Ben Chiarot a refusé trois offres de contrat avant de signer avec le Canadien

On a vu plusieurs joueurs participer à des séances de questions – réponses avec les partisans depuis le début de la crise. Max Domi en tiendra d’ailleurs une ce midi sur le compte Instagram de la LNH.

D’autre part, les équipes rendent aussi certains de leurs joueurs disponibles pour des entretiens virtuels avec les journalistes. Parfois en solitaire, mais bien souvent en groupe.

Hier, Ben Chiarot a discuté avec plusieurs journalistes. Il a répété qu’il ne regrettait aucunement d’avoir signé à Montréal… tellement qu’il espérait servir d’ambassadeur afin d’inviter d’autres joueurs autonomes à faire comme lui durant les prochaines années. Même s’ils n’auront peut-être pas les contrats qu’ils désirent (peu importe où ils signeront).

Mais une petite information n’a pas beaucoup été relayée suite à cette conférence téléphonique. Une information qui mérite d’être soulignée.

Eric Engels a confié dans le résumé de cet entretien avec Chiarot que celui-ci avait refusé trois offres avant de signer avec le Canadien de Montréal. L’une de celles-ci était même plus lucrative que celle qu’il a acceptée de Marc Bergevin (trois ans / 10,5 millions $ au total).

Les Maple Leafs ont été les premiers à contacter Chiarot en juin 2019 et des discussions avancées ont eu lieu avec les Red Wings. Au final, le rôle important que le Canadien était prêt à donner à Chiarot – et qu’il lui a donné durant toute la saison – aura fait pencher la balance (après une semaine de réflexion).

La façon dont Marc Bergevin a vendu son plan à Ben Chiarot l’a convaincu de venir à Montréal.

« L’argent, ce n’est pas tout. Et je crois que je m’en serais voulu de refuser de jouer pour une organisation aussi prestigieuse que le Canadien de Montréal. » – Ben Chiarot

On va donc pouvoir cesser de dire que tous les joueurs utilisent le CH pour signer plus cher ailleurs. Et on va espérer que Chiarot parviendra à convaincre d’autres joueurs de venir jouer ici…

Chiarot a récolté neuf buts et 12 mentions d’aide (jusqu’ici) en 2019-20, soit sa meilleure récolte autant au chapitre des points que des buts. Sa venue à Montréal est un bien plus grand succès que celle de Karl Alzner.

PLUS DE NOUVELLES