Thomas Vanek considère que la LNH est beaucoup moins physique qu’il y a 15 ans

Quand on mentionne le nom de Thomas Vanek dans une conversation avec les partisans du Canadien, beaucoup d’entre eux se souviennent de son bref passage dans la métropole. Acquis à la date limite des transactions en 2014, il avait été une menace offensive constante qui avait aidé le CH dans son parcours en séries (qui s’était terminé face aux Rangers après l’incident Kreider-Price).

Tout récemment, Vanek, qui n’est pas à la retraite mais qui n’a pas de contrat depuis la conclusion de la saison 2018-19, était en entrevue à la baladodiffusion de The Instigators, et il a été questionné sur la différence entre le jeu actuel et le jeu lors de sa saison recrue, en 2005-06.

Comme rapporté dans cet article de TVA Sports, l’Autrichien voit une grande différence au niveau du jeu physique.

Voici ce que l’attaquant avait à dire sur le sujet :

Si on regarde les quatre dernières années, à part [Zdeno] Chara, la ligue n’est plus dure. Je pense qu’on peut tous être d’accord sur cela. Quand j’ai commencé à jouer, il y avait les [Chris] Pronger, [Derian] Hatcher et autres. C’était rude.

Je pense que le nom de Shea Weber aurait pu être ajouté, mais bon.

Il marque un point là-dessus, la ligue a grandement évolué et est devenu basée sur la vitesse plutôt que sur la robustesse. Les joueurs étoiles ne sont pas des joueurs physiques, mais bien de bons patineurs qui compensent leur plus petite charpente en étant très mobiles.

Vanek remarque sensiblement la même chose, alors qu’il affirme que les défenseurs sont maintenant bien plus mobiles et rapides. Il ne faut pas regarder plus loin que la saison dernière, alors que Quinn Hughes et Cale Makar se sont livrés toute une bataille pour l’obtention du trophée Calder.

Pour vous donner une idée, Hughes n’a distribué que sept petites mises en échec durant la plus récente campagne.

Ce n’est pas une mauvaise chose, certaines blessures sont évitées avec une diminution de la robustesse et le jeu est beaucoup moins salaud qu’à l’époque. Les joueurs sont bien conscients de ce phénomène, comme Vanek nous le prouve ici.

Il faudra voir si, après le départ des défenseurs comme Chara et Weber, on reverra d’aussi gros bonshommes dans la ligue, mais tout semble pointer vers une « extinction » de ce genre de joueurs.

PLUS DE NOUVELLES