20 réflexions du lundi | Un été déterminant pour la carrière de Pacioretty à Montréal | En rafale

Voici 20 réflexions du lundi soir sur la LNH… 

1- L’ordre risque de venir d’en haut

Bon papier de l’ami DLC ce matin sur le cas Therrien-Bergevin. Marc Bergevin aura beau montrer une foi inébranlable à l’endroit de son entraîneur, Michel Therrien, n’es reste pas moins que les résultats désastreux des dernières semaines ont fait fuir les amateurs du Centre Bell et il n’est pas rare de voir des billets vendus à pris dérisoires. Si Bergevin refuse de limoger Therrien, l’ordre de procéder à un changement d’entraîneur risque de venir d’en haut, alors que Geoff Molson doit également répondre des résultats devant des actionnaires gourmands… D’ailleurs, est-ce que ça existe un actionnaire qui n’est pas gourmand?

2- Weise et Fleischmann n’ont pas été d’une grande aide jusqu’ici…

Depuis leur arrivée à Chicago, Dale Weise (0-1-1 en 8 matchs) et Tomas Fleischmann (3-1-4 en 10 matchs) n’ont rien cassé. En 10 matchs après avoir procédé à la transaction Danault / Fleischmann-Weise, Chicago affiche un dossier de 4-4-2. Quant à Phillip Danault, il a disputé 12 parties jusqu’ici, amassant trois points (1-2-3) et il présente un différentiel de moins-4.

3- Le CH devrait parler neuvième

C’est le 30 avril prochain que la LNH procèdera à la loterie du repêchage afin de déterminer qui obtiendra les trois premiers choix en vue de l’encan amateur de juin prochain. À moins que les probabilités jouent en faveur du CH, il faut s’attendre à voir Trevor Timmins monter sur le podium pour annoncer le choix des Canadiens au neuvième tour. Les partisans du Tricolore seront assurément des téléspectateurs assidus de l’émission spéciale de la loterie de cette année, puisque le hasard pourrait faire en sorte que Montréal mette la main sur un des trois joyaux disponibles : Auston Matthews, Jesse Puljujarvi ou Patrik Laine.

4- Un été crucial pour Pacioretty

La lettre cousue au chandail de Max Pacioretty a semblé peser très lourd sur les épaules du numéro 67 cette saison. Devant les nombreux médias, Pacioretty a l’air blasé de répondre aux mêmes questions et son langage corporel indique clairement un joueur qui est désengagé et qui a hâte que la saison prenne fin. On parle depuis un moment de changer le noyau du CH, est-ce que cela passe par une transaction impliquant le capitaine? Un fait demeure : sur le marché des échanges, Pacioretty est celui qui peut rapporter le plus au CH, outre Carey Price, évidemment. Une suggestion de quelques équipes qui pourraient payer le (trop) gros prix pour en faire l’acquisition : les Islanders de New York et les Rangers de New York.

5- Plekanec aussi…

Un autre vétéran qui a toutes les allures d’un gars qui ne veut plus rien savoir de jouer au hockey cette saison est Tomas Plekanec. Habituellement régulier comme l’horloge en saison régulière, le joueur originaire de la République tchèque ne fournit pas les efforts sur la patinoire et ne se dédie aucunement à gagner des matchs. C’est un autre joueur sur lequel la direction devra statuer cet été. Plekanec a possiblement son billet de sortie de Montréal déjà en main, reste à lui trouver une destination. Qui osera absorber un contrat d’une telle amplitude pour un vétéran qui n’a jamais livré la marchandise lorsque ça compte le plus? À n’en pas douter, l’été sera mouvementé dans l’entourage de la Flanelle.

6- Six transactions ratées sur sept, et la septième est très ordinaire…

Depuis la fin de la saison 2014-15, Marc Bergevin a procédé à sept transactions. La seule qu’on pourrait qualifier de positive pour les CH est celle ayant fait passer Christian Thomas en Arizona en retour de Lucas Lessio. Pour dire à quel point les dernières acquisitions de Bergevin ont été inutiles : Lessio a récolté une petite mention d’aide en 10 matchs à Montréal.

7- De La Rose : le talent ne s’apprend pas

Jacob De La Rose est un joueur qui a le gabarit et le coup de patin pour jouer dans la LNH sur une base régulière, personne n’en doute. Le numéro 25 des Canadiens est un joueur qui a une conscience défensive peu commune pour un athlète de cet âge. Il sera un bon joueur dans la LNH, sur un quatrième trio, tout au plus. On peut apprendre à un gars à bien jouer défensivement, mais le talent offensif ne s’apprend pas. Repêcher ce type de joueur en deuxième ronde n’est pas une bonne idée, mieux vaut miser sur des joueurs dont la qualité première est l’offensive. On peut montrer à un artiste peintre à peinturer un mur au rouleau…

8- Une fin de saison pénible

Le calendrier du CH d’ici la fin de la saison ne sera pas de tout repos, à l’exception de l’affrontement contre les Hurricanes de la Caroline, le avril, l’équipe affrontera uniquement des équipes qui participeront aux séries éliminatoires, où des équipes qui sont au plus fort de la course pour prendre part au rendez-vous du printemps (majuscules = matchs à domicile):

22 mars : ANAHEIM

24 mars : Detroit

26 mars : NYRANGERS

29 mars : DETROIT

31 mars : Tampa Bay

2 avril : Floride

5 avril : FLORIDE

7 avril : Caroline

9 avril : Tampa Bay, là où le supplice de la saison 2015-16 prendra officiellement fin. Selon ce calendrier, il faudrait être très optimiste pour envisager plus de 3 gains au cours de cette dernière séquence.

9- Parité bien ordonnée commence par soi-même

Toute la saison, on a parlé de la parité dans la LNH, mais avec une dizaine de matchs à jouer, il ne reste réellement que deux équipes qui se battent vraiment pour une place en séries dans l’association de l’Est : les Flyers de Philadelphie et les Red Wings de Detroit.

10- C’est aussi le cas dans l’Ouest…

Il n’y a pas que dans l’Est où la course aux séries éliminatoires n’implique que deux formations, c’est aussi le cas dans l’Ouest, alors que l’Avalanche du Colorado bataille avec le Wild du Minnesota.

11- Les surprises dans la LNH

Les équipes ayant causé les plus grosses surprises dans la LNH cette saison : les Bruins de Boston, que plusieurs voyaient écartés des séries éliminatoires, les Flyers de Philadelphie, qui se battent encore pour une place en séries, même si on les voyait en dehors du bal du printemps en octobre, et les Sharks de San Jose, que plusieurs espéraient voir entamer une reconstruction et qui se retrouvent en très bonne posture actuellement.

12- Les déceptions dans la LNH

Les Oilers d’Edmonton, qui pourraient repêcher au tout premier rang pour la cinquième fois en sept ans, ont constitué une vive déception après une saison morte marquée par le renouveau, les Jets de Winnipeg, qui sont présentement au 29e rang du classement général, et les Blue Jackets de Columbus, qui ont connu une saison de misère, malgré une formation qui possède plusieurs joueurs de talent… Or, la plus grosse déception demeure les Canadiens de Montréal, que la vaste majorité voyait même se battre pour la Coupe Stanley!

13- Veleno : une décision étrange!

Martin Leclerc abord aujourd’hui le dossier Joseph Veleno, un jeune de 15 ans qui a passé la dernière saison chez les Sea Dogs de Saint John dans la LHJMQ, ayant profité du statut de « joueur d’exception » pour faire son entrée prématurément dans la LCH. On a accepté d’étiqueter Veleno d’un statut exceptionnel malgré des chiffres excellents, mais pas une domination à proprement parler au niveau du Midget AAA. Le genre de chiffres qu’on voit régulièrement de la part des meilleurs espoirs, mais bien en dessous des statistiques des Crosby, Tavares et McDavid de ce monde. Il faut croire que la perspective de perdre un joueur au profit d’un collège américain fait peur aux dirigeants de la LHJMQ pour prendre des décisions aussi étranges.

14- Thomas Vanek : une énigme

Thomas Vanek vient d’être laissé de côté par le Wild du Minnesota lors des deux derniers matchs, même si l’équipe est actuellement dans une lutte à finir avec l’Avalanche du Colorado pour accéder aux séries éliminatoires. Vanek et son entraîneur ne sont vraisemblablement pas sur la même longueur d’onde. C’est toute une descente aux enfers que vit l’ancien des Canadiens, régression qui coïncide avec la révélation de problème de jeu du joueur originaire d’Autriche. En voilà un qui risque de se retrouver sous d’autres cieux d’ici quelques mois. Un retour à Buffalo? Avec les Islanders de New York? C’est à envisager.

15- Une profondeur inquiétante

L’épidémie de blessures aux joueurs des Canadiens, cette saison, a mis en lumière un fait inquiétant : l’organisation ne dispose pas d’une grande profondeur. Parmi les jeunes, aucun n’a démontré avoir la capacité, à court, moyen et long terme, d’aspirer à un poste au sein du groupe des six premiers attaquants. C’est très préoccupant compte tenu du fait que l’équipe dispose d’une quantité effarante de « bottom six ». Il faudra assurément revoir l’aspect repêchage et développement au sein de l’organisation. Quand on regarde froidement la situation, on réalise qu’il y a beaucoup trop de joueurs cols bleus et pas assez de talent au sein de l’équipe. Heureusement, une position favorable au prochain repêchage pourrait permettre au Tricolore de mettre la main sur un attaquant de premier plan, à condition de cibler le bon et de le développer de la bonne manière. Trevor Timmins est l’un des meilleurs de sa profession pour dénicher des joueurs de soutien, mais quand vient le temps de mettre la main sur un diamant à polir, c’est une toute autre histoire. Cette année, ça passe ou ça casse dans son cas.

16- De quoi aura l’air la brigade défensive du CH l’an prochain?

Les déboires de cette saison ont permis de constater que le CH avait investi beaucoup trop de sous dans sa brigade défensive. L’an prochain, une défensive formée de Subban, Markov, Petry, Beaulieu, Barberio et Pateryn ne coûterait que 22 millions $ et offrirait un rendement dans le pire des cas égal, à un sextete où on changerait les noms de Barberio (RFA qui coûtera aux alentours d’un million $ par an) et Pateryn (800 000$ l’an prochain) par Tom Gilbert (2,8 millions $) et Alexeï Emelin (4,1 millions $). C’est donc un montant de près de 6 millions de dollars qui pourrait être investi dans un attaquant de premier plan… Reste à trouver preneur pour Emelin, ce qui ne devrait pas être si difficile, lui dont le jeu s’est beaucoup amélioré récemment. Darren Dietz pourrait également faire office de septième arrière à un prix très raisonnable. C’est ainsi que les bonnes équipes du circuit organisent leur structure de plafond salarial, en n’offrant pas de salaires mirobolants à des joueurs de troisième ordre.

17- David Desharnais n’en a plus pour longtemps à Montréal

Ça semble évident, les Canadiens vont sans doute profiter de la saison morte pour couper les ponts avec le joueur de centre David Desharnais. Ce dernier a connu une saison misérable et son salaire de 3,5 millions $ compte pour une autre saison. Or, le rachat de son contrat ne devrait même pas être une option à envisager. Racheter un contrat est une erreur majeure lorsqu’il ne reste qu’une saison à écouler à un pacte, puisque le fait de résilier une entente double le nombre d’années à prendre en compte sous le plafond salarial. Vaut mieux offrir un « middle pick » au repêchage à une équipe en reconstruction pour qu’elle accepte de prendre un contrat, quitte à prendre un montant en retenue, que de racheter le joueur. Par exemple, le CH n’a aucunement bénéficié du rachat de PA Parenteau, pire, le CH aura encore un montant sous sa charge l’an prochain… C’est vraiment une option à éviter.

18- La Coupe du Monde en conflit d’horaire avec la KHL

C’est maintenant confirmé, la KHL a décidé de ne pas faire de pause dans ses activités régulières malgré la présentation de la Coupe du monde de hockey, en septembre prochain. Quelques équipes du meilleur circuit professionnel en dehors de l’Amérique du Nord devront donc se débrouiller sans quelques-uns de leurs meilleurs éléments pour entamer la saison régulière, là-bas… Si la KHL les libère, bien sûr!

19- Fini le repêchage dans la KHL

Dans un autre ordre d’idées au sujet de la KHL, on a décidé d’y abolir le repêchage amateur. C’est à compter de 2017 qu’une nouvelle règlementation concernant les joueurs d’âge junior prendra effet. On ne sait pas encore les détails qui y sont reliés. C’est sans doute pour damer le pion à la LNH et à attirer des joueurs comme Auston Matthews, qui a passé la dernière saison en Suisse, que la KHL a agi ainsi. La KHL pourra maintenant aligner des joueurs qui ne sont pas encore admissibles au repêchage de la LNH et profiter d’une belle visibilité que leur apportera les jeunes surdoués.

20- Il n’y a pas que les Canadiens dans la vie

Faute de séries éliminatoires à suivre à Montréal, il faudra se tourner vers d’autres divertissements sportifs. Heureusement, la saison de baseball frappe à nos portes et les Blue Jays ont une des équipes les plus divertissantes à suivre dans tout le sport professionnel! C’est sans parler de l’Impact de Montréal…

En rafale

– James Reimer aurait vraiment aidé le CH à demeurer plus compétitif quand Price est tombé au combat… Ben Scrivens est un gardien numéro deux de la LAH, pas un gars de la LNH.

https://twitter.com/SanJoseSharks/status/712046914510966784

– Les Ducks ont repris le sentier de la victoire en misant sur la défensive.

– Et ils débarquent en ville prêts à aider les Canadiens à tanker…

– Johnny Gaudreau est dans une situation particulière et n’est pas admissible à recevoir une offre de contrat hostile.

– Selon ce qu’a rapporté Renaud Lavoie, le retour des Nordiques dépend du prix du pétrole. [TVA]

– Tiens, un nom mythique qui refait surface…

– Encore des tentatives de garder les partisans éveillés via les réseaux sociaux de la part du département marketing du CH.

– Des problèmes avec le jeu de puissance à Edmonton… Et à voir les résultats, il y a bien d’autres problèmes également.

– Un plateau dans la carrière de John Tavares : 500 matchs joués.

– Que devraient offrir les Coyotes pour qu’Auston Matthews se retrouve en Arizona?

– Une petite partie de mini putt dans la rue avec Carl Carmoni?

PLUS DE NOUVELLES