Shane Wright, un espoir de plus en plus polarisant

Depuis qu’il a obtenu le statut de joueur exceptionnel à l’âge de 15 ans en 2019, Shane Wright est annoncé comme le futur premier choix du repêchage de 2022.

Avec 39 buts et 66 points en 58 matchs, il a connu une bonne première saison dans la OHL. À l’âge de 16 ans, il a même été nommé capitaine de son équipe.

Mais la saison de la OHL a été annulée l’an dernier à cause de la pandémie. Tout comme plusieurs autres, son développement a été nui par le fait qu’il n’a pas pu jouer.

Il a expliqué aujourd’hui qu’il se voyait accomplir ce qu’il a toujours voulu faire: Être le premier joueur sélectionné au repêchage de la LNH.

Après une première moitié de saison en demie teinte, il a terminé la campagne  2021-2022 avec 32 buts et 94 points en 63 rencontres. Cette saison a consolidé sa place au haut de la grande majorité des listes d’experts.

(Crédit: Elite Prospects)

En raison de son style de jeu, il reçoit de nombreuses comparaisons à des joueurs comme Patrice Bergeron et Ryan O’Reilly. Wright a même mentionné plus tôt aujourd’hui qu’il aimait bien regarder Bergeron jouer.

Toutefois, plusieurs ont commencé à remettre en question la notion de premier choix consensus et émettent des doutes quant au potentiel du centre de Kingston.

Mathias Brunet est un de ces sceptiques.

Shane Wright a une réputation depuis l’âge de 15 ans. À un moment donné, il faut prendre un pas de recul et se demander si on dirait la même chose s’il n’avait pas cette réputation-là.

Il soulève ici un excellent point. La réputation d’un joueur de 15 ou 16 ans n’a rien à voir avec ce qu’il accomplira à l’âge de 25 ans dans la LNH. D’autres joueurs ont eu d’excellentes réputations à un jeune âge sans rien accomplir dans la grande ligue.

Un exemple: Sean Day avait reçu le titre de joueur exceptionnel en 2013, mais il a seulement joué deux matchs en carrière dans la LNH.

On pourrait dire la même chose de Nolan Patrick qui avait été vu pendant longtemps comme un choix consensus, mais peine à produire chez les pros.

Je ne compare pas du tout Wright à ces deux joueurs, mais il faut faire attention aux réputations avec les joueurs si jeunes. Il est primordial d’évaluer comment ils progresseront dans la LNH. Il faut projeter quel genre de joueur ils seront à 25 ans et non ce qu’ils étaient à 16 ans.

Voici un exemple un peu plus concret: John Tavares était vu depuis l’âge de 15 ans comme un talent exceptionnel. Les Islanders l’ont choisi premier en 2009 puisqu’il était le choix consensus. Mais avec le recul, Victor Hedman n’aurait-il pas été un meilleur choix?

On pourrait faire le même exercice avec Aaron Ekblad, reconnu comme exceptionnel à 15 ans et premier choix en 2014, et Leon Draisaitl qui a été sélectionné troisième la même année.

Brunet ajoute:

Il est bon, c’est un solide joueur, mais il n’est pas dominant. C’est un bon joueur défensif, mais pas un grand joueur défensif. Il a une belle vision et fait de belles passes. C’est un costaud, mais il ne se démarque pas par sa robustesse. Ça va être un bon joueur, mais pas un grand joueur.

Cela est une très belle description, mais les équipes qui repêchent en premier espèrent mieux.

Plus tard, Brunet dit simplement:

Je ne pense pas qu’il deviendra Patrice Bergeron

Évidemment, Mathias Brunet n’est pas la vérité absolue en ce qui a trait au repêchage. En fait, personne ne l’est puisque c’est un exercice extrêmement difficile.

Mais il faut se dire que toutes les équipes qui repêcheront haut ont des discussions de la sorte à l’heure actuelle.

Ce sera la tâche de l’équipe qui repêche en premier d’évaluer s’ils pensent qu’un Logan Cooley, Juraj Slafkovsky, David Jiricek ou Simon Nemec deviendra un meilleur joueur que Wright, le choix consensus.

En rafale

– Il a remporté deux Super Bowl dans sa carrière.

– Ça va mal pour les Rangers!

– Les séries de la LNH, un sport de vieux

– Le tableau bouge dans la LHJMQ.

– Chapeau!

PLUS DE NOUVELLES