montréalais -, Caufield aura droit à une véritable chance à Laval.

Puisqu’il est question de Staal et de Caufield, sachez que j’ai trouvé ça cute de les entendre dire quelques mots en français ce weekend. Caufield a pris le temps de dire « Montreal, allons-y » à la fin d’une vidéo publiée par les Badgers du Wisconsin…

Quant à l’aîné des frères Staal, il a tenu à saluer les fans des Habs en leur disant « bonjour » de la chambre d’hôtel qui lui sert d’endroit de quarantaine à Montréal.

Ceci dit, il n’y a pas matière à s’exciter le poil des jambes et à inonder le Web d’articles choc nous disant que Caufield et Staal parlent français. Juste une opinion personnelle…

À noter que Staal n’a pas vu sa conjointe et ses enfants depuis le mois de décembre dernier puisque sa famille est demeurée au Minnesota. Je crois que Corey Perry n’a pas vu sa femme et son fils depuis qu’il a signé avec le Canadien lui non plus

Non, ce n’est pas parce que tu es millionnaire et que tu joues au hockey que la pandémie ne t’affecte pas. Je n’ose même pas imaginer comment Carey Price, un gars pour qui la famille est ultra importante, se sentirait s’il ne pouvait pas voir ses enfants durant plusieurs mois…

En rafale

– Caufield avait l’habitude d’obtenir une dizaine de lancers par match dans la NCAA. Combien en décochera-t-il avec le Rocket?

– Eric Staal, un leadership comme celui de Carey Price et de Shea Weber?

– Cole Caufield est arrivé à Montréal – ou plutôt arrivera ce soir pour être plus précis – et plusieurs moments de sa (jeune) vie l’ont préparé à ce nouveau chapitre de sa carrière.

– On recule. On n’avance pas.

– Le Canada et les États-Unis ne participeront pas aux Jeux olympiques de Tokyo.

PLUS DE NOUVELLES