Connor McDavid n’est pas d’accord avec son titre de meilleur joueur au monde

Pas plus tard qu’hier, NHL Network sortait sa liste des 20 meilleurs centres de la LNH et classait Connor McDavid au premier rang de celle-ci, déclassant alors Sidney Crosby comme le meilleur au monde.

Ce n’est pas le seul palmarès dans lequel McDavid s’est hissé au premier rang.

Le #97 s’est mérité le premier rang dans le top 50 des meilleurs joueurs au monde dressé par The Hockey News.

Le capitaine des Oilers n’est toutefois pas d’accord avec ce classement, n’étant pas prêt à dire qu’il a surpassé Crosby, qui serait carrément dans une classe à part.

Les 100 points qu’il a récoltés la saison dernière ne lui ont pas trop monté à la tête, alors qu’il ne porte pas trop attention aux derniers honneurs qui lui sont attribués : « Je ne suis pas d’accord, alors ça ne me touche pas vraiment. J’imagine que c’est un honneur, mais à la fin de la journée, tout le monde sait qui est le meilleur et ce n’est pas moi. J’ai encore beaucoup de travail à faire. »

Clairement, ce n’est pas tout le monde qui le sait s’il reçoit autant de bons classements. S’il a tant de travail à faire que ça pour améliorer son jeu, j’ai beaucoup de difficulté à imaginer sa production d’ici deux ou trois ans. Atteindre le plateau des 100 points à un si jeune âge est un accomplissement en tant que tel, et on ne peut qu’espérer pour lui qu’il atteigne le chiffre magique à plusieurs autres occasions au cours de sa carrière.

Questionné à savoir quelle facette du jeu de Sidney Crosby il aimerait ajouter à son sac d’outils, il a pointé la vision du capitaine des Penguins.

« Comment il réussit à trouver de l’espace sur la patinoire. Il trouve des façons de marquer différents buts dans des situations difficiles – déviations, tirs rapides, avec peu d’espace – et c’est quelque chose avec quoi j’ai de la difficulté. J’aimerais évidemment trouver une façon de marquer davantage et il sait le faire mieux que quiconque. »

Selon les dires de McDavid, il se pointera au camp d’entraînement avec un lancer amélioré sur lequel il a beaucoup travaillé au courant de l’été.

Il refuse encore d’avouer que les Oilers sont des prétendants à la Coupe Stanley, malgré les nombreuses analyses qui pointent dans cette direction : « Nous n’avons encore rien fait dans cette ligue. Nous sommes allés en deuxième ronde, c’est bien, mais le hockey n’est pas à propos de ça. Il faut gagner, et nous avons encore beaucoup de travail avant d’arriver à le faire. »

PLUS DE NOUVELLES