betgrw

Utah : déjà plus de 20 000 dépôts pour des billets de saison

Après des décennies de vilaines décisions, les Coyotes sont out.

Est-ce qu’ils le seront pour de bon? Après tout, il existe bel et bien un monde dans lequel les Coyotes, une franchise «sur pause» et qui a officiellement laissé tous ses joueurs partir vers la «nouvelle» franchise de Salt Lake City, reviennent d’ici quelques années.

Si le bon Alex Meruelo arrive à se construire un aréna, ça se fera.

Mais maintenant que les joueurs des Coyotes joueront en Utah (au Utah? dans le Utah? dans l’Utah?), ça ne veut pas dire que tout va bien pour le meilleur des mondes pour autant, juste comme ça.

Oui, sur papier, la demande est là et c’est le fun. Voir 20 000 dépôts pour des abonnements de saison depuis hier n’aurait pas été possible si le club était resté en Arizona, c’est clair…

Mais en même temps, il y a des défis qui viennent avec l’arrivée du hockey là-bas.

L’un des premiers défis, ce sera de trouver un nom au club. Il est possible que l’équipe commence sans nom (tel un produit de marque maison à l’épicerie) pour prendre le temps de bien faire les choses.

Ça veut dire quoi, ces défis-là?

Ça veut dire que même si tout est beau sur papier et que la LNH a raison d’être «bien contente» de voir le hockey débarquer à Salt Lake City, il reste encore du travail à faire.

Ce matin, sur les ondes de la radio de BPM Sports, Renaud Lavoie a mentionné qu’il restait encore beaucoup de chemin à faire avant le début de la prochaine saison de hockey.

Après tout, outre le nom, le club n’a pas encore de vestiaire dans son aréna de 12 000 places pour le hockey.

Il y aura des rénos pour monter ça à 14 000 (ce qui est encore petit) sous peu avant de voir un nouvel aréna être construit… mais on sait tous qu’à Québec, cela aurait été clé en main.

Lavoie, qui ne ferme pas la porte à un retour des Nordiques si la LNH monte à 36 clubs, considère qu’il reste encore bien du travail à faire avant le premier match en octobre prochain.

À Québec, ton problème est réglé. À Utah, il ne fait que commencer. – Renaud Lavoie

Utiliser l’Est et l’Ouest pour parler de l’absence de Québec ne tient plus la route. S’il fallait vraiment bouger les Coyotes rapidement, Québec était l’option la plus logique en raison de l’aréna.

Mais on sait tous que ce n’est pas comme ça que ça fonctionne.

PLUS DE NOUVELLES