Un attaquant top-6, excellent à 5v5, devient une priorité… | Weber: le dernier des mohicans

Les échanges de grande envergure, celles qui changent le noyau dur de l’équipe, ont ceci de particulier: ils transforment également la stratégie d’un directeur général du tout au tout.

Le Canadien avec Weber n’a pas les mêmes forces et faiblesses que celui avec Subban. Cela va de soi.

Si l’acquisition du puissant droitier – combinée à l’embauche de Kirk Muller – donne un véritable électrochoc à l’avantage numérique, la force de frappe à cinq contre cinq est en contrepartie affaiblie.

Prenons les statistiques de l’an dernier à forces égales. Subban produisait 1,25 point par heure de jeu; Weber, 0,86.

Maintenant, je suis de ceux qui détestent quand on balance des chiffres sans les relier à une analyse visuelle tangible. On s’intéresse donc au « pourquoi ».

Subban ne possède pas un tir aussi puissant que Weber, et il ne le décoche pas avec la même précision. Aussi, il ne parvient pas souvent à se mettre en évidence pour lancer à proximité du gardien. De tous les défenseurs du circuit, il est celui qui tire des plus longues distances après Nicklas Grossman, selon NHL.com.

Toutefois, ce qui a fait en sorte que Subban a été beaucoup plus efficace à cinq contre cinq, ce sont ses habiletés de passeur. Seuls Karlsson et Letang cumulent un meilleur ratio de passes par match parmi les arrières de la Ligue. Les données compilées par Sportlogiq montrent que Subban figure parmi l’élite pour ce qui est de la création de chances de marquer. À ce chapitre, Weber, qui se veut plus prudent, moins dynamique et surtout moins mobile, ne lui arrive pas à la cheville.

En séries, le jeu à armes égales devient particulièrement important puisque les opportunités d’attaque à cinq sont moins nombreuses et les arbitres, plus enclins à ranger leur sifflet. Ainsi, P.K., une bête de spectacle qui carbure à la pression et l’adrénaline, affiche une moyenne de point par match significativement supérieure à celle de Weber à Nashville: 0,69 PPM versus 0,47.  Subban a trôné trois fois au sommet des pointeurs de son club en séries. Weber, lui a terminé une fois au premier échelon, ex aequo avec trois joueurs, lorsqu’il a inscrit quatre points en six matchs en 2007-2008.

Dans de petits échantillons comme ceux des séries, il est aussi plus dangereux de miser sur l’avantage numérique en guise de stratégie de victoire. Sur une saison complète, les équipes finissent toutes par être plus ou moins pénalisées autant que les autres. Mais, à court terme, les déséquilibres sont plus fréquents.

Peut-être que le Canadien est meilleur dans l’ensemble avec Weber. J’en suis sceptique. Mais je n’exclurai pas cette possibilité. Ce serait assumer que je ne peux pas avoir tort, ce qui n’est pas raisonnable.

Néanmoins, le fait demeure: la nécessité d’ajouter du punch dans un contexte de cinq contre cinq devient soudainement plus criante. Il n’y a pas si longtemps, le CH était éliminé des séries, incapable d’acheter un but contre le Lightning de Tampa Bay en deuxième ronde. Et le dernier mouvement de personnel ne fait rien pour concrètement y remédier.

La pression s’accentue donc sur les épaules de Marc Bergevin à une petite journée du 1er juillet.

Et si la solution était Milan Lucic?

Weber: le dernier des mohicans 

Le nom de P.K. Subban résonne tellement à travers la ligue nationale qu’en analysant cette transaction, on oublie presque de décortiquer le jeu de Shea Weber. Même que l’entrevue qu’il a accordée aux médias en soirée a carrément passé dans le beurre, en bon Québécois.

Corrigeons cela à l’instant.

Je remarque qu’il y a beaucoup de mythes, positifs et négatifs, qui circulent au sujet du numéro 6.

Ce qu’il faut savoir, c’est que Weber est probablement le meilleur défenseur du circuit sans la rondelle. Son jeu de couverture, son utilisation du bâton, son implication physique et son agressivité étouffante sont des atouts combien impressionnants. Il faut l’admettre, Weber est techniquement impeccable dans des situations de un contre un, c’est pourquoi il est craint par les meilleurs attaquants du circuit. Ça explique aussi ce gazouillis de Jonathan Toews.

C’est peut-être aussi pourquoi certains lui affublent encore le statut de meilleur défenseur du circuit.

À une époque, Weber était peut-être bien réellement le meilleur défenseur du circuit, lorsqu’il faisait la paire avec Ryan Suter. Mais ce n’est plus le cas. Depuis un certain temps, on chuchote même à Nashville que Roman Josi a hérité de la couronne de défenseur numéro un de l’équipe.

L’ennui, c’est que Weber n’est plus le meilleur défenseur du circuit dès qu’il touche la rondelle. Un directeur général de l’Ouest se confiant à Craig Custance d’ESPN a d’ailleurs noté « qu’il ne montait pratiquement plus avec le disque ».

Les données de Corey Sznjader confirment cette affirmation. Quand on compare Weber aux autres défenseurs dits « élite », on observe qu’il peine à convertir ses touches de rondelle en zone défensive en sorties de zone en contrôle (Carry%). L’essentiel des sorties de territoire était le travail du Suisse Roman Josi.

Alors que bouger la rondelle est maintenant une qualité première chez les défenseurs modernes, Weber est le dernier des mohicans parmi l’élite: il demeure un défenseur efficace en pulvérisant les attaquants contre la rampe pour leur soutirer la rondelle, et en s’appuyant sur son partenaire pour compenser ses limitations.  Au bout du compte, Weber est l’homme que vous voudrez systématiquement déployer pour protéger une avance. Cela dit, il n’est plus le défenseur presque parfait qu’il était dans ses meilleures années.

Je persiste à croire que Nathan Beaulieu est le partenaire fait sur mesure pour Weber. Beaulieu, d’un côté, peine à séparer l’adversaire du disque le long des rampes, mais patine avec une agilité déconcertante et excelle en transition. Weber récupère les disques dans le trafic et étouffe les menaces offensives.

Si Michel Therrien amorce vraiment la saison avec le duo Markov-Weber face à une équipe de l’Est, j’abandonne.

En rafale
– Kyle « Je me fous de Montréal » Okposo serait intéressé par les Sabres.

– Est-ce que le CH est l’une de ces deux équipes?

Mais il finirait encore deuxième dans la course si Edmonton était choisi.

– Le départ de Subban, c’est aussi un échec pour Bergevin et Therrien, qui n’ont jamais su l’intégrer dans leur groupe. (RDS)

– Les Canucks ne seraient plus dans la course pour Milan Lucic.

– Des rumeurs concernant Evander Kane et Thomas Vanek. (Spector’s Hockey)

– Et si les Black Knights de Las Vegas poursuivaient Victor Hedman l’été prochain?

– Don Sweeney espère signer John-Michael Liles.

– Les Prédateurs ont décidé de ne pas honorer la clause de non-mouvement de P.K. Subban.

https://twitter.com/generalfanager/status/748622388481359872

– Seidenberg intéressera-t-il les Panthers? J’en doute.

– Ouf! James Mirtle frappe fort dans cet article. Pourquoi les équipes canadiennes sont mauvaises? (Globe and Mail)

– Les Hurricanes continueront de payer Wisniewsky.

https://twitter.com/generalfanager/status/748623306954264576?s=09)

PLUS DE NOUVELLES