Barry Trotz en entrevue avec les Jets

Lorsque les Islanders de New York ont congédié Barry Trotz, je me suis dit : « mais quelle erreur! » Mon collègue Maxime Truman pensait la même chose à ce moment. 

L’un des meilleurs entraîneurs de la LNH depuis de nombreuses années n’aura pas de difficulté à se trouver un autre emploi. Un peu plus d’une semaine après son congédiement, voilà que l’homme de 59 ans est déjà dans la mire d’une équipe de la LNH. Les Jets le passeront en entrevue aujourd’hui.

Depuis qu’il a été remercié le 9 mai dernier, Winnipeg est lié à Trotz. Celui-ci vient de là-bas, les Jets ont besoin d’un entraîneur-chef crédible, qui changera la culture « toxique ».

D’ailleurs, j’ai glissé un mot il n’y a pas si longtemps sur le fait que Mark Scheifele, Blake Wheeler et Paul Statsny ne sont pas heureux et qu’un changement d’air serait peut-être bénéfique pour eux. Est-ce que l’arrivée potentielle de Trotz les convaincra de rester?

Quand je dis que les Islanders ont fait une erreur en laissant partir Trotz, c’est qu’il a tout fait pour remettre l’équipe sur la « map ». Avant son embauche, les Islanders n’allaient nulle part. Ils n’avaient gagné qu’une seule série en 25 ans d’histoire. Mais depuis son embauche, New York a gagné cinq séries en trois ans. Erreur de parcours en 2022, alors que l’équipe new-yorkaise n’a pas participé aux séries éliminatoires, mais ça arrive. Une mauvaise saison et that’s it? On le congédie?

Martin Leclerc ne comprend pas non plus ce congédiement.

Dans son article, Leclerc parle aussi du congédiement de Peter DeBoer, qui n’est pas un mauvais entraîneur-chef non plus. Il a participé aux séries l’an dernier, mais comme les Islanders en 2022, Vegas a raté les séries.

Les équipes sont-elles rendues à faire du changement pour le plaisir de faire du changement? Je pense que oui, moi. Une équipe qui ne suit pas ce dicton, ce sont les Leafs.

Nous ne faisons pas de changements pour le plaisir de faire des changements. – Brendan Shanahan

PLUS DE NOUVELLES