Brendan Gallagher avoue se sentir coupable

On pourra officiellement enterrer la saison 2018-19 et passer à autre chose dans quelques jours. Lorsque la saison régulière (2019-20) prendra son envol, on oubliera pour de bon la dernière campagne.

Vous pouvez être certains que Brendan Gallagher a très hâte de pouvoir tourner définitivement la page sur la dernière saison. Rater les séries par 2 – 3 points, ça fait mal! Surtout quand l’équipe évolue dans un gros marché comme Montréal!

Reste que Brendan Gallagher n’a qu’un véritable regret lorsqu’il regarde ses sept années passées à Montréal. Et ça n’a rien à voir avec son jeu sur la patinoire ou l’exclusion trop fréquente de l’équipe en séries! Non!

Gallagher se sent coupable de ne pas parler français et il souhaite corriger la situation.

Gallagher se souvient d’avoir été projeté, lorsqu’il a déménagé en Colombie-Britannique, dans une classe où tout le monde comprenait le prof qui ne parlait que français dans son cours (de français langue seconde, bien sûr). Tout le monde sauf lui!

Il a finalement terminé l’année avec une note de 13 %!

« À mon retour à la maison, j’avais expliqué ça à mes parents. Mes parents m’avaient permis de suivre un autre cours à la place du français. Mais ma mère m’avait prévenu en me disant que si j’étais pour jouer un jour pour le Canadien, j’étais pour regretter cette décision. Ma mère a toujours raison. Elle me le rappelle encore aujourd’hui. » – Gallagher

Après sept ans dans la même ville, Gallagher soutient qu’il devrait parler français. Il s’en est même excusé à l’excellent Jean-François Chaumont, journaliste au Journal de Montréal.

On est loin des Finlandais qui préfèrent plutôt éviter les journalistes francophones. Eux, je ne crois pas qu’ils aient l’intention d’apprendre notre langue!

Gallagher a avoué qu’il avait essayé à plusieurs reprises d’apprendre la langue de Molière, mais que ça ne rentrait tout simplement pas. Il a pris des cours à trois reprises, sans toutefois y voir de résultats concluants. Il a même déjà eu un professeur qui venait à la maison lorsqu’il habitait chez Josh Gorges. Toutefois, il avoue ne pas avoir assez pratiqué.

Est-ce que Gallagher parviendra à apprendre notre langue au cours des prochains mois? Il ne lui reste que deux années de contrat avant de peut-être atteindre l’autonomie complète. Il devra faire vite… étudier et pratiquer!

Gallagher est le moteur du Canadien. Il est petit, mais durable! Tant qu’il se donnera autant sur la patinoire, les partisans ne lui reprocheront jamais son manque de connaissances en français.

Rappelons que Tomas Tatar a commencé à apprendre le français (avec une application), lui.

Chez l’Impact, nombreux sont les joueurs qui font des efforts pour apprendre notre langue. Shamit Shome, notamment, a décidé d’apprendre le français le jour où il a été sélectionné par l’Impact. Moins de deux ans plus tard, le résultat est probant.

PLUS DE NOUVELLES