Reimer aurait-il sauvé le CH? | Auston Matthews en Arizona? | Bergevin et Therrien en accord sur Galchenyuk?

Juste pour le plaisir de faire cet exercice, j’ai décidé de commencer une chronique qui s’apparente à celle offerte par Elliotte Friedman dans son 30 Thoughts. Plutôt que de traduire les dires de monsieur Friedman, j’ai opté pour partager mes trouvailles et réflexions sur les différents sujets qui touchent le monde du hockey. Bonne lecture à tous.

1- Auston Matthews : direction Arizona?

La majorité des observateurs voient Auston Matthews être appelé en premier lors du prochain repêchage de la LNH en juin prochain. Avec raison, Matthews a tout pour devenir un joueur de concession et il fait l’envie de nombreuses formations. Si jamais les Oilers d’Edmonton devaient obtenir le premier choix une fois de plus, et c’est une possibilité tout à fait envisageable, il ne faudrait pas s’étonner de voir les Coyotes de l’Arizona cogner à la porte du bureau de Peter Chiarelli. Il faut savoir que Matthews est originaire de Scottsdale, en Arizona, et qu’il constituerait un attrait des plus intéressants pour le marché fragile de l’Arizona. L’idée de l’émergence d’un talent local de cette amplitude au sein d’une équipe qui évolue dans marché non traditionnel que Gary Bettman s’est acharné à maintenir à Phoenix à de nombreuses occasions doit faire saliver le commissaire de la LNH. Qui pourrait être impliqué dans une telle transaction? Les Oilers pourraient profiter de l’occasion pour mettre la main sur le meilleur joueur des Coyotes, le défenseur Oliver Ekman-Larsson, en plus d’exiger une surprime intéressante comme le premier choix de l’Arizona au prochain encan, ce qui permettrait à Chiarelli de repêcher un bon espoir en défensive. C’est un pensez-y bien pour Edmonton.

2- Dan Hamhuis ou Kris Russell?

Les Stars de Dallas ont payé le gros prix pour ajouter un arrière à leur personnel défensif hier après-midi. En effet, le DG des Stars, Jim Nill, a cédé le défenseur Jyrki Jokipakka, le centre Brett Pollock ainsi qu’un choix de deuxième tour qui pourrait devenir un choix de première ronde si les Stars atteignaient la finale de l’association de l’Ouest pour obtenir Kris Russel, des Flames de Calgary. Suite à cette transaction, on a su que les Stars offert encore plus pour les services de Dan Hamhuis, des Canucks de Vancouver, mais que le DG Jim Benning n’avait même pas daigné retourner l’appel de son homologue de Dallas.

3- Les Canucks ont bousillé une belle occasion

Le défenseur Dan Hamhuis et l’ailier Radim Vrbata constituaient deux des prises les plus en vue dans les différentes listes des joueurs étant les plus susceptibles de changer de camp. Le DG des Canucks, Jim Benning n’est pas parvenu à échanger ses deux futurs joueurs autonomes sans compensation et il pourrait les perdre sans rien obtenir en retour, ce qui est une véritable catastrophe pour une formation en reconstruction comme c’est le cas à Vancouver. Benning en prend pour son rhume aujourd’hui dans les médias. Ce sont les clauses de non-échange qui ont posé problème dans le cas de Hamhuis et Vrbata.

4- James Reimer aurait-il sauvé la saison des Canadiens?

Avant la date limite des transactions, les Sharks de San Jose ont obtenu les services du gardien de but James Reimer en retour de Ben Smith, Alex Stalock et d’un choix de 4e ronde. Les Sharks voulaient acquérir le gardien des Maple Leafs afin de stabiliser la position de gardien de but et d’ajouter de la profondeur en vue des prochaines séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Quand Carey Price est tombé au combat le 2 décembre dernier, c’est possiblement l’acquisition de James Reimer qui aurait pu sauver la saison de l’équipe. Ce ne sont là que des spéculations, je sais, or, constatant que ni Zack Fucale, ni Dustin Tokarski ne constituait une solution, Bergevin a procédé à l’acquisition de Ben Scrivens, des Oilers d’Edmonton, en retour de Zack Kassian. Scrivens a connu des difficultés, à l’instar du jeune Mike Condon, et le tandem de gardiens n’a pas su livrer la marchandise, présentant le pire pourcentage d’arrêts du circuit pendant plus de deux mois (le pourcentage d’arrêts de Reimer est de 0,918, celui de Scrivens est de 0,901 et celui de Condon est de 0,904). Si Bergevin avait cédé un choix de deuxième tour à Toronto, ce qui est un prix beaucoup plus élevé que ce que l’équipe a obtenu en bout de ligne, il est permis de penser que Montréal aurait soutiré quatre ou cinq victoires de plus… Ironique quand on pense que le CH est à sept points d’une place en séries en ce moment même.

5- Une dose de courage avec le CH?

Lors de l’affrontement de samedi dernier entre Montréal et Toronto, on a vu à maintes reprises l’ailier Devante Smith-Pelly utiliser son gabarit à bon escient et venir narguer l’adversaire à quelques occasions après le coup de sifflet. DSP n’avait pourtant pas fait ça de la saison… Est-ce que la présence de Greg Pateryn et l’arrivée de Michael McCarron ont insufflé une dose de courage à leurs coéquipiers? Coïncidence ou non, dans les jours qui ont suivi, Marc Bergevin a ajouté Stefan Matteau et Mike Brown à sa formation, deux joueurs capables de se défendre au besoin. Pendant ce temps, DSP a plié bagage vers le New Jersey. Il est permis de penser qu’au cours de la saison morte, le CH va ajouter de la robustesse à sa formation, pas des joueurs qui jettent nécessairement les gants, mais des joueurs au gabarit imposant. Une cible qui ferait la joie des partisans : le joueur autonome Milan Lucic, qui pourrait servir de mentor pour McCarron… C’est beau de rêver.

6- Dire à un joueur qu’il ne sera pas échangé : une grossière erreur

À la veille de la date limite des échanges, Richard Labbé a fait état d’une discussion entre Bergevin et l’agent de Lars Eller, où le DG aurait affirmé à ce dernier que le joueur ne serait pas échangé. Si Marc Bergevin a réellement dit cela, que ce n’est pas un cas où on a fait une erreur dans une traduction, le DG du CH joue avec le feu. À l’ère du plafond salarial, tous les joueurs devraient être perpétuellement sur le marché, sans exception. Un DG peut dire qu’il ne magasine pas un joueur, mais pas qu’il ne sera pas échangé… Et si une offre irrésistible s’était présentée à Bergevin à 15 minutes de la date limite, est-ce qu’il aurait refusé de bouger parce qu’il a donné sa parole à Eller? Voyons donc! C’est ce que clarifie ce texte, publié aujourd’hui.

7- Galchenyuk au centre : discorde entre Therrien et Bergevin?

Au cours de sa conférence de presse visant à expliquer les mouvements de personnel effectué avant la date limite des échanges, Marc Bergevin a abordé le fait qu’Alex Galchenyuk, qui devait passer la saison au centre, risque de demeurer à l’aile d’ici la fin de la campagne. Bergevin a toutefois précisé que le numéro 27 pourrait retourner au centre dans un avenir plus ou moins rapproché… Pour sa part, Michel Therrien semble convaincu que Galchenyuk ne peut pas évoluer au centre. Il semble y avoir discorde entre les deux hommes à ce sujet.

8- Les deux paris de la date limite

Les deux transactions dans lesquelles des équipes ont pris de gros paris qui pourraient rapporter énormément sont celles ayant fait passer Brandon Pirri à Anaheim (de la Floride) en retour d’un choix de sixième tour et celle qui a fait passer Éric Gélinas (du New Jersey) au Colorado en retour d’un choix de troisième ronde. Les deux joueurs sont bourrés de talent, mais pour une raison ou une autre, ils ne sont pas parvenus à s’établir au sein de leurs anciennes équipes. Dans le cas de Gélinas, c’est à cause de ses carences défensives et dans le cas de Pirri, certains prétendent qu’il y a quelque chose qui cloche.

9- Parenteau : des demandes trop élevées

Lou Lamoriello a tenté d’obtenir un choix de deuxième ronde en retour des services de PA Parenteau. Voyant que personne ne mordait à l’appât, il a ensuite abaissé ses demandes pour exiger un troisième choix, en vain. Il est finalement resté avec Parenteau sur les bras. C’est également ce qui est arrivé avec trois autres joueurs que les Maple Leafs auraient voulu transiger : Brad Boyes, Mark Arcobello et Michael Grabner. Parfois, vaut mieux demander moins et l’obtenir que demander plus et rater le bateau.

10- Yzerman-Drouin : un dossier chaud

Même si Steve Yzerman, qui n’a pu boucler de transaction à temps, a affirmé que Jonathan Drouin était le bienvenu s’il désirait rentrer au bercail, le divorce entre Drouin et le Lightning est inévitable. Drouin ne veut plus rien savoir de Tampa Bay. Yzerman pourra difficilement obtenir une valeur égale à celle de Drouin lorsqu’il finira par transiger l’ancien troisième choix au total en 2013, tout indique qu’il devra se contenter d’un espoir de valeur moindre, d’un choix au repêchage ou d’un package incluant les deux. Voilà un dossier vraiment mal géré tant de la part de l’équipe et son DG que de la part du joueur et de son agent. Un fiasco épouvantable. Pour ce qui est de la valeur de Drouin, certains DG affirment que le joueur aurait une plus grande valeur s’il jouait en ce moment… De plus, en faisant la grève, il brûle une année de contrat et retarde son autonomie de 12 mois. Quelle mauvaise décision.

11- Bergevin et la langue de bois

Plus ça va et plus Marc Bergevin est sombre et se montre impatient envers les membres des médias. Questionné à savoir s’il avait eu des pourparlers concernant Drouin, il a répondu que ce n’était pas un joueur de son organisation et qu’il ne pouvait pas parler des autres joueurs, que c’était interdit. Pourtant, son homologue des Sénateurs, Bryan Murray, ne s’est pas gêné pour affirmer qu’il avait parlé souvent à Steve Yzerman au sujet de Drouin et qu’il avait tenté de faire son acquisition. Bergevin se montre retissant à parler de ses propres joueurs et refuse de parler des joueurs d’autres formations, qui plus est, son attitude, comme celle de son coach Michel Therrien, est à la limite de la condescendance et de l’arrogance à la seconde où une question ne fait pas son affaire… Pourquoi donner des points de presse dans ce cas? C’est très décevant de la part du Tricolore. Les relations avec les médias et les partisans s’effritent à vitesse grand V et le manitou du CH semble avoir de la difficulté à « Dealer » avec cela.

12- Desharnais à la croisée des chemins à Montréal

L’attaquant David Desharnais est disponible sur le marché des transactions depuis plusieurs semaines, mais Marc Bergevin n’a pas su trouver preneur pour le diminutif joueur de centre. Après la présente saison, il ne restera qu’une année au contrat de Desharnais et son salaire compte pour 3,5 millions sous le plafond salarial. Si le CH ne parvient pas à transiger dans son cas, tout indique qu’on procèdera au rachat de son contrat. Une autre fin en queue de poisson est à envisage pour un joueur originaire du Québec avec les Canadiens, ça devient une habitude.

13- Toronto: le dépotoir à contrat

Les Maple Leafs de Toronto ont procédé à plusieurs transactions récemment et ils ne se cachent même pas pour « tanker », une pratique qui devrait être interdite dans la LNH. Ainsi, les Leafs ont acquis une quantité incroyable de mauvais contrats pour obtenir des joueurs d’avenir ou des choix au repêchage de la part de formations qui désiraient liquider du salaire. Les Nathan Horton, Michael Grabner, Milan Michalek, Brooks Laich, Colin Greening, Alex Stalock et Jared Cowen représentent un montant total de près de 24 millions $ sous le plafond salarial de l’équipe, sans compter que les Leafs défrayeront 1,2 million $ du salaire de Phil Kessel, c’est plus du tiers du maximum permis. C’est beaucoup d’argent pour bien peu de résultats.

14- Un bassin de joueurs autonomes intéressant

En date d’aujourd’hui, le bassin des joueurs autonomes sans compensation en devenir au 1er juillet prochain est assez intéressant. Les équipes qui auront les moyens d’offrir des contrats imposants pourront tenter d’attirer un (ou des) joueur de premier plan. Les plus gros noms sont ceux de Steven Stamkos, Eric Staal, Andrew Ladd, Milan Lucic, Keith Yandle, Kyle Okposo, Shane Doan, Loui Eriksson, Dan Hamhuis, David Backes, James Reimer, Cam Ward et évidemment celui du vénérable Jaromir Jagr. Parions que plusieurs de ces athlètes vont parvenir à une entente contractuelle avec leur équipe respective avant d’obtenir l’autonomie complète.

15- La fin pour Gomez et Malhotra?

DLC en faisait mention dans un article publié plus tôt… Comme aucune équipe de la LNH n’a fait appel à ses services en lui offrant un contrat avant la date limite d’éligibilité aux séries de fin de saison, Scott Gomez, qui jouait avec les Bears de Hershey dans la Ligue américaine de hockey, a décidé de mettre un terme à son essai avec l’équipe afin d’évaluer ses options. Gomez, qui aura 37 ans en décembre, a bien fait à Hershey, amassant quatre buts et 20 passes en 18 rencontres. Un autre ancien des Canadiens, le centre Manny Malhotra, a été libéré par son équipe.

16- La fin pour plusieurs joueurs salauds

Quelques joueurs ayant la réputation de distribuer les coups salauds à répétition en sont probablement à leurs derniers milles dans la LNH. Les Zac Rinaldo, Raffi Torres et Steve Downie ne sont pas dans la LNH actuellement. Ils ont fait place à une nouvelle génération d’athlètes qui jouent « limite » : Tom Wilson, Dustin Byfuglien et autres Radko Gudas de ce monde. Aujourd’hui, Rinaldo, qui a été rétrogradé dans la LAH par les Bruins de Boston hier, a été suspendu par la LNH pour une durée de cinq rencontres.

17- Ilya Kovalchuk : une situation à suivre de près

Ilya Kovalchuk a quitté la LNH dans une étrange pagaille il y a quelques années, prétextant qu’il en avait assez de l’Amérique du Nord et affirmant que son avenir se situait maintenant dans la KHL. La semaine dernière, il a été suspendu par son équipe en Russie et on a annoncé qu’il n’était plus dans les plans… et voilà que Kovalchuk désirerait effectuer un retour dans le circuit Bettman. Drôle de moineau!!! Certains prétendent que Kovalchuk est propriété des Devils du New Jersey, mais le fait qu’il n’apparaisse pas sur la liste de réserve de l’équipe pose problème au niveau de la légalité de cette affirmation. Si Kovalchuk devait revenir au jeu dans la LNH, plusieurs équipes risquent de faire la filet pour obtenir ses services. La LNH et l’AJLNH, en plus de l’agent du joueur, devront se pencher sur ce cas en profondeur et pour effectuer un retour, Kovalchuk doit recevoir le ok de la part de chacune des 30 équipes du circuit. Parions que ce ne sera qu’une formalité.

18- Les quatre défenseurs les plus productifs écartés d’Équipe Canada?

Le panel d’experts de TSN a dressé sa liste des joueurs qui devraient être retenus au sein de l’équipe du Canada en vue de la prochaine Coupe du monde de hockey 2016. Selon cette liste, la brigade défensive de l’équipe dirigée par Mike Babcock sera la suivante : Duncan Keith, Brent Seabrook, Alex Pietrangelo, Drew Doughty, Marc-Édouard Vlasic, Shea Weber et TJ Brodie… Hélas, P.K. Subban ne figure pas sur cette liste… C’est également le cas pour les quatre défenseurs canadiens les plus productifs jusqu’à maintenant cette saison. C’est demain qu’on saura qui fait partie de la liste préliminaire des différentes équipes qui seront impliquées dans le tournoi. Pour sa part, le réseau Sportsnet a opté pour la brigade défensive suivante : Duncan Keith, Shea Weber, Marc-Édouard Vlasic, Drew Doughty, TJ Brodie, P.K. Subban et Brent Burns.

19- Le curieux cas Jared Cowen…

Avant la date limite des transactions, plusieurs personnes ont parlé de rumeurs voulant que les Blackhawks de Chicago soient intéressés à acquérir le défenseur Jared Cowen, des Maple Leafs de Toronto. Un nom lié à cet échange qui est souvent revenu sur le tableau est celui de Bryan Bickell. La transaction ne s’est finalement pas concrétisée et Cowen est demeuré au sein de l’organisation des Maple Leafs. La convention collective ratifiée entre la LNH et l’AJLNH stipule qu’un joueur de moins de 26 ans peut voir son contrat être racheté pour un montant qui correspond au tiers de sa rémunération restante, et non les deux tiers comme c’est le cas habituellement. La manière de calculer le rachat du contrat fait en sorte que Cowen, dont le contrat d’une valeur de 3,1 millions $ annuellement (cap hit de 3,1 millions $ et salaire réel de 4,5 millions $) prend fin en 2016-17, se retrouve dans un étrange vortex comptable et qu’en procédant ainsi, les Maple Leafs payeraient donc 1,5 million $ réels à Cowen, au lieu du 4,5 millions $ de sa dernière année (ils sauveraient 3 millions $ réels)… Tout en ayant droit à un crédit de 650 000 $ l’an prochain. La saison suivante, Cowen compterait pour 750 000 $ (cap hit) sur la masse salariale. That’s it. On comprend pourquoi on veut le racheter chez les Leafs. Il est très rare qu’un rachat donne un crédit salarial à l’équipe, ce qui explique l’intérêt des Hawks pour une transaction Bickell-Cowen.

20- Cowen ne jouera plus cette saison

Afin de s’assurer de pouvoir utiliser la brèche contenue dans la convention collective et racheter le contrat de Cowen, les Maple Leafs ont fait savoir que le défenseur ne jouera plus cette saison. Si Cowen jouait et devait se blesser, il devra être rétabli pour que les Leafs puissent racheter son contrat, un risque qu’on ne veut pas prendre à Toronto.

En rafale
– Le premier duel entre Jack Eichel et Connor McDavid, les deux premiers choix au repêchage 2015 de la LNH, avait lieu ce soir et McDavid a tôt fait de démontrer ce pourquoi il a été sélectionné au tout premier rang en juin dernier.

– Deux ans plus tard, Tim Bozon a recommencé à jouer au hockey. On peut dire qu’il part de loin!

– Les Sénateurs ont acquis Dion Phaneuf dans l’objectif de se donner une chance de prendre part aux séries éliminatoires, mais ils ne seront pas dans le détail… Ils affrontent les Blues de St. Louis ce soir.

PLUS DE NOUVELLES