Tout comme Galchenyuk, Shipachyov est victime du marché actuel

Marc Bergevin a affronté les médias hier afin de jaser de la triste situation dans laquelle est embourbé le Canadien. À la suite d’une telle sortie, la station TSN-690 ne pouvait passer à côté de la prestance de Marc Bergevin, surtout lorsque l’excellent insider Darren Dreger se présente en ondes.

Dreger n’est pas tombé sur le derrière lorsque le D.G. du bleu-blanc-rouge a livré ses propos d’homme patient qui ne panique pas. Bergevin n’est certes pas intimidé par ce départ horrible. Il affiche toujours une confiance inébranlable envers son coach et son groupe de joueurs.

Le marché des transactions au mois d’octobre demeure très paisible. De plus, l’une des grosses valeurs du Canadien, qui est clairement sur le marché depuis deux ans, connaît un début de campagne pitoyable. Je parle évidemment du numéro 27, Alex Galchenyuk. Des transactions mineures se sont couronnées, comme celle des Penguins et de Sheahan, mais des noms comme Galchenyuk ou Vadim Shipachyov ont moins la cote en ce moment.

Lorsque les Penguins ciblent un besoin, ils ne lâchent pas le morceau et trouvent une méthode afin de réparer cette lacune rapidement. Dans le cas de Bergevin, sa patience est plus développée… disons cela ainsi!

Ce qui est triste dans le cas du Russe de 30 ans, c’est qu’il a opté pour les Golden Knights alors que plusieurs autres organisations le voulaient également. Il a quitté la Russie, il a amené sa famille à Vegas et tous ensemble, ils en ont fait leur ville d’adoption. Pis, sans omettre que George McPhee lui a donné un pont d’or pour en faire sa tête d’affiche.

Hormis le facteur des autres joueurs qui performent plus que prévu, on parle peut-être d’une forme physique déficiente pour le 87. C’est du moins ce que Dreger semble dire entre les lignes.

PLUS DE NOUVELLES