Yakupov ne veut rien savoir de rentrer rejoindre son père

Combien de vies a Nail Yakupov? Ce russe mal aimé de ses entraîneurs n’a pas envie de rentrer chez lui du côté de la Russie. Lui, il souhaite encore obtenir encore (c’est voulu cette répétition) au sein de la Ligue nationale. Ce joueur n’a jamais progressé. C’est plutôt une ligne de régression dans son cas, lui qui a récolté seulement neuf points en 40 matchs avec les Blues en 2016-17 et lors de sa troisième chance, cette fois-ci avec l’Avalanche, il n’a su faire mieux qu’une récolte de 16 points en 58 rencontres.

Bref, son désir de poursuivre sa carrière a été annoncé par le paternel, qui se prénomme Rail, puis qui gère (directeur général) également l’équipe Neftehimik au sein de la KHL.

Bien sûr, en tant que directeur général de Neftekhimik, je serais heureux de le voir dans notre alignement. Nail veut rester dans la LNH, et comme père, je suis fier de sa carrière, il a disputé 350 matchs dans une ligue où tout le monde veut jouer. Je suis content de chaque minute qu’il passe dans cette ligue, et il donne tout ce qu’il a.

Rail et Nail Yakupov… original!

Le père encense son fiston et c’est tout à fait normal, mais dans la vraie vie, il serait préférable pour lui de rentrer au bercail. Il a certes joué 350 parties, ce qui est une réussite, mais ses 136 points ne sont pas à la hauteur du talent que l’on voyait en lui lors de sa sélection en 2012. Ai-je besoin de vous rappeler qu’il a été sélectionné le premier au total? Il a de la vitesse, mais son hockey sense limité l’empêche d’atteindre des standards plus élevés, surtout dans la meilleure ligue au monde.

Malgré cela, trois équipes seraient dans le paysage pour Yakupov, qui sera officiellement agent libre à partir de dimanche. Aivis Kalnins suggère que trois organisations seraient intéressées d’octroyer un contrat au jeune russe. Au final, il est fort probablement plus convoité qu’un petit gars avec du chien comme Daniel Carr, qui zieute déjà vers la KHL.

Vivement l’ouverture du marché des agents libres.

PLUS DE NOUVELLES