Une anecdote savoureuse au sujet de Phil Kessel

Tout le monde ici d’dans est conscient que Phil Kessel ne prend pas au sérieux le fait de s’entraîner hors glace? Qu’il soit un peu joufflu n’est pas un hasard, contrairement à ce que certains peuvent penser. Depuis qu’il joue au hockey, il se tourne uniquement (ou presque) vers son talent. OK. Le gars est tout de même en forme, mais il n’est pas un Brendan Gallagher ou un Sidney Crosby, qui eux, passe du temps en TA dans un gym pendant la saison morte. Ils ne prennent rien à la légère.

Avant une rencontre, les joueurs de hockey font ce qu’on appelle une séance d’activation afin de réchauffer leurs muscles. Toutefois, dans le cas de Kessel, il n’est pas question de perdre du temps avec ça. Lorsqu’il était un membre des Penguins de Pittsburgh, Jean-Sébastien Dea a eu Kessel comme coéquipier et celui-ci (Dea) a étalé une anecdote savoureuse au sujet de Kessel :

« Lui dans l’fond, avant les games, il ne faisait aucune activation, pis y prenait son café avec une chew, y s’assoyait à sa place dans la chambre et il attendait que le warm-up commence. » – Dea

Kessel disait à ses coéquipiers des Penguins que les activations n’étaient pas pour lui. Comme l’a si bien dit Dea, Kessel est un méchant numéro. Il est très différent des autres, on le sait. Par contre, cette différence-là et le fait qu’il soit si particulier ne lui ont pas empêché d’empocher deux bagues de la Coupe Stanley. Lors des séries de 2016 et 2017, il a récolté un total de 45 points en 49 matchs. Pas mal pour un gars qui ne « s’active » pas avant les joutes.

Ajoutons à cela que monsieur Kessel affiche un compteur de 861 points en 1066 rencontres… et surtout, qu’il ne se retrouve JAMAIS à l’infirmerie. Il n’a raté aucune rencontre depuis la campagne 2010-11, ce qui demeure un exploit hors du commun. Mine de rien. Un personnage, mais quel joueur!

PLUS DE NOUVELLES