D’anciens gardiens de but québécois se questionnent sur l’avenir de Carey Price

On parle beaucoup de Carey Price, de Sean Burke et de Stéphane Waite depuis deux jours. Trop? Peut-être…

Ce qui était jusqu’à hier un scénario de fefan aux yeux des journalistes traditionnels a franchi la barrière les séparant du vrai monde. Hier, Renaud Lavoie s’est questionné quant à la possibilité de voir Carey Price se retrouver à Seattle l’an prochain, s’il ne retrouve pas sa game d’ici la fin de la saison.

Patrick Lalime, Éric Fichaud et Jean-Sébastien Giguère, trois anciens gardiens de but de la LNH maintenant à l’emploi de TVA Sports, se sont quant à eux jasés de Carey Price lors du plus récent épisode du podcast La Dose, animée par JP Bertrand. La discussion est très intéressante et je vous la recommande fortement.

Selon Giguère, il est clair que le congédiement de Stéphane Waite se veut un message à l’endroit de Carey Price, le plus haut salarié de l’équipe et celui alentour de qui le DG a bâti sa formation.

Remplacer Waite par Burke mettra encore plus de pression sur Carey Price selon Giguère, qui croit toutefois que cette décision fonctionnera et permettra à Price de se relancer.

Éric Fichaud ajoute qu’il n’y a plus d’excuse possible pour Price désormais puisqu’il a eu la tête de plusieurs hommes de hockey en haut de lui et qu’il a une excellente équipe devant lui cette année.

« S’il ne gagne pas, je pense qu’il est parti de Montréal! » – Éric Fichaud au sujet de Price

Comment dit-on ça, donc? Things escalated quickly?

Rappelons que Price aura 34 ans cet été et qu’il possède toujours cinq années de contrat complètes à un cap hit de 10,5 millions $. Il a aussi accumulé les blessures durant sa carrière et le poids des années commence à se faire sentir lorsqu’on regarde les matchs du #31.

Marc Bergevin (ou son éventuel remplaçant, puisque ça voudrait dire que le CH aura connu une saison difficile) devrait fort probablement accepter d’éponger une grosse partie du salaire de Carey Price afin de trouver une nouvelle équipe à Carey Price. Ça, ça ferait énormément reculer l’équipe, qui a décidé de miser sur le succès à court terme et qui aura besoin de chaque dollar disponible pour tenter d’y parvenir. Bref, il faut que Carey Price retrouve le chemin du succès sinon, les partisans du Canadien risquent d’en avoir pour plusieurs autres années de misère. Dire qu’on osait parler de Coupe Stanley il y a trois, quatre semaines…

Oui, les unités spéciales doivent être meilleures, les joueurs doivent être plus disciplinés, les attaquants doivent se remettre à produire et les défenseurs ne doivent pas seulement être bons dans l’autre zone, ils doivent aussi l’être près de leur gardien.

Non, tout n’est pas de la faute à Carey Price.

Mais à la base, le gars payé pour être le meilleur gardien de but au monde doit au moins afficher des statistiques dignes d’un gardien top 10 dans la LNH. Pas celles d’un (mauvais) gardien substitut.

Pour l’instant, je demeure curieux quant à l’utilisation et le traitement que Burke et Marciano réserveront à Price au cours des prochaines semaines. Ils ne semblent pas partis pour le protéger/couver – c’est Jake Allen qui obtiendra le départ face aux Jets ce soir – et c’est tant mieux. Ce dont Price a besoin, c’est d’améliorer des aspects psychologiques et techniques de sa game, pas de se faire chouchouter.

PLUS DE NOUVELLES