Timo Meier est déjà dans la LNH | Mikhail Sergachev pourrait brouiller les cartes

Bon samedi messieurs et mesdames.

Je vous écris ce texte en direct de Rouyn-Noranda puisque je me trouve évidemment ici pour la série Voltigeurs-Huskies. Si vous me le permettez, on ne parlera pas du tout premier match de cette série qui était présenté hier soir à l’Aréna Iamgold… #déjàdupassé

Par contre, étant à court d’inspiration quelques fois, j’ai réalisé ce matin que j’avais LE sujet de l’heure entre les mains et que j’avais même la chance de le voir en personne lors de mon passage en sol abitibien.

Je n’irai pas jusqu’à dire que les Sharks de San Jose ont réalisé un vol lors du dernier encan puisque les joueurs sélectionnés devant lui sont eux aussi, des joueurs incroyables, mais une chose est sure, l’organisation californienne doit se réjouir de cette sélection.

  1. Connor McDavid – Edmonton
  2. Jack Eichel – Buffalo
  3. Dylan Strome – Arizona
  4. Mitch Marner – Toronto
  5. Noah Hanifin – Caroline
  6. Pavel Zacha – New Jersey
  7. Ivan Provorov – Philly
  8. Zach Werenski – Columbus
  9. Timo Meier – San Jose

Avec le recul, c’est relativement facile pour moi d’inverser des joueurs. Évidemment, sur le coup, c’est plus difficile pour les Directeurs généraux et pour l’équipe de recruteurs de faire l’exercice.

Pour moi, et c’est mon opinion personnelle encore une fois et c’est basé sur ma vision de la chose. Bref, pour moi, Zach Werenski aurait dû être sélectionné au 5e rang à la place de Noah Hanifin et si j’avais été dans les shorts des Devils du New Jersey, j’aurais préféré jeter mon dévolu sur Timo Meier que sur l’énigmatique Pavel Zacha. Ce dernier est talentueux et moi aussi, j’suis tombé sous le charme de son puissant lancer du poignet, mais je peux vous assurer aujourd’hui que Timo Meier aura plus d’impact chez les Sharks que Zacha en aura chez les Devils.

https://www.youtube.com/watch?v=puK_lJaeLKU

Le nouveau numéro 20 des Huskies est en mission depuis la transaction qui l’a amenée en Abitibi et je dois vous avouer avoir été extrêmement impressionné par le jeu de l’attaquant suisse. J’ai eu la chance de le voir évoluer à plusieurs reprises depuis ses tout débuts dans la Q et si je pouvais dessiner une courbe de progression à son sujet, je suis persuadé qu’elle serait parfaite. Meier s’améliore à chaque match, à chaque présence, à chaque lancer, à chaque séquence, bref c’est l’un des joueurs les plus impressionnants que j’ai eu la chance de voir évoluer et des joueurs, dans ma vie, j’en ai vu un paquet.

Dès le moment où ses deux pattes touchent la glace lors de la période d’échauffement, tu vois dans ses yeux qu’il est hyper bien préparé pour le match et rien ne semble vouloir le perturber.

Son coup de patin est puissant, son lancer du poignet en est un des ligues majeures, ses « strides » sont hyper puissantes lorsqu’il prend son enjambée et sa tête est constamment bien placée dans l’action ce qui fait en sorte que sa prise de décision frôle la perfection. On voit les grands joueurs lorsqu’on les plonge dans des situations de « zones restreintes » et lui, les zones restreintes, il les dévore et les transforme en « zones normales ».

Sa plus grande force est sans aucun doute son « eye-hand coordination« . J’adore le voir travailler lorsqu’il semble être un peu décontenancé, voir la façon avec laquelle il est capable de se sortir de l’embarras en y allant d’une feinte qui vous jette en bas de votre chaise et que JAMAIS, vous avez vu venir. Sa tête et ses mains sont parfaitement liées et c’est le principal signe qui m’indique qu’il connaîtra une belle et longue carrière dans la LNH.

Je sais que vous adorez lorsqu’on vous offre des comparaisons en parlant de joueurs. Dans le cas de Meier, c’est un peu plus complexe de le comparer puisqu’il possède un style qui lui est très propre. Timo Meier, c’est Timo Meier et croyez-moi, ça lui donne encore plus de valeur d’avoir son propre style et sa propre personnalité sur la glace.

Par contre, si vous me forcez à vous en offrir une, je vous dirais qu’il me fait beaucoup penser à Aleksander Barkov. C’est une nouvelle lignée de joueurs hyper talentueux offensivement, mais aussi hyper responsables défensivement. Sans dire qu’il aura le même impact avec les Sharks, il en aura un considérable j’en suis convaincu. Je ne crois pas qu’il atteindra le même niveau que Barkov par contre, mais ça ne lui enlève absolument rien.

Comme le dit si bien mon chum Jeff Drouin : « Criss que c’est un PRO ».

Assez difficile de comparer les joueurs de la LHJMQ avec ceux des deux autres ligues de la LCH, mais je crois que Timo Meier est probablement le joueur le plus « hot » actuellement dans la Ligue canadienne.

Mikhail Sergachev devant Chychrun et Juolevi?

Natif de Nizhnekamsk en Russie, Mikhail Sergachev est en train, sans trop faire de bruit, de s’établir comme le possible meilleur défenseur de la cuvée 2016. Depuis tout près d’un an, on ne parle que de Jakob Chychrun qui semblait seul au monde dans cette catégorie, mais depuis quelques mois, deux autres noms viennent faire de l’ombre au défenseur du Sting de Sarnia. Jusse Juolevi est le premier nom qui nous vient en tête. Le défenseur finlandais est extrêmement mobile et fait de plus en plus jaser de lui. Lui aussi pourrait sortir devant Chychrun à Buffalo.

Le sujet du jour, c’est Sergachev. Pourquoi? Parce que le défenseur des Spitfires de Windsor a connu une saison exceptionnelle et commence à être très difficile à écarter en vue du repêchage. Je vous disais dans un article précédent qu’il me faisait drôlement penser à Pavel Kubina qui a connu toute une entrée en matière à l’époque.

Sergachev n’est pas loin d’une comparaison avec John Klingberg qui fait écarquiller bien des yeux avec les Stars de Dallas. Pas le coup de patin le plus fluide, un style un peu inorthodoxe, mais une vision offensive plus élevée que la moyenne et une prise de décision quasi parfaite. Une nouvelle réalité qui permet à de plus en plus de défenseurs de connaitre du succès. Philippe Myers des Huskies de Rouyn-Noranda est un peu l’exemple le plus rapproché qui me vient en tête.

On appelle ce genre de défenseurs « gambler » et avec raison, c’est des joueurs qui se font confiance et qui assument les risques de se porter en attaque. On doit les voir parfois comme un 4e attaquant, mais si le personnel d’entraîneurs est capable de vivre avec ce genre de joueur et qu’il lui offre encore plus de confiance, c’est des joueurs qui peuvent changer la face de votre formation.

Il ne restera seulement qu’à savoir si parmi les formations qui parleront dans les premières, l’une d’elles voudra prendre le risque avec Sergachev. Sinon, l’équipe qui le repêchera et qui saura vivre avec aura probablement entre les mains, l’un des vols de la cuvée 2016.

En rafale
– Un premier but en carrière très rapide pour Hudson Fasching :

– Pendant ce temps, Nik Ehlers nous montre ses mains rapides :

https://twitter.com/NHLJets/status/713778405557153793

– Evgeny le magicien est de plus en plus respecté par ses opposants :

– Les Prédateurs de Nashville ne doivent absolument pas laisser filer leur meilleur espoir :

PLUS DE NOUVELLES