15 réflexions | Bergevin : après 4 ans, l’objectif est encore de se contenter des séries | Échanger Subban: une gaffe | En rafale

1- Guy Boucher ou Pascal Vincent?

Si Michel Therrien a conservé son poste, tout comme Clément Jodoin, Daniel Lacroix et Jean-Jacques Daigneault, ce n’est pas le cas pour Craig Ramsay, qui ne sera pas de retour. Il ne faudrait pas s’étonner de voir le CH procéder à l’embauche d’un entraîneur adjoint (sans avoir une place derrière le banc?) sous peu et le nom qui est soulevé ici et là est surtout celui de Guy Boucher. Mais n’écartez pas le nom de Pascal Vincent trop vite de l’équation. Particulièrement si Sylvain Lefebvre décide de quitter les IceCaps de St. John’s pour aller diriger dans la LHJMQ (à Sherbrooke). Pascal Vincent fait partie du groupe d’entraîneurs des Jets de Winnipeg, mais il pourrait bien être tenté par l’aventure du bleu-blanc-rouge. Il n’a jamais fermé la porte à une poursuite de carrière dans l’organisation montréalaise, bien au contraire.

2- Claude Julien : il serait la cible idéale pour Ottawa

Les Bruins de Boston ont raté les séries éliminatoires pour une deuxième saison de suite et les spéculations vont bon train en ce qui concerne l’avenir de Claude Julien. Si Julien perd son emploi, ce qui risque fortement d’arriver, les Sénateurs d’Ottawa devraient lui ouvrir toutes grandes les portes du Centre Canadian Tire.

3- Laine avant Matthews?

Depuis des mois, on dit qu’Auston Matthews sera le tout premier choix au repêchage de juin prochain. J’adhérais à l’idée jusqu’à récemment, alors que Patrik Laine serait mon choix. Le finlandais a un gabarit avantageux, un coup de patin étonnant et il possède un talent époustouflant, en plus du fait qu’il possède un tir digne des meilleurs marqueurs de la LNH. Laine rappelé étrangement son compatriote Teemu Selanne, ce qui n’est pas une comparaison gênante.

4- Bergevin se contente du minimum…

Le bilan de fin de saison offert par Geoff Molson, Marc Bergevin et Michel Therrien aujourd’hui n’a pas plus à de nombreux amateurs sur les réseaux sociaux, qui reprochent, avec raison, la complaisance et le manque de respect envers le partisan moyen. En somme, on a dit que tous étaient responsables de la débâcle, mais personne n’était imputable… L’objectif demeure de participer aux séries, ce qui est une erreur à la base. Les Canadiens doivent viser rien de moins que la Coupe Stanley… Après quatre ans à la barre de l’équipe, il est inconcevable que le plan quinquennal de Bergevin soit encore de faire les séries…

5- Subban : l’échanger ferait reculer le CH de dix ans…

Échanger P.K. Subban, ce serait prendre un risque énorme pour Marc Bergevin. Récemment, des articles suggéraient de possibles transactions entourant le joueur étoile à la ligne bleue du Tricolore. On a lu à Edmonton pour Taylor Hall ou au Colorado pour Matt Duchene et Tyson Barrie… Des joueurs comme P.K. Subban, il y en a très peu dans la LNH. Les défenseurs de ce talent et de cette envergure ne courent pas les rues et lorsqu’une équipe en a un dans ses rangs, elle ne le laisse pas partir. Les Weber, Karlsson, Dougthy, Ekman-Larsson, Keith, Letang et Hedman sont les piliers de leur équipe respective, comme c’est le cas pour Subban à Montréal. Il y a beaucoup plus de joueurs comme Taylor Hall que de joueurs comme Subban dans la LNH. La dernière fois que le Canadien a opté pour échanger un joueur étoile, ils ont littéralement donné Patrick Roy. L’organisation a mis plus de 15 ans à remonter la pente et une fois près du sommet de cette pente, on a fait quelques pas en arrière. Il faut construire autour de Subban et non l’échanger.

6- Une saison à oublier… NOT!

Récemment, on a lu à plusieurs endroits que la saison 2015-16 des Canadiens de Montréal en était une à oublier… C’est tout le contraire! Il ne faut pas oublier cette débandade, il faut la garder en mémoire longtemps, il faut l’utiliser pour s’assurer de ne jamais répéter les mêmes erreurs et s’en servir pour qu’une telle situation ne se reproduise jamais dans l’avenir. On dit qu’on apprend de nos erreurs. Il faut ESPÉRER que les joueurs et les décideurs du CH ont appris des choses…

7- Le premier choix a de bonnes chances d’aboutir au Canada…

Les sept équipes Canadiennes ayant échoué à se qualifier pour participer aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley font en sorte que les chances de voir le tout premier choix au prochain repêchage revenir à une formation du Canada sont de 68,5%.

8- Ekman-Larsson pour Matthews?

En mars dernier, le directeur général des Coyotes de l’Arizona, Don Maloney, a affirmé qu’il n’échangerait pas Oliver Ekman-Larsson pour obtenir le tout premier choix au prochain repêchage afin de mettre la main sur Auston Matthews, un jeune joueur natif de l’Arizona. Plus tôt aujourd’hui, on a annoncé que Maloney était relevé de ses fonctions et n’étais plus en poste à la direction de l’équipe. Est-ce que ce changement de garde pourrait faire en sorte que les Coyotes pourraient tenter d’acquérir le premier choix, à défaut de remporter la loterie au repêchage? Possible… Mais peu probable, si l’on se fie à Anthony LeBlanc (proprio des Coyotes).

9- La relève du CH est très ordinaire

Simon « Snake » Boisvert est reconnu par plusieurs observateurs comme étant un expert dans l’art d’évaluer le talent disponible au repêchage. Avant la conférence de presse Molson-Bergevin-Therrien, il a avancé une excellente question sur Twitter :

Voilà une question qui mérite une réponse et qui soulève bien des inquiétudes au niveau du personnel de dépistage de l’organisation, dirigé par Trevor Timmins. En excluant le repêchage de 2007, où Timmins a été étincelant, et celui de 2012, où Alex Galchenyuk aurait été un choix unanime au troisième échelon chez la vaste majorité des équipes du circuit, on ne peut pas parler de franc succès avec les récents repêchages du Tricolore. Certains avanceront que l’équipe n’a pas eu de position avantageuse, mais le fait de repêcher tardivement n’a jamais empêché les Red Wings ou les Capitals de dénicher des joyaux ici et là; des joueurs qui ont rejoint le noyau dur de leur formation respective.

10- La fin pour Desharnais

Les jours de David Desharnais avec les Canadiens de Montréal seraient comptés. Au cours de l’hiver, on a fait état de rumeurs voulant que le CH tentait d’échanger le petit joueur de centre, sans toutefois y parvenir. Je serais TRÈS étonné qu’il soit de retour et si j’avais à miser un vieux deux sur de possibles destinations, j’opterais pour le Coyotes de l’Arizona, les Hurricanes de la Caroline ou l’Avalanche du Colorado comme équipe d’accueil du joueur québécois. Cependant, il ne faut pas s’attendre à ce que le Bergevin touche le pactole en retour de Desharnais… Il risque même de devoir accepter de prendre à charge une partie de son salaire (3,5 millions $ pour une saison) ou accepter un joueur avec un salaire semblable en échange de ses services. Si Desharnais est de retour en septembre, ce n’est pas parce qu’on n’aura pas essayé de l’échanger. C’est parce qu’on aura échoué à le faire…

11- Et pour Burrows…

Alex Burrows en est un qui vit sensiblement la même situation que Desharnais, lui qui admet que la cure de rajeunissement amorcée par les Canucks risque de lui coûter son job. Si Vancouver procède au rachat du contrat de Burrows, Marc Bergevin donnera assurément un coup de fil à son agent. Burrows pourrait bien compléter le travail de Torrey Mitchell sur un quatrième trio… Mais des joueurs de troisième et quatrième trio, ce n’est pas ce qui manque à Montréal. À moins qu’il n’échange Desharnais en retour de Burrows… Un genre d’échange qui ressemble vraiment au style de Bergevin (mais peut-être pas au stle de Jim Benning, ceci dit). Toujours est-il que je ne toucherais pas à Burrows si j’étais le CH. Il est à ses derniers milles dans la LNH, vaut mieux donner du temps de glace aux McCarron, Carr et compagnie… Et il a une réputation discutable.

12- Yakupov à Montréal : oui, mais…

Bob Stauffer rapporte qu’une transaction dans l’association de l’Est est le meilleur scénario possible pour l’ailier Nail Yakupov, des Oilers d’Edmonton. Si le CH décide de tenter le coup avec l’ancien tout premier choix au repêchage de la LNH en 2012, Marc Bergevin devra s’assurer de deux choses : 1- Il doit payer un prix juste (assez bas) pour l’obtenir (et sa valeur n’est pas à la hausse). 2- Il doit s’assurer que Michel Therrien utilisera Yakupov au sein du groupe des six premiers attaquants, là où il aurait assurément sa place. Toutefois, l’arrivée d’un Yakupov, un autre joueur de petite pas si grande taille, forcerait sans doute le départ de Sven Andrighetto, puisque les deux occuperaient la même chaise. Pas sûr qu’il y a encore une chaise pour ‘Ghetto, moi…

13- Le problème grandissant des caillots de sang

De plus en plus de joueurs sont aux prises avec des problèmes de caillots sanguins à travers la LNH et on devra assurément se pencher très sérieusement sur le sujet avant longtemps et trouver une solution à ce phénomène des plus inquiétants. Après les Mullen, Yushkevich, Wilkie, Ortmeyer, Cervenka, Postma, Bélanger, Vokoun, Dupuis, Timonen, Fleischmann, Vasilevskiy et plus récemment Stamkos, voilà que Cody McCormick vient de mettre un terme à sa carrière pour la même raison…

14- Quelques bonnes options sur le marché des joueurs autonomes

Même s’il clame ne pas croire au marché des joueurs autonomes du premier juillet, Marc Bergevin n’aura pas le choix d’y jeter un coup d’œil attentif cet été. Les Canadiens ont besoin de deux attaquants top-six en vue de la prochaine saison et il y en aura de disponibles, on pense à Andrew Ladd, Mikkel Boedker et David Perron, pour ne nommer que ceux-là. Je ne suis toutefois pas un très grand fan de Boekker, qui a tourné pas mal en rond au Colorado…

15- Les prédictions de Harrison Kingsley

En terminant, voici mes prédictions en vue des prochaines séries éliminatoires de la Coupe Stanley :

OUEST :

Dallas contre Minnesota :

La machine offensive des Stars viendra à bout du Wild, qui a terminé 17e dans la LNH, même si l’équipe fait partie des 16 formations présentes en séries. DALLAS EN 6

St. Louis contre Chicago :

Les Blackhawks sont encore une équipe à surveiller pour tout rafler et la récente épidémie de blessure touchant l’équipe ne les empêchera pas de passer la première ronde. CHICAGO EN 6

Anaheim contre Nashville :

Les Ducks sont gros et leur robustesse use l’adversaire. L’équipe a su revenir en force après un débu de saison misérable et les Predators ne sont pas de taille. ANAHEIM EN 5

Los Angeles contre San Jose :

Les Kings ont pris l’habitude de gagner en séries de fin de saison, ce que les Sharks ne sont jamais parvenus à faire. L’expérience de Los Angeles aura le dessus. LOS ANGELES EN 7

EST :

Floride contre New York (Islanders) :

Les jeunes jambes des Panthers ont connu une saison exceptionnelle et sont sur une lancée qui durera plusieurs années. Les Islanders ont trop de blessés pour l’emporter. FLORIDE EN 5

Tampa Bay contre Detroit :

Le Lightning possède l’une des attaques les plus explosives du circuit, mais l’équipe sera privée de son meilleur élément : Steven Stamkos. L’expérience des Wings fera le travail. DETROIT EN 6

Washington contre Philadelphie :

Les Capitals sont en mission et la récente poussée des Flyers risque de s’arrêter contre la bande à Ovechkin. C’est cette année pour les Caps! WASHINGTON EN 5

Pittsburgh contre New York (Rangers) :

Les Penguins ont connu leurs meilleurs moments en fin de saison et Sidney Crosby est en feu. La fenêtre des Rangers s’est lentement refermée cette saison. PITTSBURGH EN 6

En rafale

– Bertrand Raymond se questionne à savoir quelles sont les solutions pour le CH?

– On arrive encore à blaguer avec la non participation du CH aux séries éliminatoires.

– Don Maloney assure que son congédiement n’a aucun rapport avec son entêtement à garder Oliver Ekman-Larsson et à ne pas l’échanger en retour d’Auston Matthews.

PLUS DE NOUVELLES