Les Canadiens, c’est pour vrai ou non? | En rafale

La semaine dernière, je vous demandais si les problèmes des Canadiens étaient dus à leur système de jeu ou aux joueurs qui l’exécutent. Les questions soulevées suite aux performances plutôt chambranlantes de la bande à Therrien étaient tout à fait légitimes malgré les victoires. Une équipe qui accorde en moyenne 40 tirs au but sur une période de cinq matchs est clairement décontenancée. Pourtant, grâce au brio du meilleur joueur de la LNH, le Tricolore s’en est sorti avec la victoire dans la majorité des cas. Mais justement, est-ce que ce n’était pas une démonstration que seul Carey Price peut offrir une forme de salut à cette équipe?

Sans aller dans la direction complètement opposée cette semaine, il faut conclure que suite aux performances face aux énormes Kings et aux toujours dangereux Red Wings les Canadiens ont su reprendre le contrôle des choses. Je me fiche si les chiffres abondent dans mon sens ou non, ce que j’ai vu lors de ces matchs, c’est une équipe en mesure de dominer des adversaires solides.

Est-ce qu’ils y arriveront tous les soirs? Non, mais ne dit-on pas que les bonnes équipes trouvent une façon de gagner? Oui, c’est un cliché gros comme le bras, mais un cliché est un cliché notamment parce qu’il dépeint une vérité.

Alors pourquoi ne fait-on pas confiance aux Canadiens? Comment se fait-il qu’avec une fiche de 13-1-1 avant le match face aux Blackhawks, il y a encore une grande dose de scepticisme face à cette équipe?

Est-ce parce que les trois joueurs qui ont amorcé la saison sur le 4e trio, Mitchell, Danault et Byron ont marqué chacun 5 buts? Donc 15 des 51 buts des Canadiens ont été inscrits par des joueurs dont on attend pas ce genre de production. La logique voudrait que cette production diminue plus la saison avancera. Mais si cette logique est bonne, il faut garder la même en ce qui concerne Pacioretty, Gallagher et Plekanec, non?

Ces derniers formaient le premier trio durant une bonne partie de la dernière saison. Pourtant, ils n’ont que huit buts jusqu’à maintenant. Bien que je suis de ceux qui croient que Plekanec a démontré que sa touche offensive était sur un déclin officiel, Pacioretty et Gallagher font encore partie des joueurs dangereux.

Est-ce parce qu’il semble manquer un partenaire pour Shea Weber? C’est vrai que dans un monde idéal, Shea Weber aurait à ses côtés un jeune défenseur de 6’2 qui patine avec aisance, relance l’attaque avec des passes précises et récupère des rondelles libres dans sa zone plus vite que n’importe quel attaquant de la LNH, y compris Connor McDavid. Mais au-delà des imperfections des joueurs disponibles dans l’organisation, il faut aussi comprendre que Weber va rendre son partenaire meilleur, peu importe qui il est.

Est-ce que c’est parce que Therrien n’est pas l’homme qu’il faut pour mener cette équipe aux plus hauts sommets? Est-ce que je l’ai entendue et lue celle-là? C’est devenu redondant. C’est surtout simpliste. Therrien a ses défauts, tout comme ceux qui sont passés avant lui et ceux qui lui succéderont éventuellement. Mais le coach des Canadiens a un flair pour lire les situations de jeu et évaluer ce que ses joueurs ont dans le ventre un soir donné. Son système de jeu ne plaît certainement pas à tout le monde notamment parce qu’il est très exigeant, mais trouvez-moi un système qui permet aux joueurs de se la couler douce et j’achèterai peut-être cet argument. En attendant, avoir un entraîneur qui demande à ses joueurs de donner tout ce qu’ils ont à chacune de leur présence  ne peut pas être une tare. Et la fiche de « Mike » est plutôt excellente depuis son retour à Montréal. Un moment donné, il faudra lui en attribuer une partie du crédit.

On ne fait pas confiance à cette équipe parce que Max Pacioretty n’est pas un vrai capitaine? Sérieusement, celle-là, j’ai de la difficulté avec. Ce n’est pas que je vois Max Pacioretty comme étant la quintessence du leadership, mais qui sommes-nous pour savoir ce qu’apporte Patch au sein du vestiaire de cette équipe? Il a été choisi par ses coéquipiers il y a deux ans. Ces gars-là devaient bien avoir une idée de ce qu’ils faisaient. Et l’an passé, me direz-vous? Je m’en fous un peu de l’an passé. À mon avis, même le demi-dieu Shea Weber n’aurait pas mené le Tricolore très loin. Cette équipe était dysfonctionnelle. Et ça lui prenait la perte de Carey Price pour que les boss s’en aperçoivent.

Et son début de saison? Pacioretty, contrairement à la croyance populaire, est très utile à son équipe même quand il ne remplit pas le filet. Il fait partie des attaquants qui ont leur tour régulier en infériorité numérique et il est le 3e attaquant ayant distribué le plus de mises en échec cette saison, devant Gallagher. Bref, Pacioretty a sa place et il ne vole son C à personne.

Alors pourquoi n’a-t-on pas confiance que les Canadiens sont « pour vrai » cette fois? Parce qu’une trop grande partie des succès de l’équipe repose sur les épaules d’un seul joueur? C’est en partie vrai, mais les Canadiens sont tout de même au 3e rang de la LNH pour les buts inscrits par match avec 3,4. Ils sont au 8e rang pour l’efficacité en avantage numérique. Et le duo des Alex est franchement électrisant. Price n’a rien à y voir.

Je ne veux pas partir en peur et non, ma chaise n’est pas vissée sur la rue Ste-Catherine. Je me garderai une grosse gêne. Pas parce que je ne crois pas en leurs capacités, mais parce que c’est difficile de gagner le gros bol de salade, que ça prend un peu de chance et qu’il y en a d’autres des bonnes équipes.

En fait, je me dis seulement que si on réfléchit à des solutions quand ça va mal, il faut aussi réfléchir à ce qui nous emballe quand ça va bien. Sur une saison de 82 matchs et des séries éliminatoires qui demandent de gagner 16 matchs contre les adversaires les plus redoutables, il va se passer des tas de situations. C’est donc en prenant un pas de recul et en regardant le portrait global qu’on peut se faire une vraie idée. Et quand je prends ce pas de recul, j’ai beau m’être demandé qui Bergevin devrait cibler pour améliorer son équipe ou des tas d’autres questions, il n’en reste pas moins que je vois les Canadiens qui trônent seuls au sommet du circuit Bettman avec seulement une défaite en temps régulier après 15 matchs.

En rafale
– Un fait d’arme à souligner tout de même.

– Les trios des Hawks pour le match de ce soir.

– Une solution de moins pour Bergevin au centre?

– Kirk Cousins a une nouvelle façon de célébrer. Après son You like that, voici…

PLUS DE NOUVELLES