Connor Hellebuyck juge que la pause dans la LNH est une mesure exagérée

Hier soir, on apprenait que la LNH allait mettre sa saison sur pause entre le 22 et le 25 décembre. La forte augmentation des cas de COVID-19 à travers le circuit Bettman forçait déjà le report de plusieurs matchs de toute façon et on a préféré laisser la chance aux joueurs de passer Noël en famille.

Est-ce que les matchs prévus à l’horaire le 27 décembre auront assurément lieu pour autant? Je ne suis pas certain, mais en ce moment, c’est ce qui est prévu.

Même si certains sont assurément satisfaits de pouvoir prendre une pause de quelques jours, il y en a qui trouvent la mesure un brin exagérée. C’est d’ailleurs le cas de Connor Hellebuyck, le gardien des Jets de Winnipeg.

Hellebuyck, qui a contracté le virus l’été dernier avant de se faire vacciner (il a dû attendre le bon délai avant de se faire vacciner, ce qui explique son « retard » à ce niveau), trouve que la ligue pousse la note un peu trop loin. Il trouve qu’il y a beaucoup trop de matchs reportés en raison des protocoles de COVID-19 et aimerait plutôt voir ces derniers être modifiés, comme l’a fait la NFL, par exemple. Dans celle-ci, on a modifié les protocoles pour ne tester que les joueurs symptomatiques.

Et ce n’est pas la première fois que le gardien y va de propos du genre : il avait affirmé sensiblement la même chose il y a quelques jours.

Malgré tout, Hellebuyck note toutefois que la pause est somme toute appréciée étant donné que Noël approche. Ça permettra de faire un reset et de repartir à neuf au retour de celle-ci :

C’est dommage, mais c’est Noël alors nous apprécions la pause. On peut utiliser ce temps comme une petite réinitialisation mentale ou pour voir la famille, profiter des vacances et profiter de ce que nous avons. – Connor Hellebuyck

Hellebuyck affirme également qu’il est déçu de ne pas pouvoir participer aux JO cette année (la LNH et les joueurs se sont entendus là-dessus et une annonce officielle viendra d’ici demain). Il espère être en mesure d’y retourner dans quatre ans (il aura alors 32 ans), mais il aurait vraiment aimé y aller cette année.

Et, évidemment, il n’est pas le seul qui est déçu : Sidney Crosby manquera ce qui aurait pu être ses derniers JO, lui.

Pour en revenir aux propos d’Hellebuyck, je crois que les mots de Scott Billeck (un journaliste qui couvre les activités des Jets) mettent le doigt sur mon opinion face à ceux-ci : on peut comprendre sa frustration, mais le gardien doit prendre conscience de la portée de ses mots.

Reste que c’est un point de vue intéressant. Au moins, pour le moment, la pause est très courte, mais si ça devait se prolonger, il y aura de plus en plus de frustration chez les joueurs.

PLUS DE NOUVELLES