Un journaliste y va fort au sujet du dossier Romanov

Le dossier Alexander Romanov a fait couler beaucoup d’encre lors des derniers jours, à savoir s’il aurait pu se retrouver en uniforme avec le Canadien de Montréal lors du retour des activités. Le dénouement n’a finalement pas été celui souhaité par Marc Bergevin, le Canadien et les amateurs de cette organisation puisque le Russe ne pourra pas valser lors des prochaines éliminatoires de la LNH. Le bleu-blanc-rouge n’est pas la seule concession à se retrouver dans une telle situation puisque le Wild et les Islanders ont également chacun un joueur qui ne pourra pas jouer en séries, soit Kirill Kaprizov et Ilya Sorokin.

La LNH a tranché et ces équipes-là doivent malheureusement se conformer aux exigences du circuit. Des exigences qui auraient pu être différentes si les Bruins de Boston avaient été impliqués dans un tel scénario nébuleux. Gary Bettman et sa meute ne voulaient pas laisser des joueurs qui auraient paraphé un pacte à la suite des activités jouer pendant les séries qui s’en viennent. L’Association des joueurs était toutefois prête à faire une exception, mais en vain.

Reposons la question : si l’équipe de Jeremy Jacobs avait été impliquée dans ce chapitre, est-ce que la décision de la LNH aurait été la même?

Le journaliste controversé Larry Brooks est persuadé que si ça avait été le cas, la règle aurait été ajustée en sa faveur. Brooks a précisé que la situation aurait été « potentiellement » différente. Mais pourquoi ça aurait changé? Tout simplement parce que Jacobs a tellement d’influence sur Gary Bettman, que la décision aurait pu être différente.

« Je suis en vacances depuis une semaine, mais pourquoi ai-je l’idée que si les Bruins de « M. Jacobs » avaient un joueur dans cette catégorie, comme en ’17 lorsque McAvoy a rejoint l’équipe pour les éliminatoires, ça n’aurait jamais été un problème. » – Brooks

Sérieusement, il n’est pas loin de la vérité…

PLUS DE NOUVELLES