Sergachev: Therrien est-il prêt, lui? | Juolevi retranché

Bonsoir!

Sergachev: Therrien est-il prêt, lui?

Quatre matchs. Quatre petits matchs. C’est ce qui aura suffi pour déterminer que Sergachev n’est pas apte à évoluer dans la Ligue nationale dès l’âge de 18 ans, s’il ne demeure pas avec l’équipe pour le début de la saison régulière. C’est la réalité cruelle des camps d’entraînement. Elle est autant défavorable aux joueurs qu’aux dirigeants des équipes, forcés de trancher à partir d’échantillons de données microscopiques.

Le pauvre Mark Barberio, lui, a perdu son poste en l’espace de quelques jours. Il n’a pas été excellent. Il n’a pas été mauvais non plus. On lui reproche simplement d’avoir été inférieur à ses compétiteurs, Greg Pateryn et Zach Redmond. Comme quoi ce n’est pas de la tarte, jouer dans la LNH…

Alors, jeudi soir, on sera tous là à décortiquer de façon obsessive les faits et gestes du jeune russe, à extraire le plus d’information possible de chacune de ses présences. Au fond, peut-être que Misha n’était pas prêt. Mais il se sera levé du bon pied, cette soirée-là, et ses instincts l’auront bien servi. Peut-être qu’il aura connu une mauvaise journée au boulot, et que le Canadien aura eu tort de le rétrograder. On ne sait pas. Au final, on sait bien peu!

Dans cette optique, il ne serait certainement pas mal avisé d’allonger la période d’audition de neuf matchs de saison régulière.

Et si, néanmoins, l’enjeu était bien plus complexe que de déterminer si Sergachev, lui, était prêt?

Est-ce que Michel Therrien l’est, lui?

Est-ce que Therrien est prêt à employer un jeune de 18 ans qui fera inévitablement des erreurs – certaines s’avéreront coûteuses – pendant 82 matchs de saison régulière, en plus des séries éliminatoires?

Est-il prêt à l’utiliser au moins une quinzaine de minutes à forces égales, et lui consentir un peu de temps sur la deuxième vague d’avantage numérique?

Si ce n’est pas possible, s’il fallait que Sergachev doive regarder ne serait-ce qu’une poignée de matchs depuis la passerelle, le Canadien aurait pris une mauvaise décision, sachant qu’à Windsor, il aurait été employé 25 minutes et plus par rencontre, en plus d’avoir des répétitions dans toutes les situations de jeu possibles: avantage numérique, désavantage numérique, quatre contre quatre, avance d’un but, retard de deux buts, etc.

L’avantage pour Sergachev de jouer prématurément dans la LNH est l’occasion de se surpasser en faisant face à un bien plus grand défi. Il a aussi la chance d’utiliser ses habiletés en compagnon de joueurs beaucoup plus talentueux. Si la direction du CH songe sérieusement à l’intégrer dans le circuit aussi tôt que cette année, c’est en raison de sa maturité physique. En termes de capacités aérobiques, de puissance, de vitesse et d’athlétisme, Sergachev a d’ores et déjà les qualités pour évoluer chez les grands, à l’instar d’Aaron Ekblad il y a deux ans.

Cette même maturité physique justifierait que Sergachev puisse travailler sur ses lacunes dans la LNH plutôt que dans la ligue de l’Ontario, si le Canadien veut bien lui libérer du temps de jeu. En autant que le jeune puisse également faire valoir des atouts qui prêteraient aussitôt main-forte à sa formation et qui contrebalanceraient suffisamment son manque d’expérience.

On sait que Sergachev doit corriger certains détails relatifs à son positionnement sans la rondelle. On sait aussi qu’il est une constante menace offensive, flairant bien les occasions d’appuyer l’attaque. Donc, Sergachev apprend en travaillant étroitement avec un personnel d’entraineur de la LNH, pendant qu’il fait profiter l’équipe de ses talents offensifs. Gagnant-gagnant.

D’autant qu’il apprend avec les meilleurs, et contre les meilleurs.

En récupération de rondelle, il a les aptitudes qu’exige le système de Michel Therrien, c’est-à-dire qu’il peut faire avorter les jeux en fond de territoire, le long des rampes, à l’aide d’une intervention musclée, pour sitôt effectuer une relance.

Mais revenons à l’enjeu principal, abordé plus haut…

Michel Therrien utilisera-t-il la technique de Pavlov (punir pour décourager fortement de reproduire la même erreur) pour casser Sergachev lorsqu’il fera preuve d’une trop grande audace? Lorsqu’il tentera un jeu à faible pourcentage? Lorsqu’il ne jouera pas de la bonne façon?

Therrien est parfois davantage conséquentialiste que rationnel, c’est-à-dire qu’il réagira plus émotivement à une erreur qui cause un but qu’à une erreur qui est réparée par le gardien ou par un autre défenseur, même si les deux erreurs auxquels on fait allusion sont pratiquement identiques. Et n’allez pas croire qu’il est le seul entraineur responsable de ce pêché dans la LNH. Il s’agit d’une réaction très humaine que d’être plus irrité par une bévue lorsque celle-ci engendre de fâcheuses conséquences. Mais elle peut tout de même compliquer le développement d’un jeune joueur…

Le 10 décembre, rappelez-vous, Greg Pateryn avait donné la victoire aux Red Wings de Detroit avec une passe errante. Il avait été retranché de l’alignement durant les sept prochains matchs! Dur pour le moral. Et on disait plusieurs bonnes choses à son égard avant cette malheureuse bévue…

Qui plus est, Michel Therrien veut gagner cette saison. Et rapidement. Il veut à tout prix créer une rupture entre le présent et les évènements de l’an dernier, sans quoi son poste sera en jeu. S’il décide que Sergachev a une place dans son alignement, c’est car il considère qu’il améliore ses chances de réussite derrière le banc, rien de moins.

Alors, Michel, es-tu prêt, toi? Es-tu en amour comme tu l’étais avec Jordan Staal, quand il a marqué 30 buts pour toi, à seulement 18 ans?

En rafale
– Donc ce serait un journaliste qui aurait lancé la bière sur le terrain, lors du match des Jays?

– Je l’avais trouvé tellement bon à la Coupe Memorial! Je me demandais il sortait d’où, lui…

– Le défenseur Simon Bourque a démarré sur les chapeaux de roue, dans la LHJMQ.

– Un aperçu du face-à-face Jays-Rangers.

– À mon tour de souhaiter bonne retraite à Dan Boyle, un sacré bon défenseur. (Radio-Canada)

– Les joueurs du Canadien (dont Sergachev) ont été introduits au Complexe Desjardins, cet après-midi.

– Ils sont toujours sans contrat en tant qu’agents libres avec restriction:

Et Kris Russell, un agent libre sans restriction, n’a toujours pas de boulot, lui!

– Sage décision, Genie!

– Juolevi a beau avoir été repêché avant Sergachev, il est coupé plus tôt que lui. #MaturitéPhysique

– Ryan O’Reilly s’est blessé au bas du corps. En espérant pour les partisans des Sabres que ce n’est rien de trop grave… (NBC Sports)

 

 

PLUS DE NOUVELLES