Cap salarial : échanger Dvorak, Armia, Hoffman?

Si le Canadien n’a pas été l’un des gros joueurs du marché des agents libres, ce n’est pas par choix : c’est par contrainte.

Actuellement, Montréal est l’une des équipes de la LNH qui dispose du moins de marge de manœuvre à ce chapitre. Selon le site spécialisé CapFriendly, le CH n’a que 248 344$ avec lesquels travailler.

C’est largement moins que selon dont on pourrait avoir besoin pour mettre sous contrat un joueur au salaire minimum dans la Ligue nationale, à titre indicatif.

Et Jeff Gorton, en visite au podcast de Bob McCown, a soutenu « vouloir ajouter certains éléments avant le début de la saison ».

Dans ce contexte, le journaliste Marco D’Amico a établi une courte liste de trois joueurs qui pourraient être transigés pour aider la situation du cap salarial.

https://twitter.com/MurphysLaw74/status/1551218855917375488

Dans sa courte analyse, D’Amico suggère trois pistes au directeur général Kent Hughes : Chrisitan Dvorak, Joel Armia ou Mike Hoffman, trois attaquants qui gagnent un montant annuel non négligeable.

Ensemble, les trois hommes empochent 12,35M$. Respectivement, on parle de 4,5 millions pour Hoffman, 4,45 millions pour Dvorak et 3,4 millions pour Armia.

Une source dans les bureaux de la LNH a affirmé à D’Amico que le nom de Christian Dvorak circulait beaucoup ces temps-ci, même plus qu’après avoir fait l’objet de rumeurs cet hiver.

« Son nom a été sur le marché depuis avant la date limite des transactions, mais je l’entends encore plus maintenant. Je ne peux pas voir Dvorak commencer la saison avec les Canadiens. Il y a beaucoup plus de fumée et avec un contrat aussi raisonnable, il y a plusieurs équipes – spécialement des prétendantes ayant besoin d’un centre – qui sont intéressées. »

Rappelons que la saison dernière, à sa première année avec le Tricolore, l’Américain a récolté 11 buts et 22 passes, pour un total de 33 points en 56 matchs. Des rivaux peuvent voir sa valeur, c’est évident.

Hoffman, de son côté, a ralenti de rythme par rapport à ses saisons précédentes. Avec un rendement de 35 points (15-20) en 67 rencontres, l’ailier gauche n’a pas répondu aux attentes formulées à son endroit en début de saison.

Il est le seul du trio qui possède seulement deux ans de plus à son contrat. Dvorak et Armia en ont chacun trois.

Et finalement, malgré une sélection en première ronde en 2011, Joel Armia n’a jamais été un pointeur. Il fait partie du club pour d’autres raisons.

À sa quatrième campagne dans l’uniforme Bleu Blanc Rouge, le Finlandais a établi sa pire marque : 6 filets et 8 mentions d’aides, pour 14 points en 60 affrontements. Comme il traîne avec lui le septième salaire le plus important du club, ce n’est pas la chose la plus intéressante.

Avec un échange impliquant un ou plusieurs de ces joueurs, Hughes peut facilement libérer un peu d’espace. Mais, en pleine reconstruction, est-ce vraiment le chemin qu’il va suivre?

Pas nécessairement.

en rafale

– Bonne nouvelle pour les nostalgiques.

– Un honneur bien mérité.

– Triste nouvelle.

– Un énorme montant!

– 6e place pour le Canadien en marche rapide.

PLUS DE NOUVELLES