Joël Bouchard était TRÈS en colère après l’entraînement du Rocket

Joël Bouchard n’est pas du genre à aborder un sujet en proclamant des banalités abstraites. Lorsqu’il a quelque chose à dire, il ne se gêne pas afin de révéler le fond de sa pensée.

L’ancien entraîneur-chef (et directeur général) de l’Armada n’est assurément pas le meilleur manieur de la Xyloglossie…

Cela détonne certainement avec le ton qu’utilisait Sylvain Lefebvre, lorsque ce dernier évoluait à titre d’entraîneur-chef des Bulldogs, des IceCaps, puis du Rocket… 

Dans un même ordre d’idées, l’arrivée de Bouchard à la barre du club-école du Canadien a insufflé un nouveau souffle à toute l’équipe.

Les joueurs savent désormais qu’ils n’ont plus le droit à l’erreur, du moins en ce qui a trait à l’effort fourni sur la patinoire. Bouchard pardonnera une défaite, mais certainement pas un manque d’ardeur au travail.

Et la « Bouchard touch » semble déjà avoir complètement changé l’identité d’un club jadis insipide en termes de fond de jeu.

Jusqu’à maintenant, le Rocket n’a joué que quatre matchs, qui se sont soldés par deux victoires et deux défaites. Après la contre-performance des hommes de Bouchard, samedi après-midi, ces derniers étaient de retour à l’entraînement cette semaine.

Sauf que la pratique d’aujourd’hui ne s’est pas passée comme Joël Bouchard l’aurait souhaité. Il a vivement critiqué le travail de ses joueurs après l’entraînement de mardi, en vue du match contre le Wolf Pack de Hartford.

L’effort n’était tout simplement pas au rendez-vous, stipulant que cela était inacceptable.

«Je ne suis pas content parce qu’hier ils étaient moyens et aujourd’hui ils n’étaient pas bons (…) Ça fait trois semaines et c’est la première fois que ça arrive. Ce n’est pas comme si les exercices sont très difficiles. La concentration et l’exécution n’étaient pas là et c’est inacceptable.»

– Joël Bouchard

Il a d’ailleurs pris exemple sur Tomas Plekanec afin de faire passer le message à ses joueurs que le manque de concentration et d’acharnement n’était tout simplement pas concevable.

«Il a joué 1000 matchs dans la LNH et tout ce que j’entends c’est à quel point il était bon à l’entraînement qu’il était professionnel. À ce que je sache, ils n’ont pas 1000 matchs dans la LNH. Ils peuvent être professionnels aussi. Je m’excuse, mais je n’accepte pas ça. Nous avons une job à faire.»

– Joël Bouchard

En espérant que le message soit passé !

En rafale

– Brady Tkachuk est en feu.

– À lire.

– Des nouvelles de Nicolas Deslauriers.

– Quel coup dur.

PLUS DE NOUVELLES