Arber Xhekaj ne s’est pas retenu pour critiquer le travail des arbitres

Si le Canadien a joué un excellent match mardi soir contre les Jets, ça a été une autre histoire contre les Panthers hier soir. Dans une leçon de hockey de 6-2, le Canadien n’était pas là.

Quand on dit qu’il y a des hauts et des bas, dans un processus de reconstruction…

En fait, la première période n’a pas été mauvaise. Si on remonte aux deux dernières périodes du match de samedi contre les Islanders, ça faisait neuf bonnes périodes de hockey de suite.

Mais hier, en deuxième, la chaîne a débarqué.

Ça a commencé par ce premier but des Panthers, qui n’aurait jamais dû être accordé. Non, Samuel Montembeault n’aurait sûrement pas arrêté la rondelle sans obstuction, mais ce n’est pas ça le point : il a été gêné dans son travail.

Le règlement est pourtant clair à cet effet… #Sarcasme

Puis, ça a été le festival des avantages numériques pour les Panthers, qui ont montré au Canadien qu’il est possible de convertir ses opportunités de marquer en avantage numérique.

Une leçon de hockey, que je dis.

En deuxième période, sans que ce soit la faute de Samuel Montembeault, le Canadien a donné cinq buts, dont quatre en avantage numérique. Il y avait énormément de tension dans l’air.

Et le CH a joué sa pire période de la saison.

Clairement, le travail inégal des arbitres (qui ont eu de la difficulté à appeler les bonnes pénalités des deux côtés) n’a pas aidé le Canadien, mais Martin St-Louis a refusé de les blâmer.

Il a choisi le calme devant les médias… contrairement à Paul Maurice plus tôt cette semaine. Et dans le cas de Maurice, on a vu ce soir qu’il s’en est bien sorti, au final.

On s’est tiré dans le pied.

Tu ne peux pas prendre deux pénalités pour trop d’hommes sur la glace de suite. – Martin St-Louis

L’entraîneur a raison : l’indiscipline a fait mal. Un gars comme David Savard qui reçoit une inconduite pour avoir claqué une porte, ça n’aide pas… même si je comprends parfaitement sa frustration.

D’un autre côté, les arbitres (qui devraient être imputables à la fin des matchs devant les médias) n’ont pas toujours été constants et certains appels avaient l’air de vouloir rééquilibrer le moment où Mike Matheson n’a pas été puni sur son coup contre Eric Staal.

En conférence de presse, on pouvait peut-être s’attendre à voir Martin St-Louis se fâcher contre le travail des arbitres. Il a finalement, comme je l’ai dit plus tôt, fait preuve de retenue.

Et ce, même si on voyait clairement, sur le banc, qu’il n’était pas exactement un client satisfait.

Finalement, c’est plutôt Arber Xhekaj qui s’est levé et qui a clairement démontré son insatisfaction. Après avoir obtenu 15 minutes de pénalité au cours du match, il a dit ce qu’il pensait.

D’abord, il n’a pas aimé voir que l’arbitrage n’était pas égal. Que Josh Anderson ait été puni sur son « geste » sur Radko Gudas et que les Panthers ne l’aient pas été alors qu’il a fini dans la bande le dépasse visiblement.

Il ne répond jamais de ses actes. – Xhekaj concernant Gudas

Il dit comprendre qu’il est un gros bonhomme, mais il a affirmé que les arbitres devaient quand même faire les bons appels durant les matchs puisque sinon, ils perdent le contrôle.

Et hier, il est difficile d’affirmer qu’il n’a pas raison.

Après tout, durant le match, trois joueurs du CH (Mike Matheson, Michael Pezzetta et Arber Xhekaj) ont jeté les gants. La tension était à découper au couteau chez les deux équipes.

Et WiFi, qui n’a pas perdu son combat (comme d’habitude), va s’en souvenir.

Je ne pense pas que ce soit réglé avec eux. – Arber Xhekaj

C’était ce genre de duel où, à un certain point, le hockey devenait secondaire. L’entraîneur, qui a choisi le calme devant les médias (il a probablement bien fait), a affirmé être content de voir ses gars se tenir.

Il est vrai que vu de même, c’est bon.

Donc non, toutes les défaites ne se valent pas et celle d’hier était simplement difficile à avaler. Les gars se sont sortis du jeu et cela n’a pas exactement donné le résultat escompté pour le groupe d’entraîneurs.

Qu’est-ce que je retiens de la défaite?

1. Au cours du match, tous les joueurs du Canadien ont joué sur les unités spéciales. Nick Suzuki a joué 10 minutes (six en avantage, quatre en désavantage). Rafaël Harvey-Pinard a joué plus de quatre minutes en PK.

Joel Edmundson et David Savard ont passé près de 10 minutes à tenter de contrer l’attaque massive des Panthers.

2. Défaite de 7-2 à la fin du mois de décembre… 6-2 hier… Non, le Canadien n’a pas le numéro des Panthers cette saison. Au moins, les matchs ne se sont pas terminés en prolongation, ce qui aurait été mauvais pour la loterie.

En date de ce matin, le CH a toujours une chance sur dix de repêcher au premier rang, mais la blessure subie par le gardien Sergei Bobrovsky (qui ont déjà un cerbère sur la liste des blessés en Spencer Knight) n’aidera pas la cause du club de Sunrise.

(Crédit: Tankathon)

3. Le Canadien est tout simplement incapable de gagner en bleu. Il reste encore trois matchs (26 janvier, 31 janvier et 11 février) avant de condamner le jersey à jamais, j’imagine.

C’est assez fou.

 

4. Eric Staal et Sergei Bobrovsky ne sont pas revenus dans le match. Les Panthers n’ont pas offert de mise à jour dans leur cas, mais ils le feront au cours des prochains jours.

5. Le Canadien a été meilleur en troisième en plus de s’être tenu. C’est un bon point de départ.

6. Rem Pitlick a probablement été le meilleur attaquant des siens. Mention honorable à l’effort d’Evgenii Dadonov, qui semble être transformé depuis quelques matchs déjà.

7. Je l’ai dit : Samuel Montembeault n’y pouvait rien. Cayden Primeau a donc disputé la troisième période, ce qui était une première pour lui dans la LNH depuis une dizaine de mois. Résultat des courses? Un but accordé en sept tirs… mais cela n’a pas fait en sorte que les fans en avaient pour leur argent.

8. En ce moment, Arber Xhekaj mène la LNH pour le nombre de minutes de pénalités avec 92. Hier, il en a eu 15, mais il n’a vraiment pas été le seul indiscipliné du groupe.

En tout et partout, on parle de 53 minutes de punition hier pour Montréal. C’était ce genre de match, mais c’est trop.

Prolongation

Le Canadien sautera sur la glace à 11h 30 ce matin. Cela servira à se préparer à un gros défi en vue du match de demain soir, soit les Maple Leafs de Toronto.

Ce ne sera pas évident, disons.

Le Canadien, encore une fois, a joué à 11 attaquants. Est-ce que le DG Kent Hughes choisira de procéder à un rappel de Laval (ou de la LCH) pour jouer à 12 attaquants d’ici demain?

Ça reste à voir.

PLUS DE NOUVELLES