Arrivée d’Anthony Richard : se débarrasser des passagers

Il était temps, n’est-ce pas?

Quand je dis qu’il était temps, je parle évidemment du rappel du Québécois Anthony Richard, qui cassait tout en bas. Le joueur du Rocket méritait clairement une audition avec le grand club et en ce moment, il est à Tempe avec les autres membres du club.

Il reste évidemment à savoir s’il sera en mesure de jouer (puisque le CH a 13 attaquants en santé en ce moment) et si c’est le cas, s’il sera en mesure d’avoir des minutes de qualité.

C’est un autre débat, ça.

Mais l’important pour lui, c’est qu’il a présentement un pied dans la porte. Son ancien agent Kent Hughes a pris la décision de l’avoir dans les environs de l’équipe et on aura une meilleure idée des plans de Martin St-Louis lors de l’entraînement du jour. Le CH va s’entraîner à 13h 30, heure du Québec.

Pour Richard, en tout cas, le timing est excellent puisqu’il pouvait difficilement mieux faire en bas. En 27 matchs, il a 31 points, dont 18 buts.

Ce que je trouve intéressant de la fin de semaine du Canadien, c’est que le club a agi après avoir vu Martin St-Louis dire qu’il y avait trop de passager au sein de sa formation.

Résultat? Evgenii Dadonov a été laissé de côté samedi et Rem Pitlick, qui pouvait encore être envoyé à Laval sans problème, a pris le chemin de la LAH au profit d’un attaquant qui méritait plus sa place. Parce que oui, depuis quelques jours, j’ai le sentiment que les places doivent se mériter plus que jamais.

Richard, qui n’a que deux matchs d’expérience dans la LNH (avec Nashville), arrive au sein d’une séquence qui n’est pas facile pour le CH. Le club a perdu quatre de ses cinq derniers matchs depuis son retour de l’Ouest et il est déjà de retour de l’autre côté du continent.

Au menu cette semaine? Un match à 22h ce soir en Arizona et des passages au Colorado et à Dallas avant de partir pour les fêtes.

Et comme l’attaque du Canadien n’a rien cassé (moins de deux buts en moyenne par match depuis une dizaine de jours), on peut penser que Martin St-Louis va être tenté de lui donner une vraie chance.

Mais pour ça, il devra répondre. Il devra trouver une manière de se rendre indispensable.

Si Richard, qui se connait bien comme joueur de hockey en vertu de ses 25 printemps, sait donner à son nouvel entraîneur ce dont il a besoin, il pourrait bel et bien faire sa place avec le club.

Après tout, il a un pied dans la porte et d’ici quelques semaines, il y a des gars qui vont partir. Non, des joueurs comme Brendan Gallagher et Sean Monahan ne seront pas blessés éternellement, mais quand même.

Parfois, il ne suffit que d’une opportunité. Rappelons que l’an passé, des gars comme Laurent Dauphin et Michael Pezzetta ont été rappelés à un certain point et ils ne sont jamais retournés en bas.

C’est la grâce qu’on souhaite à Richard. S’il fait ce qu’il doit faire en haut (et on sait qu’il est capable de le faire comme personne en bas), il va forcer la main du Canadien de Montréal.

Rappelons qu’il a déjà forcé la main du CH une première fois, lui qui n’était pas forcément devant des gars comme Rafaël Harvey-Pinard et Jesse Ylonen dans la hiérarchie il y a a deux mois à peine.

Et il n’était pas devant Rem « passager » Pitlick non plus. Mais qu’à cela ne tienne, voilà que le natif de Trois-Rivières est finalement dans l’environnement du Canadien de Montréal, plus près que jamais de son rêve.

PLUS DE NOUVELLES