Il faut en prendre et en laisser avec les stats avancées | Tyson Jost : un pari risqué | Le retour du Dutch Gretzky?

1- Le « Dutch Gretzky » de retour?

L’ailier droit Dale Weise a adoré son séjour à Montréal et a souvent dit qu’il était intéressé à revenir y jouer. Weise n’est pas un ailier de premier plan dans la LNH et il se veut tout au plus un joueur de troisième trio au sein d’une équipe de milieu de peloton. À Montréal, l’équipe dispose déjà d’une quantité impressionnante et inutile de joueurs de soutien et l’enveloppe salariale est déjà passablement remplie. Plusieurs observateurs et partisans semblent convaincus que Weise va signer avec le Tricolore le 1er juillet prochain, ce qui est possible. Weise a toujours été un favori de Michel Therrien et il apporte à la fois du caractère et de la vitesse, en plus de posséder un gabarit avantageux. Le droitier naturel cadre bien avec le pattern de jeu de l’équipe, mais à quel prix est-ce que son retour en Bleu-blanc-rouge est acceptable? Son passage à Chicago n’a clairement pas fait augmenter sa valeur, lui qui a souvent été relégué au quatrième trio, quand il ne regardait pas les matchs depuis la passerelle. Un contrat de trois saisons à raison de 4,5 millions $ au total (1,5 million $ sur la masse salariale) serait le maximum que le CH devrait lui offrir s’il veut voir son ancien joueur rentrer au bercail, plus d’argent constituerait une dépense inutile au sein d’une formation qui compte déjà plusieurs joueurs dans le même moule. Personnellement, je passerais à autre chose et n’offrirais pas de contrat à Weise, les besoins de la Flanelle se situent au sein des deux premiers trios.

2- Les stats avancées : pas assez de nuances

De plus en plus, les statistiques avancées s’imposent comme une nouvelle manière de gérer dans la LNH. De nombreuses équipes se sont tournées vers des spécialistes en la matière pour les aider à améliorer leur alignement, on pense à Kyle Dubas, assistant au directeur général à Toronto, ou à John Chayka, 26 ans, directeur général des Coyotes de l’Arizona. Si les statistiques analytiques avancées permettent de cibler plusieurs aspects du rendement passé et à venir d’un athlète, elles ne permettent toutefois pas de mesurer le leadership, le caractère et les réactions d’un joueur sous le coup de l’émotion. Ne jurer que par les statistiques avancées se veut une erreur majeure. Il y a quelques années, le Tricolore avait le choix entre deux défenseurs sur le marché des joueurs autonomes et les deux arrières demandaient un salaire semblable pour une durée également semblable. La direction de l’équipe a procédé à son choix en basant la décision sur les statistiques analytiques des deux athlètes, pour finalement opter pour signer Jaroslav Spacek au détriment de François Beauchemin. Les mathématiques représentent peut-être le langage universel, mais ce n’est pas un langage en mesure de quantifier l’émotion et le cœur au ventre.

3- Tyson Jost : le risque de la NCAA

Longtemps considéré comme une carte cachée puisqu’il jouait dans la BCHL, un circuit bien inférieur au junior Canadien, le joueur de centre Tyson Jost est maintenant un espoir bien en vue qui fait saliver plusieurs recruteurs de la LNH à l’aube du repêchage du 24 juin prochain. Certains le classent parmi les 8 premiers à monter sur le podium, tandis que d’autres le perçoivent comme un joueur qui sera réclamé parmi les 12 premiers au mieux. Jost a déjà fait savoir qu’il évoluerait pour les Fighting Sioux de l’Université du Dakota du Nord dès l’an prochain, ajoutant au passage qu’il souhait y rester pour toute la durée de son parcours académique. C’est cet aspect qui risque de refroidir les équipes de la LNH. On a souvent vu des athlètes de la NCAA terminer leur parcours académique et ne pas signer de contrat avec la formation les ayant repêchés, pour ensuite profiter du statut de joueur autonome. Des exemples? Justin Schultz, Kevin Hayes et plus récemment, Mike Reilly… Le règlement des joueurs de la NCAA cause bien des tracas aux dépisteurs des équipes de la LNH, puisque le joueur a 30 jours pour s’entendre avec son équipe au terme de son parcours scolaire, sans quoi il devient admissible à l’autonomie.

4- Si Lucic reste à LA, Brown ou Gaborik devra quitter

Milan Lucic l’a fait savoir de manière claire : son désir premier est de demeurer à Los Angeles. Or, les Kings sont présentement aux prises avec un sérieux casse-tête au niveau du plafond salarial et avant de s’assurer des services à long terme du très robuste ailier au format géant, ils devront trouver une manière d’intégrer son salaire à la structure financière de l’équipe. Les deux joueurs qui risquent de faire l’objet de rumeurs à ce sujet : Dustin Brown et Marian Gaborik, qui possèdent tous deux des contrats de longue durée et qui n’offrent plus le rendement auquel on est en droit de s’attendre de la part de joueurs dont les salaires s’élèvent à 5,875 millions $ (Brown) et 4,875 millions $ (Gaborik). Le gros problème pour le DG des Kings est le suivant : qui donc acceptera de prendre le fardeau de tels salaires alors que le plafond salarial risque de stagner et même de descendre pour l’an prochain? Il faudrait compter sur une formation comme les Coyotes de l’Arizona, mais encore là, Los Angeles devra ajouter un jeune ou un excellent choix dans la transaction… Tout ça pour faire signer un joueur qui ralentit d’année en année et qui sera bientôt considéré comme un Dustin Brown de ce monde : Milan Lucic. Que d’ironie!

5- Les gagnants et les perdants du combine

Chaque année, des espoirs du repêchage gagnent des points lors du fameux « combine » de la LNH, tandis que d’autres voient leur étoile pâlir. Selon Sportsnet, les grands gagnants de l’édition 2016 du « combine » de la LNH sont Nylander, Dubois, Matthews, Sergachev et Rubtsov. À cette liste pourraient s’ajouter les noms de Luke Green et Samuel Girard, deux joueurs de la LHJMQ. On rappelle que ces exercices ont pour but de prendre note des capacités athlétiques de chacun des espoirs invités.

En rafale

– Un segment à suivre de près dans l’émission de JC (comme la majorité des segments de son émission d’ailleurs…)

– Logan Brown, que plusieurs voudraient voir aboutir à Montréal au neuvième échelon du repêchage de juin, est comparé à Joe Thornton… Y’a pire dans la vie, tsé…

https://twitter.com/DennisTFP/status/739873228307341313

– Un entretien seul à seul avec Sidney Crosby, à l’aube du quatrième affrontement de la finale de la Coupe Stanley.

– Stratégie plutôt « baveuse » que celle des Sharks, on peut dire que c’est du marketing agressif!

– Un autre ancien « dur » de la LNH qui a des problèmes à faire la transition vers son après carrière…

– On est loin de Ginette Reno!

– Comme DLC en jasait ce matin, Parenteau tente de trouver un terrain d’entente pour demeurer avec Toronto.

– Une vieille nouvelle!

– Des espoirs top-10 sont présents à San Jose pour le match numéro 4 de la finale.

– Une vidéo du mémorable tour du chapeau de Peter Forsberg.

– Pas de Curry à Rio…

 

PLUS DE NOUVELLES