Cinq Québécois à Montréal : une première en 13 ans

Cela fait déjà plusieurs années qu’une grande partie des partisans réclame plus de Québécois au sein du Canadien de Montréal. Marc Bergevin a souvent été critiqué pour le manque de joueurs québécois repêchés, signés et acquis via transaction.

Eh bien cette année, ces critiques ne pourront pas être faites. Avec fort probablement cinq Québécois au sein de l’équipe pour commencer la saison, ce sera une première en 13 ans pour le tricolore.

En effet, cela fait depuis 2008 que le CH n’a pas eu au moins cinq joueurs québécois au sein de sa formation. En 2008, le CH en avait sept :

  • Steve Bégin
  • Patrice Brisebois
  • Mathieu Dandenault
  • Maxim Lapierre
  • Georges Laraque
  • Guillaume Latendresse
  • Alex Tanguay

Cette année, ils seront cinq étant donné que Samuel Montembeault commencera fort probablement la saison à Montréal étant donné l’absence de Carey Price.

Les quatre autres sont Jonathan Drouin, David Savard, Mathieu Perreault et Cédric Paquette.

Être plusieurs confrères québécois au sein de la même équipe est plaisant pour Cédric Paquette.

« Plus il y a de Québécois, plus c’est plaisant. Ça fait du bien parce que l’an passé, en Caroline, il n’y en avait aucun. S’intégrer, c’est plus facile quand il y a des Québécois. Même pour les conjointes » – Cédric Paquette

De plus, les cinq sont tous affamés de décrocher le prestigieux trophée qu’est la coupe Stanley avec le tricolore, en plus d’être entourés de confrères québécois.

« Plusieurs personnes m’ont parlé de cette possibilité. Ça m’a donné encore plus hâte d’endosser le chandail du Canadien et d’amorcer la saison. » – Cédric Paquette

« Mon plan est d’avoir exactement la même journée que je viens de vivre à la même date l’an prochain. On va essayer de ramener la coupe à Montréal. J’ai aimé la façon dont le Canadien jouait quand j’ai joué contre [lui] dans les séries éliminatoires » – David Savard

La tâche ne sera toutefois pas évidente malheureusement. En effet, dans une division comme l’Atlantique, cela risque d’être difficile pour le CH de se tailler une place pour les séries.

« La division Atlantique a toujours été relevée. Surtout au cours des cinq dernières années. C’est un beau défi. En plus, affronter d’excellentes équipes en saison régulière, c’est une bonne préparation pour les séries. »

« Il y a un paquet d’équipes qui n’ont pas fini premières ou deuxièmes de leur division et qui ont eu la chance de gagner la coupe Stanley. C’est notre objectif chaque année. L’an passé, on a fait un bon bout de chemin, mais on a fini comme tout le monde : pas de trophée, pas de défilé. Alors, on repart à zéro et on se met en position de faire les séries. »

– Jonathan Drouin

Le 10 mai dernier, pour la première fois de son histoire, le Canadien a disputé un match en n’ayant aucun Québécois en uniforme. Existe-t-il donc un lien entre cette « tragédie » et l’ajout de plusieurs Québécois cet été?

« Je ne crois pas. Par contre, je crois que ça prouve qu’il y a de bons joueurs québécois. Et ces bons joueurs québécois, on les veut ici. »

« Quand tu es Québécois, tu veux venir jouer pour le Canadien et au Centre Bell. C’est encore plus vrai avec le parcours qu’on a eu l’an passé. Les gars veulent faire partie de ce groupe-là. »

– Jonathan Drouin

Bref, cinq Québécois chez le CH c’est beau à voir, et ce chiffre pourrait même grandir si jamais Alex Belzile en venait à faire l’équipe, ou bien s’il était rappelé au cours de l’année.

En Rafale

– À suivre.

– À lire.

– Du nouveau dans la saga Kylian Mbappé.

– Le premier trio du Kraken est prêt.

– Jonathan Toews fin prêt pour le début de la saison.

PLUS DE NOUVELLES