Enrico Ciccone n’a (vraiment) pas aimé voir Bob Perno salir Mike Ribeiro de la sorte

On a tous eu un petit (ou gros) malaise en lisant le texte de Richard Labbé hier matin. Labbé a résumé un entretien entre Bob Perno et lui, entretien qui tournait autour de Mike Ribeiro. Perno a indiqué que Mike Ribeiro était malade, qu’il était introuvable, qu’il était séparé de sa femme, qu’il n’avait pas complété sa cure de désintox au complet il y a quelque temps, que le pire était à craindre, que sa carrière de hockeyeur était terminée…

Tony Marinaro a ensuite reçu Perno en entrevue, sur les ondes de TSN 690. Perno lui a servi la même salade, ajoutant même que Ribeiro consommait beaucoup d’alcool et des drogues douces à l’époque où il jouait pour le Canadien de Montréal.

Après le lunch, c’était au tour de Georges Laraque et Stéphane Gonzalez de recevoir Perno afin qu’il nous parle de la vie privée de Mike Ribeiro.

Détails sur la séparation de Mike… Sur l’état dépressif de ce dernier… Sur les responsabilités qu’il fuit…

Et je ne vous parle même pas de Pierre Rinfret qui en a profité pour raconter une histoire de c*l impliquant Ribeiro et la fille d’un nom connu chez le Canadien. Devra-t-on renommer le 31 août de chaque année la journée « On crache sur Mike Ribeiro »?

Enrico Ciccone, ancien agent de joueurs maintenant animateur le matin, sur les ondes du 91,9 Sports, a ramassé (en ondes) Bob Perno il y a quelques minutes.

Il l’avait aussi fait sur Twitter, hier.

Selon Cicco, Bob Perno n’avait pas à donner tous ces détails sur la vie de Ribeiro. Il a transgressé une règle de confidentialité (et d’éthique morale). Il a le devoir de protéger, d’aider, de sauver et/ou de vendre positivement son joueur, pas de dévoiler au grand jour de tels aspects de la vie du joueur en question (alcool/drogue). À quoi joue-t-il?

Perno a peut-être cloué le dernier clou dans le cercueil de Ribeiro avec sa sortie d’hier. Peut-être avait-il vraiment de bonnes intentions… Mais Perno pourrait regretter toute sa vie sa sortie d’hier!

Au lieu de pisser aux oreilles d’un journaliste situé à 1 600 km de Nashville, Perno aurait pu appelé la police de Nashville… Il aurait pu se rendre directement à Nashville… Il aurait pu engager des détectives privés….

Ce que Perno a fait hier, ça ne se fait pas. #CiccoARaison

Bob Perno a (beaucoup) trop parlé!

À noter que Cicco n’a pas fait une seule montée de lait contre Richard Labbé, Georges Laraque ou Stéphane Gonzalez, des collègues du 91,9 Sports qui ont relayé les dires de Perno. Le méchant dans tout ça, selon Cicco, c’est Perno. Et il a raison. Les médias ne peuvent pas ignorer une nouvelle comme ça devenue publique… Mais Perno aurait pu se garder une petite grosse gêne en ne la rendant pas publique.

Pourquoi a-t-il agi ainsi, Bob Perno? Soit il a quelque chose contre Ribeiro et il lui remet en pleine face de la pire des façons? Soit il a été TRÈS maladroit dans ses tentatives d’aider un ami, un 2e fils? Soit il avait besoin d’attention car on ne parle pas beaucoup de lui? Mais au final, ce n’était pas la chose à faire. Quand quelqu’un près de toi a besoin d’aider, tu lui tends la main. Tu ne lui cognes pas sur la tête.

C’est grave ce que Perno a fait hier…

À noter que Cicco ne semble pas non plus avoir apprécié l’histoire/rumeur racontée par Pierre Rinfret, hier soir…

PLUS DE NOUVELLES