Burke vs Waite : une décision justifiée, mais un timing (très) étrange

Le congédiement de Stéphane Waite n’est pas en soi une nouvelle SI surprenante que ça. Marc Bergevin a confié que les joueurs avaient besoin d’une nouvelle voix pour leur livrer le message lorsqu’il a congédié Claude Julien la semaine dernière. Or, pourquoi Carey Price n’aurait-il pas besoin d’une nouvelle voix lui-aussi? Surtout que les quatre premières années de Waite à Montréal se sont BEAUCOUP mieux passées que ses quatre dernières…

Montrer la porte à Stéphane Waite était justifiée, aussi bon puisse-t-il être comme entraîneur des gardiens de but.

Mais disons que le timing (très étrange) de ce congédiement a de quoi surprendre, lui.

Pourquoi ne pas avoir congédié Waite en même temps que Claude Julien et Kirk Muller la semaine dernière? Pourquoi avoir attendu une semaine? Pourquoi avoir agi quelques minutes après la première victoire de Ducharme (et après une superbe performance de Carey Price)?

Une semaine ou 24 heures avant, OK… mais pourquoi hier soir?

On ne le sait pas pour l’instant. On le saura peut-être un jour

J’ai cru pendant un moment, après avoir sorti ma calculatrice, que Marc Bergevin avait pris cette décision la semaine dernière et qu’il avait attendu sept jours pour permettre à Sean Burke de faire sa quarantaine obligatoire au Canada. Il aurait ainsi été cheap et stratégique…

Mais non… la quarantaine de Burke, qui se trouve aux États-Unis, débutera dans les prochains jours et elle devra durer 14 jours (dont trois dans un hôtel montréalais?)

Cependant, quel est le rôle de Carey Price dans tout ça?

Il est clair qu’il a au moins été consulté.

Lors de cette consultation, a-t-il pris la défense de Stéphane Waite ou a-t-il donné son approbation à son départ?

Est-ce que la décision de montrer la porte à Waite était pour faire plaisir à Carey Price ou pour le shaker/challenger? Est-ce que Waite voulait y aller avec Price ou avec Allen, lui? Et qui dérangeait-il autant, rendu là?

S’était-il installé une sorte de relation de complaisance entre Price et Waite?

Selon Darren Dreger, Price ne savait PAS que Waite avait été congédié lorsqu’il a quitté la patinoire hier soir.

Il savait peut-être que les chances étaient grandes ou que ça s’en venait, par contre. On est dans la philosophie, et non dans le sport, ici…

Anthony Marcotte croit qu’il s’est passé quelque chose (de gros) au cours de la dernière semaine. Martin Leclerc aussi

Et Dominique Ducharme, lui… savait-il que son entraîneur des gardiens allait être remercié? Quand a-t-il appris la nouvelle? À quel point il y a participé? Était-il sur la même longueur d’onde que Waite… ou fait-il partie de ceux qui ont milité pour son départ? À moins que ce soit Sean Burke qui ait convaincu Marc Bergevin d’implanter un nouveau département d’entraînement des gardiens de but chez le Canadien, tel qu’inventé par les Panthers récemment?

Parce que oui, le Canadien semble avoir l’intention de développer un département complet servant au développement et à l’entrainement de ses gardiens de but. Sean Burke a été nommé directeur des gardiens de but, pas (seulement) entraîneur.

Chose certaine, le départ de Waite confirme une chose : les attentes et les standards sont élevés chez le Canadien présentement. Très élevés.

Pour tout le monde, peu importe ton rôle et ton salaire! Il y a obligation de résultats cette année à Montréal!

À noter que Waite n’était pas seulement l’entraîneur de Carey Price. Il a aussi entraîné plusieurs gardiens substituts au cours de ses huit années à Montréal, ne parvenant pas vraiment à en faire de bons gardiens #2. Je n’ai pas besoin de tous les nommer, vous les connaissez…

Dernière question sur Waite : son départ s’inscrit-il dans un plan bien détaillé ou dans une improvisation de bas niveau?

Sean Burke est expérimenté

Sean Burke ne parle par français sort pas de nulle part. Même s’il a été promu de l’interne, il a été entraîneur des gardiens de but chez les Coyotes de l’Arizona et il a fait un excellent boulot avec Ilya Bryzgalov et Mike Smith.

Il était consultant à l’entraînement des gardiens de but jusqu’à hier soir, mais se trouvait aux États-Unis depuis le début de la pandémie. Auparavant, il participait aux entraînements du Rocket au moins une fois par mois, tout spécialement pour entraîner Cayden Primeau (qu’il connaît bien).

S’il a l’intention d’occuper ce nouveau poste à long terme, il devra faire une croix sur ses ambitions managériales avec Hockey Canada. Il ne pourra pas tout faire.

Burke devra lui aussi obtenir des résultats. Il aura la tâche de ramener Price au sommet de son art, tout en s’assurant que Jake Allen – qui allait très bien sous les ordres de Waite – continuera de performer…

Et que Primeau, McNiven, Demchenko, Lindgren, Dobes et Dichow poursuivront leur bon développement.

C’est Marco Marciano, l’entraîneur des gardiens de but du Rocket, qui s’occupera des gardiens du Canadien jusqu’à l’arrivée de Burke. Il devra se splitter entre Montréal et Laval (et l’ouest canadien).

Joël Bouchard a perdu Alex Burrows pour de bon et voilà qu’il perd Marco Marciano pour quelques semaines. Tout ça, sans avoir reçu l’aide de personne de façon définitive. Il va falloir que Francis Bouillon continue de donner un coup de main à Bouchard… et que quelqu’un s’improvise entraîneur des gardiens à Laval.

À noter que Marciano connaît bien Ducharme ET Bouchard.

Je me demande comment Price et Marciano travailleront ensemble au cours des 15 prochains jours. Est-ce que le courant va passer? Comment Price (soulagé ou irrité?) va-t-il l’accueillir et le recevoir?

Espérons que la petite pause qui l’a ramené dans de bonnes dispositions hier et le départ de Waite seront suffisants pour que Price recommence à justifier son salaire annuel de 10,5 millions $ (pour encore cinq années complètes)…

PLUS DE NOUVELLES