betgrw

Evgeny Kuznetsov pointe Peter Laviolette du doigt

Lorsqu’un changement d’entraîneur survient, quelques joueurs décident de s’ouvrir sur le coach en question.

Certains en profitent pour dire les hauts et les bas vécus avec l’ancien entraîneur, alors que d’autres n’hésitent pas une seconde à le critiquer.

Celui qui a fait le plus jaser de lui suite à son congédiement, c’est Darryl Sutter, lui qui était derrière le banc des Flames de Calgary pour les trois dernières années.

Plusieurs joueurs ont commenté le dernier passage de Sutter à Calgary, dont Nazem Kadri, ainsi que le Québécois, Jonathan Huberdeau.

Un des derniers renvois d’entraîneur dans la LNH, dont on n’a pas beaucoup entendu parler, est celui de Peter Laviolette à Washington.

L’attaquant russe Evgeny Kuznetsov s’est assuré que l’on sache ce qu’il pensait de Laviolette.

Durant une entrevue en russe, sur le podcast Slippery Ice, Kuznetsov a mentionné que Laviolette utilisait très mal ses joueurs.

Pour voir l’entrevue complète (en russe), vous pouvez la voir juste ici. Les propos récoltés par le site Russian Machine Never Breaks sont basés sur Google Traduction pour comprendre ce qui a été dit durant l’entrevue.

« Tu emmènes un entraîneur qui ne cadrait presque pas avec notre style, on était en reconstruction. On m’a payé pour faire ce que je fais bien et là, il arrive et ils me disent que je n’ai pas besoin de faire ça – lance la rondelle dans le fond de la zone, patine, et cache le gardien. » – Evgeny Kuznetsov

Même si Kuz possède un bon gabarit (6 pieds 2 pouces et plus de 200 livres), il est bien plus un joueur intelligent et un fabricant de jeu qu’un gars qui va se placer devant le filet.

Ce n’est pas à lui de faire ce type de boulot-là. Chaque joueur a un rôle particulier à jouer.

« C’est là que tout a tourné au vinaigre, car nous devrions avoir chacun notre rôle et tout le monde sera en demande pour ce rôle-là. » – Evgeny Kuznetsov

Le Russe a aussi fait la comparaison avec quelqu’un qui ne fait que transporter un piano, mais par après, on lui demande d’en jouer, même si la personne n’en a jamais joué.

J’aime bien sa comparaison, ça me fait penser un peu à celles que Bob Hartley fait souvent. On comprend bien ce qu’il veut dire.

Ce qu’il critique principalement dans le système de jeu de Laviolette, c’est l’aspect physique qui est très important et surtout, comment c’était peu créatif.

Un joueur du type de Kuznetsov a besoin de liberté et de créativité. Ce n’est pas avec un « dump and chase » constant qu’il y aura de bons résultats.

Andrei Nikolishin, qui a joué plus de 600 matchs en carrière, est l’animateur principal du podcast Slippery Ice.

En entendant les propos de Kuznetsov sur le système de Laviolette, Nikolishin en est venu à la conclusion que c’est un système de la vieille école.

À cela, Kuz a répondu :

« Je ne sais pas… si c’est même une école. » Evgeny Kuznetsov

Durant cet entretien, le centre de 31 ans a aussi parlé du départ de son compatriote Dmitri Orlov.

Il était évidemment bien triste de son départ vers Boston, mais c’est plutôt le sort que l’on réserve à ceux qui veulent rester à Washington qui le préoccupait.

« On dirait que dans cette organisation, ceux qui veulent rester sont échangés et ceux qui ne veulent pas être là sont laissés pour compte. – Evgeny Kuznetsov

Maintenant que Laviolette est parti, c’est Spencer Carbery qui prend la relève derrière le banc.

Ce dernier et Kuznetsov semblent déjà avoir bâti une belle chimie.

Le Russe a bien hâte à la prochaine saison avec son nouvel entraîneur.

« Il est une bonne personne et j’ai l’impression que la façon dont il voit le hockey, c’est un fit parfait pour moi et pour plusieurs autres joueurs au sein de l’équipe.

Le plus important pour lui, c’est qu’ils ont été honnêtes l’un envers l’autre.

PLUS DE NOUVELLES