David Poile a compris comment bâtir sa ligne de centres (et son équipe)

L’une des premières pensées ayant traversé ma tête lorsque j’ai appris l’échange de Matt Duchene et Kyle Turris, en plein milieu de la tempête médiatique qui en a été la cause, c’est à quel point David Poile est dans une classe à part. Comme je l’ai mentionné hier soir, il est incroyable que même après les départs de Samuel Girard, Shea Weber, Seth Jones et Ryan Suter dans une fenêtre de moins de 10 ans, la brigade défensive des Prédateurs demeure l’une des meilleures dans la LNH.

Un autre point positif à observer est l’évolution de la ligne de centres de l’équipe. Poile n’a pas cherché d’excuses, contrairement à l’un de ses confrères, et réussit à bâtir quelque chose de surprenamment compétitif à partir de pas grand chose.

L’équipe n’avait pas de premier centre de qualité et comptait majoritairement sur l’impact de joueurs de qualité middle 6 afin de piloter le centre.

Le problème a été rapidement réglé alors que David Poile n’a pas eu peur d’avoir recours à de grosses transactions et signatures pour régler son gros problème.

C’est comme ça qu’on bâtit une ligne de centres. Et le Canadien devrait définitivement prendre des notes.

Une situation similaire réglée d’une façon plus efficace

Un parallèle intéressant peut être fait entre les anciennes formations des deux équipes, si l’on compare Filip Forsberg à Alex Galchenyuk (à mi-chemin entre centre et ailier à un moment ou l’autre de leur carrière) ainsi que Mike Ribeiro/Mike Fisher à Tomas Plekanec et David Desharnais.

Je crois pouvoir dire sans me tromper que les Prédateurs ont fait plus de chemin depuis. Le Canadien a fait l’acquisition d’un ailier en Jonathan Drouin, avec comme projet d’induire en lui les essences d’un joueur de centre. Outre ça, Phillip Danault a été acquis et a pris tout le monde par surprise en occupant le rôle de centre #2 par défaut, même s’il est davantage un centre de troisième trio.

« Tu dois faire attention à tes relations et à ne pas tomber en amour avec un joueur – tu dois être en mesure de voir de façon claire ce dont tu as besoin. » – David Poile

Beaucoup d’incertitude entoure encore le groupe de centres du Canadien, tandis que la situation est bien plus claire à Nashville.

Évidemment, on pourrait en débattre longtemps, mais c’est mon opinion.

Une construction inconventionnelle qui fonctionne à merveille

On dit souvent que le repêchage est la meilleure façon de construire un bon groupe d’attaquants. La valeur d’un bon centre sur le marché est, comme on a pu le remarquer hier, assez haute.

Les Prédateurs ont décidé de bâtir par l’arrière à l’aide d’un groupe exceptionnel de défenseurs et l’ont utilisé pour améliorer leur lacune au centre.

Intentionnel ou pas, la construction de cette équipe relève du génie et selon moi, Nashville est aujourd’hui l’une des meilleures équipes du circuit.

Kristopher Letang semble être du même avis.

PLUS DE NOUVELLES