Une fillette autochtone ne veut pas enfiler le chandail des « Blackhawks »

La maman d’une jeune autochtone a souligné que sa fille ne souhaitait pas enfiler un chandail de hockey discriminatoire. Pourtant, jouer au hockey à l’âge de 7 ou 8 ans, ça se doit d’être amusant et passionnant, non? Pour cette fillette, l’excitation a été interrompue lorsqu’elle a réalisé qu’un guerrier des Premières nations serait brodé sur son maillot. Le chandail de cette équipe atome arbore le logo des Blackhawks, ou presque.

C’est la première année de cette puce au hockey et lors de cette entrevue, sa mère n’a pas voulu être identifiée, car elle craint les répercussions pour ses enfants. C’est simple, la jeune fille a deux choix : porter ce jersey, ou tout simplement demeurer sur le banc. Toutefois, pour cette famille, le logo se doit de représenter l’unité des gens. Ce n’est pas le cas pour eux, avec ce logo!

Cette famille vit dans une zone grise, entre les frontières de deux formations. Puis, malgré une demande pour évoluer au sein des Bruins, représentés par un ourson, la jeune fille et son frère de cinq ans se sont vus refuser cette demande, déposée par la maternelle. Cette famille a choisi la fierté et les deux enfants resteront donc « assis » cette année.

Selon le président de l’organisation, Bryan Boechler, c’est la première plainte qui a été déposée au sujet du logo. Ils n’ont donc pas l’intention de changer celui-ci, mais pourraient le considérer si d’autres plaintes étaient déposées. Disons que changer le logo de cette équipe enverrait un message très clair. Ce serait le moment pour cette région d’enseigner aux générations futures ce que la réconciliation peut vraiment vouloir dire.

PLUS DE NOUVELLES