Carey Price qui parle à sa fille pendant un match : une tempête dans un verre d’eau

Dans les derniers mois, Carey Price a travaillé fort afin de revenir dans la LNH. Il a surmonté des problèmes de consommation ainsi que des reculs dans sa réhabilitation au niveau de son genou pour revenir jouer pour un club qui va non seulement nulle part, mais qui ne lui offre pas le moindre support offensif depuis qu’il est revenu.

Est-ce que cela arrivera ce soir contre Philadelphie?

De l’avis de tous, Carey Price semble serein. Les fois où il parlait, il répétait à quel point il trouvait important de revenir au jeu pour se prouver qu’il appartient à la LNH malgré les difficultés.

L’homme de glace laisse maintenant paraitre ses émotions une fois de temps en temps, ce qui démontre qu’il se sent bien. C’est rafraîchissant et tout le monde a pris le temps de le remarquer.

Mais parce que Carey Price est Carey Price et que Montréal est Montréal, il y a des bibittes. Cette fois, c’est quand Carey est allé parler à sa famille pendant une pause publicitaire lors de son deuxième match.

Sa fille Millie lui a demandé pourquoi il y avait des gens qui pelletaient la glace pendant la pause et Price lui a expliqué.

 

Afficher cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par TSN 690 Montreal (@tsn690montreal)

Mais ça n’a pas passé. Bien des gens critiquent le gardien parce qu’il aurait dû aller au banc avec ses coéquipiers pour parler avec ses coéquipiers en vue du plan de match. Mais ce n’est pas ce qu’il a fait. Dans une saison qui ne veut rien dire, il est allé parler à sa fille pendant un match.

On ne parle pas de la fois où il a salué sa famille avant son premier match. On parle de la fois où il a été parler aux siens pendant son deuxième match.

À mes yeux, c’est une tempête dans un verre d’eau puisque le sort du CH est réglé et parce que le gardien offre de bonnes performances – contrairement à son club – depuis son retour au jeu.

S’il fait ça l’an prochain, ce sera un autre débat.

Évidemment, je comprends le point de vue de l’autre côté du débat. Price est au travail et les autres ne font pas ça. Gilbert Delorme, qui a joué la game, a raison en disant qu’il est le genre de gardien qui fait partie du plan de match. D’ailleurs, au 91.9, il m’a fait rire en disant que Price ne joue pas dans un match des anciens Canadiens.

Fondamentalement, c’est vrai… mais selon moi, on doit s’en foutre dans le contexte actuel. Si ça l’aide, tant mieux. Et même pour les enfants, c’est aussi de beaux moments. Après tout, on va se le dire, Carey Price n’a sûrement pas été de bonne humeur tous les jours dans les derniers mois et de voir leur père sourire de la sorte doit faire du bien aux enfants.

Je trouve simplement qu’on donne trop d’importance au débat, qui me fait penser aux fois où Carey ne lève pas son bâton dans les airs après une victoire et que ça devient un enjeu national. Ce n’est pas idéal, non, mais ce n’est pas la fin du monde non plus.

Et quand Michel Bergeron chiale parce que Price fait ce qu’il veut et qu’il n’aimerait pas ça s’il était l’entraîneur du principal intéressé, ça ne fait que rajouter de l’huile sur le feu.

 

Afficher cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par HABS ET LNH (@habsetlnh)

Le fait que le Tigre ait critiqué le fait que Price ait décidé de la date de son retour me dépasse. C’est lui qui sait comment il se sent, non?

Pourquoi tracer la ligne qu’il ne peut plus aller voir ses enfants après son premier match? Dans une saison comme celle actuellement, je pense qu’il faut accepter que tout ne se passe pas « comme avant ».

Et si ça aide Price, tant mieux. On remettra les compteurs à zéro en temps et lieu, mais ce temps-là n’est pas forcément arrivé en raison du classement du CH actuellement.

Le CH est 31e sur 32 au classement. Il y a des choses pires que Price qui joue son rôle de père, que ce soit la chose à faire ou pas dans le contexte. Tempête dans un verre d’eau, que je dis.

PLUS DE NOUVELLES