Comme Carey Price dans le temps, Nick Suzuki et Cole Caufield masquent les défauts du club

En 26 matchs cette saison, Nick Suzuki a 29 points, dont pas moins de 14 buts. Cole Caufield, de son côté, a 15 buts et 24 points en autant de recontres que son joueur de centre et bon ami.

On va se le dire : si le Canadien de Montréal a un club qui n’est pas aussi mauvais qu’on l’anticipait, c’est notamment en raison de ces deux gars-là.

Est-ce que les performances des gardiens ou des jeunes défenseurs ont fait en sorte que le CH est meilleur que prévu? Évidemment. Le hockey demeure un sport d’équipe, après tout.

Mais le duo dynamique du premier trio (ainsi que Kirby Dach) est le moteur du club… et c’est évident. C’est à cause d’eux (ou grâce à eux) que le CH est de plus en plus perçu comme une équipe offensive.

Mais le mot clé, ici, c’est « perçu » comme une équipe offensive.

Dans les faits, on a l’impression que le Canadien est capable de marquer souvent au bon moment, mais c’est surtout en raison du fait que les deux meneurs du CH ont 29 buts en 26 matchs.

En ce moment, le Canadien est au 24e rang de la LNH pour les buts marqués avec 77 réussites. C’est donc dire que plus du 1/3 des buts du CH vient des deux vedettes du club.

Outre le #14 et le #22, seuls quatre gars ont au moins… cinq buts.

  • Josh Anderson : sept buts
  • Sean Monahan : six buts
  • Mike Hoffman : cinq buts
  • Christian Dvorak : cinq buts

L’offensive du Canadien, c’est son premier trio. Il ne faut pas chercher d’explication plus loin que ça puisque les trois autres trios apportent parfois de l’aide, mais pas sur une base régulière.

Si Suzuki et Caufield sont moins en forme (et que Sean Monahan est absent), tu sais que le CH va perdre.

Quand on regarde les stats de Nick Suzuki, on se rend compte que si le Canadien a gagné (comme ça a été le cas 13 fois cette année), il a probablement noirci la feuille de pointage. Les seules exceptions? Le 27 octobre contre Buffalo, le 8 novembre contre Detroit et le 23 novembre contre Columbus.

Et contre Detroit, Suzuki a marqué en tirs de barrage, quand même.

Cole Caufield, lui? Il n’a pas eu de point dans le match contre les Wings du 8 novembre, mais il a marqué en tirs de barrage. Il n’a pas non plus eu de point contre les Blackhawks le 25 novembre, mais je peux vous dire que son trio au complet a marqué en tirs de barrage.

Nick Suzuki a obtenu 17 de ses points dans des victoires du CH et Cole Caufield a quant à lui obtenu 16 points lors des 13 matchs où le CH s’est sauvé avec le W à la fin de la soirée. Ils ont donc neuf et huit points dans les 13 défaites du club, ce qui est environ deux fois moins de points dans les deux cas.

Et j’ai envie de dresser un lien avec Carey Price.

Après tout, tout le monde est d’accord que Carey Price, dans ses belles années, réparait ou « cachait » des erreurs du Canadien via son bon jeu. Les défenseurs pouvaient prendre plus de risques devant lui.

Et j’ai de plus en plus le même sentiment avec les deux attaquants du CH. Les joueurs qui ne s’appellent pas Suzuki ou Caufield ont 48 buts seulement cette année, ce qui est très peu. Très peu.

Mais pourtant, on parle du CH comme d’une meilleure équipe qu’elle ne l’est vraiment.

Pourquoi? Parce que les jeunes ont souvent fait gagner le CH. Que ce soit avec le bon jeu en fusillade, que ce soit lors du but en toute fin de partie contre les Flyers ou que ce soit une performance de trois points chacun contre les Blues, les gars se démarquent.

Est-ce qu’ils font trop monter le CH au classement? Non parce que leur progression vaut de l’or et c’est leur job… mais sans eux, repêcher Connor Bedard serait plus facile.

PLUS DE NOUVELLES