Rasmus Dahlin va-t-il sortir Rasmus Ristolainen de Buffalo?

Enfin.

Après avoir repêché au huitième rang à trois reprises dans les cinq dernières années, perdant également la loterie aux mains des Panthers et des Oilers en 2014 et en 2015, devant se rabattre sur Sam Reinhart et Jack Eichel, les Sabres peuvent enfin dire que la médiocrité de leur formation les aura récompensés au maximum.

Les partisans l’attendaient depuis longtemps, ce premier choix au total. Bien franchement, je crois qu’ils le méritent.

On peut donc maintenant s’entendre que les Sabres auront deux joueurs de concession : Jack Eichel et Rasmus Dahlin.

Par contre, les deux jeunes hommes ne sont pas des sauveurs. Le redressement de cette équipe passe par l’entourage qu’on leur donnera, et plusieurs modifications pourraient être apportées à l’équipe cet été.

Rasmus Ristolainen

Mon premier réflexe, en apprenant que les Sabres avaient gagné la loterie du repêchage, a été de saliver à l’idée d’une paire Dahlin-Ristolainen. 

Avec l’arrivée du jeune Suédois, Ristolainen pourra enfin avoir droit à une charge de travail logique et qui correspond à son talent. Il ne devra plus porter son équipe sur ses épaules, une excellente nouvelle pour sa carrière.

Car non, il n’est pas un défenseur #1. On le sait depuis quelques années.

Par contre, tout le monde ne pense pas comme moi. Plusieurs analystes ont proposé aux Sabres de se départir du Finlandais, depuis hier soir, abandonnant l’idée d’une première paire purement scandinave.

Jim Matheson se demande si Jason Botterill ne serait pas intéressé à offrir Ristolainen aux Maple Leafs, en retour de William Nylander.

Une proposition sensée aux yeux des Leafs… Mais pas des Sabres. Pourquoi échanger un défenseur alors qu’on en arrache, à la ligne bleue?

Aivis Kalnins, lui, croit que Ryan O’Reilly est un bon candidat à une liquidation. Ça, c’est logique.

Par contre, je suis obligé de dire que le contrat de Rasmus Ristolainen est, à mes yeux, un bon contrat. Il n’est pas surpayé et les 5.4 millions de dollars qui lui sont accordés ne paraîtront plus aussi lourds lorsqu’il ne sera pas le défenseur #1 attitré. 

Le verdict? Je n’achète pas ça. Pas du tout.

Le problème principal à régler, présentement, se situe entre les deux poteaux. La fin de Robin Lehner, c’est d’actualité.

Si on met la main sur un gardien potable et que le problème de profondeur/chimie est adressé, les Sabres pourraient enfin sortir des bas-fonds, l’an prochain.

Plusieurs équipes connaîtront un été extrêmement intéressant, et les Sabres en font certainement partie.

PLUS DE NOUVELLES